Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2019

Le printemps du commissaire Ricciardi de Maurizio de Giovanni

le printemps du commissaire ricciardi,luigi ricciardi,maurizio de giovanni,polar,enquête,meurtre,naples,1931,italie,fascisme,cartomancie,usure- Previously dans les enquêtes du commissaire Ricciardi - 

L'hiver n'a que trop duré : voici enfin le printemps ! (D'ailleurs, s'il pouvait arriver chez nous aussi, je ne cracherais pas dessus). Luigi Ricciardi di Malomonte goûte enfin à ce petit vent de renaissance, empêtré dans la paperasse consécutive à l'affaire du ténor Vezzi, de même qu'une tripotée d'autres napolitains aussi divers que variés, lorsqu'un nouveau meurtre survient : celui d'une petite vieille du quartier de la Sanità qui pratiquait l'usure et la cartomancie. Ricciardi, fidèle à lui-même, se ménage un petit tête à tête, ou presque, avec la défunte qui lui livre un ancien proverbe napolitain. En parallèle, son fidèle adjoint Maione aide Filomena, une jeune veuve incroyablement belle à la suite d'une odieuse agression à son domicile. Les deux policiers vont se trouver fort tracassés par ces affaires qui, de façons différentes, vont les amener à réfléchir et éprouver leurs vies privées. 

J'ai mis un certain temps à rentrer dans l'histoire car, comme dans bien des séries, plusieurs dizaines de pages sont consacrées au début à rappeler ce que l'on sait déjà si l'on a lu les tomes précédents. Il faut donc patienter durant ce passage obligé, qui permettra néanmoins aux néophytes de prendre le train en marche sans tout lire dans l'ordre, un bon point pour eux donc, avant de rentrer véritablement dans le vif de cette nouvelle affaire de meurtre.

Ceci étant fait, j'ai particulièrement aimé ce tome pour deux raisons principales. Tout d'abord, Naples y tient une place beaucoup plus importante. L'énergie vivifiante du printemps renaissant se prête particulièrement bien à explorer le dynamisme napolitain, les vies de quartiers ou de couples, et à suivre les personnages dans leurs déplacements divers. Ainsi, de jolis morceaux de descriptions jalonnent le récit, comme des bulles agréables, avant de relancer le lecteur dans la course au coupable. Par ailleurs, la construction narrative est aussi beaucoup plus complexe et intéressante que dans l'enquête hivernale. Dès le début, le lecteur se trouve aux prises avec une myriade de personnages éclatés auxquels le narrateur consacre aléatoirement un, deux ou trois paragraphes avant de passer à un autre - les protagonistes mis à part, évidemment, sinon on y serait encore pour résoudre l'énigme. Cela nous pousse à nous interroger sur le rôle véritable de chacune de ses personnalités dans l'une ou l'autre affaire menée par Ricciardi ou Maione ; on se sent ainsi un peu dans la peau des enquêteurs. 

Evidemment, ce récit reste avant tout un divertissement et n'a pas, à ma connaissance, la prétention de quoique ce soit. Néanmoins, je la trouve de qualité dans son genre et j'ai été fort séduite par cette balade dans le Naples de 1931 au côté d'un commissaire toujours aussi ambivalent et de plus en plus attachant - je ne vous parle même pas de Maione que j'adore, décidément. J'ai comme qui dirait une furieuse envie de découvrir l'enquête estivale à présent mais je vais patienter encore quelques semaines pour la déguster à la bonne saison.

Le destin. Encore lui, le maudit, l'impénétrable destin. Le rempart derrière lequel se cachent les peurs, les responsabilités : "c'est le destin", "laisse faire le destin", "ça se passera comme le veut le destin". Dans les chansons, dans les contes. Dans la tête des gens. 

