Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2018

3000 façons de dire je t'aime de Marie-Aude Murail

3000 façons de dire je t'aime.jpgChloé, Bastien et Neville se sont connus en 5e - comprendre par là qu'ils se sont lointainement côtoyés dans la même classe et ont profité de la même prof de français un peu folle qui a su, diversement, leur passer le virus du théâtre. Après avoir été séparés par les années, ils se retrouvent un beau matin au concours d'entrée du conservatoire d'art dramatique de leur ville. Chloé est alors fraîchement étudiante en prépa, Bastien s'ingénie à ne jamais  mettre les pieds en fac de Droit, et Neville vit de vols et de deals divers en déclamant passionnément de la poésie dans sa tête.  Tout persiste donc à les opposer mais ils se reconnaissent pourtant, de façon instinctive, et ne se quittent plus de l'année. Ils vont ainsi évoluer de concert, en même temps qu'ils s'aguerrissent à la scène, au gré des plus grands textes classiques du répertoire théâtral. 

Ce roman signe pour moi la découverte de Marie-Aude Murail tant adulée sur les blogs et dans les salles de professeurs.
Le point de départ de ce roman est pour le moins original et enthousiasmant - sans compter qu'on a tous plus ou moins rêvé un jour d'une professeur aussi allumée et emballante que Mme Plantié (oserais-je dire qu'il se pourrait même que certains parmi nous rêvent de l'être devenue ?). Dès la plongée de nos protagonistes dans l'univers du conservatoire - parce que l'entre-deux de leur prime adolescence n'intéresse ici que peu - le théâtre devient miroir de leur vie et de leurs relations grâce aux choix judicieux du maître, Jeanson, comme une jolie manière pour l'auteure de souligner l'enjeu du théâtre et, plus largement, de la littérature : interroger notre vie, notre quotidien, nos problématiques existentielles banales et en faire le maillon d'une toile universelle. C'est vraiment le point que j'ai apprécié au cours de ma lecture : ce mélange des genres amené fort subtilement. L'auteure maîtrise sans nul doute ses classiques sur le bout des doigts et a su les distiller fort à propos. Ici, on l'aura compris au vu du titre et de l'âge des personnages, c'est l'amour qui les taraude principalement (et un peu leur devenir, parfois) : amour amoureux, amitié, sensualité, monogamie, polygamie ? Ils naviguent à vue et tentent chacun à leur façon de trouver leur juste place. 

– Allons, jeune fille... Comment t'appelles-tu ?
- Chloé.
- Chloé. Du courage, Chloé ! Au théâtre on est d'abord un corps, un corps en pleine lumière que dix, vingt, cent, mille personnes regardent et détaillent. Un corps avec des jambes, pose bien tes pieds au sol, voilà. Lâche tes mains, ne cache rien. Tu as un corps avec des seins, tu es un corps de jeune fille. Maintenant, respire, respire...

Chloé était devenue écarlate. Jeanson s'écarta d'elle, après une petite tape sur l'épaule. 
Le premier langage est celui du corps. Les mots, ça vient après... 

Néanmoins, je n'ai pas vraiment décollé tout au long de ma lecture d'un sentiment de gentillesse un peu trop policée. Les personnages ne m'ont pas semblé avoir vraiment de chair, d'épaisseur, de vigueur - y compris Neville qui est pourtant censé être un nouveau Patrick Dewaere. Je les ai trouvés assez caricaturaux chacun dans leur genre : Neville, le poète maudit génial ; Bastien, le branleur un poil lourd et Chloé, besogneuse, charmante mais surtout profondément insipide et sans véritable talent, dont le seul intérêt dans l'histoire est d'incarner "la fille" du trio. En somme, un trio à la Harry Potter complètement raté en franchement moins bien. Il est tout à fait possible que ma lecture ait souffert de faire suite à Eleanor & Park mais j'ai vraiment eu le sentiment au fil des pages que l'auteure avait échoué à saisir l'essence même de l'adolescence pour donner à son roman le corps nécessaire. A part ça, la langue est belle, bien sûr. Une atmosphère charmante de légèreté s'en dégage et c'est mignon tout plein. Voilà : c'est mignon tout plein. J'avoue qu'après ça, j'hésite grandement à poursuivre la découverte de Marie-Aude Murail... Toute son oeuvre est du même acabit ? 

iframe src="http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Flapetitemarchandedeprose.hautetfort.com%2Farchive%2F2018%2F01%2F05%2F3000-facons-de-dire-je-t-aime-de-marie-aude-murail-6014439.html&layout=button_count&show_faces=false&width=50&action=like&colorscheme=light" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" style="border:none; overflow:hidden; height:30px">

Commentaires

J'en ai lu vraiment beaucoup de Marie-Aude Murail, mon préféré je pense que c'est "Simple", c'est évidemment plein de bons sentiments mais ça te donnera peut-être moins cette impression de guimauve sirupeuse, parce que le héros est un lycéen qui tente de prendre soin tout seul de son frère handicapé mental, après la mort de leur mère, pour éviter son placement en institution. Et sinon j'avais pas mal aimé aussi "Oh, boy" un peu sur le même thème. Je suis fan des histoires de fratries qui luttent envers et contre tout pour ne pas être séparées.

Écrit par : Lisa | 14/02/2018

Répondre à ce commentaire

Ah, je n'ai jamais entendu parler de "Simple" ! Merci pour cette référence inhabituelle ;) C'est dommage que je n'aie pas eu connaissance de Marie-Aude Murail dans ma jeunesse. Je pense que ça m'aurait vraiment plu !

Écrit par : Lili | 16/02/2018

Tu n'aurais pas dû écrire Patrick Dewaere dans ton billet, je ne suis plus que frétillements !

Écrit par : Ellettres | 15/02/2018

Répondre à ce commentaire

Ahhhhhhh, tu es donc amatrice de Dewaere ! Pourquoi ça ne m'étonne pas ? :D

Écrit par : Lili | 16/02/2018

Dans mes souvenirs, Marie-Aude Murail n'était pas sirupeuse, mais je n'ai pas lu celui-ci :) Je te conseille Miss Charity qui est un superbe hommage à Béatrix Potter, et Oh Boy, plus jeunesse, mais très chouette aussi.

Écrit par : shaya | 15/02/2018

Répondre à ce commentaire

On me conseille beaucoup ces deux titres-là ! C'est donc qu'il va falloir que je les découvre ! Merci !

Écrit par : Lili | 16/02/2018

je l'avais noté x fois mais tu me refroidis un peu, je n'en ferai pas une priorité, pas fan de la "gentillesse trop policée" !

Écrit par : Violette | 15/02/2018

Répondre à ce commentaire

Cela dit, je me rends bien compte que je ne suis pas vraiment raccord avec la plupart des avis de lecteurs sur Marie-Aude Murail. Je suis peut-être honteusement passée à côté d'un super roman ? Qui sait ?
Mais oui, clairement, pour moi, c'était trop mignonnet pour m'émoustiller vraiment. Si tu es un peu comme moi, ça risque de te faire le même effet !

Écrit par : Lili | 16/02/2018

Je vais l'éviter celui-là mais j'ai aimé son livre sur Dickens et Miss Charity. Je compte maintenant lire Sauveur et fils ( pas encore acheté mais c'est une lecture qui me tente)

Écrit par : maggie | 16/02/2018

Répondre à ce commentaire

On me dit tellement de bien de tous ces titres-là ! Il faudra bien que je les essaye !

Écrit par : Lili | 16/02/2018

Moi je l'avais aimé ce titre...

Écrit par : Moka | 17/02/2018

Répondre à ce commentaire

Non mais j'ai vraiment l'impression d'être passée à côté d'un truc, depuis le temps qu'on me parle de façon élogieuse de Marie-Aude Murail... Ce n'était peut-être pas le bon timing ? J'avais tellement aimé Eleanor & Park... Il faudra que je retente un autre titre à un meilleur moment :)

Écrit par : Lili | 17/02/2018

Je ne pourrais pas répondre à ta question car je n'ai pas lu celui-ci mais j'ai lu d'autres livres de M-A Murail et je les ai tous adorés! Et si tu essayais la série Sauveur & Fils? Ou alors le très beau Oh Boy?

Écrit par : Fanny | 17/02/2018

Répondre à ce commentaire

Ces deux titres reviennent beaucoup dans les conseils qu'on me donne, associés à Miss Charity. Je pense donc que je poursuivrai ma découverte avec l'un de ces trois-là ! Parce qu'indéniablement, je ne peux pas rester sur l'impression que me laisse ce roman-là sur Marie-Aude Murail !

Écrit par : Lili | 17/02/2018

Écrire un commentaire