Comme si tout était ordonné ou écrit et que rien n'était laissé au libre arbitre des hommes. Mais non, il n'y a pas de destin, pensait Ricciardi en arrivant, flanqué de Maione, devant la porte du divisionnaire. Il n'y a que le mal et la douleur. 

le mois italien.jpgParticipation pour le mois italien chez Martine

iframe src="http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Flapetitemarchandedeprose.hautetfort.com%2Farchive%2F2019%2F05%2F19%2Fle-printemps-du-commissaire-ricciardi-de-maurizio-de-giovann-6152219.html&layout=button_count&show_faces=false&width=50&action=like&colorscheme=light" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" style="border:none; overflow:hidden; height:30px">

Commentaires

Je crois que cela fait partie du charme de la série de suivre et d'attendre les saisons pour lire ( il va me falloir être patiente, je suis parvenue au bout des traductions en français, le prochain titre sort début juin en grand format, je lis en poche. Le temps que je me mette enfin à l'italien ? ;-) )

Écrit par : Marilyne | 28/05/2019

Répondre à ce commentaire

Pourquoi pas ! Ce sera une bonne occasion ;)
Effectivement, attendre les bonnes saisons a son petit charme, d'autant qu'ainsi, les livres ne partent pas trop vite ! Merci à toi de m'avoir fait découvrir cette chouette série policière.

Écrit par : Lili | 30/05/2019

Je viens de découvrir deux titres de la même série sur le blog de Maryline. Je n'ai encore acheté aucun titre mais je n'ai que l'embarras du choix !

Écrit par : maggie | 28/05/2019

Répondre à ce commentaire

Je te conseille tout de même de commencer par le premier pour suivre l'histoire des personnages, et la grande histoire par la même occasion (puisque le fascisme prend de plus en plus de place dans les intrigues à mesure du temps si j'ai bien compris chez Marilyne).

Écrit par : Lili | 30/05/2019

Je suis au même rythme que toi, je viens d'acheter "L'été..." pour le lire pendant les vacances.
C'est en effet une très bonne série, divertissante, et qui permet de découvrir certains aspects de Naples et de ses habitants, et comme, tu dis, de qualité. L'autre série de Maurizio de Giovanni devrait te plaire également, celle des enquêtes de l'inspecteur Lojacono, qui commence avec "La méthode du crocodile"...l'as-tu déjà lu ?

Écrit par : Florence | 29/05/2019

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas encore acheté "L'été..." mais ça ne saurait tarder.
Je ne connais pas du tout l'autre série de Maurizio de Giovanni. De quoi parle-t-elle ?

Écrit par : Lili | 30/05/2019

Je viens de commander ce Printemps cet après-midi ! Ton billet me donne encore plus envie de poursuivre la série.

Écrit par : Anne | 29/05/2019

Répondre à ce commentaire

Génial ! J'espère qu'il te plaira autant que moi. Hâte de te lire à son propos !

Écrit par : Lili | 30/05/2019

Sympa ce mois italien. Je me rends compte que je présente de grosses lacunes lorsqu'il s'agit de la littérature italienne. Je ne connais quasiment rien ou très peu. Il faudrait que je jette un œil à l'occasion...Je ne connais pas du tout cette série policière, cela m'intrigue...

Écrit par : Missycornish | 02/06/2019

Répondre à ce commentaire

Je suis aussi très très inculte en littérature italienne. C'est pour ça que j'aime bien ce mois thématique : ça me sort de mes sentiers battus. Cette série policière est vraiment agréable, elle détend et divertit parfaitement, sans être niaise.

Écrit par : Lili | 06/06/2019

Bonjour Lili, j'ai encore l'Automne à lire. J'aime beaucoup ce commissaire avec ses dons extra sensoriels. Et l'époque des années 30 en Italie comme toile de fond est originale. Bonne journée.

Écrit par : dasola | 10/06/2019

Répondre à ce commentaire

Je suis une fan inconditionnelle de cette série policière !
Bonne journée.

Écrit par : Bonheur du Jour | 13/06/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire