Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2017

Bleu passion de Victoria Strauss

Bleu passion .jpgBleu passion est un roman américain certes, et il me permet du coup d'ajouter une participation inespérée et in extremis au mois américain de Titine, mais c'est de l'Italie du XVème siècle dont il est question tout du long. 

Giulia a dix-sept ans et vit dans la riche demeure de son père, le comte Borromeo. Nous la découvrons aux premières pages du roman s'adonnant au dessin et savourant l'éclat du soleil sur les feuilles de pommier. En somme, la vie semble belle. Ce n'est pourtant que leurre : le comte Borromeo est décédé depuis plusieurs mois et Giulia est sa fille illégitime. Ces deux faits suffisent à rendre sa présence indésirable désormais dans la maison. La comtesse, sa belle-mère, décide alors d'honorer la dernière volonté de feu son mari avec malveillance. Puisqu'il a légué à Giulia une dot par testament,  elle sera en effet mariée mais pas à un vivant : elle est envoyée de force au couvent de Santa Marta de Padoue. Une belle façon d'accéder à la requête posthume du comte tout en se débarrassant de l'inopportune belle-fille. 

Sauf que Giulia n'a aucune vocation pour les ordres. Son rêve est d'avoir une famille et une maison à elle, d'avoir enfin cette indépendance qui lui a tant fait défaut jusqu'ici. La perspective de la vie religieuse la révulse : au lieu de gagner en liberté, elle plonge plus avant dans une servitude mortellement routinière. Elle n'a pourtant pas le choix de se soumettre à la volonté de la comtesse, et la voilà partie pour Padoue,  non sans avoir vendu un peu de sa foi à un sorcier dans l'espoir d'un talisman magique. 

A mesure que les jours passent entre les murs de Santa Marta et que Giulia espère celui qui lui offrira la liberté, elle reçoit le plus surprenant des cadeaux : quitter l'ennuyeux atelier de couture pour intégrer le seul et unique atelier féminin de peinture du pays. Soeur Humilità, la maîtresse de l'atelier, la recrute en découvrant l'un de ses dessins dans un coffre. Elle propose à Giulia de perfectionner sa technique de dessin, et de l'initier à toutes les arcanes de l'art pictural. En attendant de s'enfuir, c'est alors un monde merveilleux, et censément inaccessible à une femme dans cette Renaissance florissante mais misogyne, qui s'ouvre à notre héroïne éblouie. 

Pour devenir une artiste, il ne suffit pas de dessiner et de peindre. Avant de se servir de la couleur, il faut comprendre d'où elle vient et comment elle est fabriquée. Avant de travailler sur un panneau de bois ou sur un mur de plâtre, on doit savoir comment préparer le bois et comment on applique le plâtre. Avant de diriger un atelier, on doit connaître chaque aspect de son organisation, jusqu'au balayage des planchers. On doit pouvoir le faire soi-même avant de le faire faire par des apprenties comme nous, sinon on ne sera jamais véritablement maîtresse de notre art.

Malgré une couverture des plus cucul qui semble annoncer une mauvaise romance pour ado, il faut reconnaître que Bleu passion est plutôt un bon roman ! Giulia campe une jeune femme déterminée et talentueuse dans un siècle qui ne laisse aucune latitude à la femme, surtout si elle est pauvre, orpheline et illégitime. Quels que soient son intérêt pour l'astrologie ou sa passion le dessin, il ne saurait être question de les exploiter : les femmes sont bien trop notoirement inconstantes et frivoles pour être savantes ou artistes, sans parler de l'indécence de fréquenter librement des hommes - a fortiori s'ils faut les dessiner à demi-nus ! Il n'y a donc que peu de destins à la portée d'une femme : le mariage, la domesticité ou la vie religieuse.

Giulia, pourtant, ne veut se satisfaire d'une vie de recluse et souhaite ardemment réaliser son plus cher désir... Mais quel est-il exactement ? S'agit-il véritablement de se marier comme elle l'a toujours pensé ? Au-delà d'un certain regard sur l'existence de la femme durant la Renaissance, Bleu passion est aussi le récit du passage à l'âge adulte : il s'agit pour Giulia de savoir enfin ce qui compte et quelle direction elle souhaite donner à sa vie, dans les limites qui lui sont imparties. Il lui faut, en somme, apprendre à se connaître et à user de son libre-arbitre. 

Par ailleurs, il ne saurait être question de la Renaissance sans parler d'art et c'est en effet le feu qui sous-tend tout le roman. Sous l'égide de la maestra Humilità et de son bleu passion très convoité, Giulia brosse pour nous l'épopée fabuleuse de la création des plus belles icônes du siècle. Malgré certaines faiblesses, que je retrouve d'ailleurs souvent dans la littérature ado (notamment une intrigue parfois un peu téléphonée), Bleu passion est donc un roman intéressant à bien des égards et qui se lit sans bouder son plaisir. 

Bleu passion de Victoria Strauss, Albin michel, 2014, 380p. 

 

mois américain.jpgLe mois américain 2017 chez Titine

iframe src="http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Flapetitemarchandedeprose.hautetfort.com%2Farchive%2F2017%2F09%2F30%2Fbleu-passion-de-victoria-strauss-5984904.html&layout=button_count&show_faces=false&width=50&action=like&colorscheme=light" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" style="border:none; overflow:hidden; height:30px">

Commentaires

Oh mais je peux le conseiller dans des listes en rapport avec l'art ! J'ai bien fait de te lire jusqu'au bout parce qu'en effet, la couverture est gnangnan... ;-) (mais s'il s'agit d'un bleu ensorcelant, je suis partante à 200 %)

Écrit par : Anne | 30/09/2017

Répondre à ce commentaire

Mais oui, Anne ! C'est d'ailleurs ce que je vais faire pour mes 4e et c'est pour cela que ce roman a fini entre mes mains : je voulais vérifier qu'il valait le coup d'être ajouté à une liste de suggestions de lectures... Et c'est le cas !
Le bleu passion est en effet une couleur ensorcelante créée par la maestra Humilità... Et ça donne envie !

Écrit par : Lili | 30/09/2017

Tu as donc trouvé un roman sur l'art bien intéressant pour tes élèves ! Cette histoire me fait penser à l'histoire - vraie - de Sor Juana Inés de la Cruz, une nonne mexicaine du XVIIe siècle très célèbre jusqu'à aujourd'hui. Certains en font la pionnière du féminisme dans le Nouveau Monde. Elle était également bâtarde, d'un père espagnol et d'une mère indienne, et elle a été mise au couvent par son oncle. Douée pour tous les arts et les sciences (notamment poésie, philologie, langues, mais aussi mathématiques, astronomie...), elle était très honorée à la cour du Vice-Roi et c'est sa condition de nonne qui lui permit de continuer à pratiquer des activités intellectuelles, car la vie d'une femme mariée à l'époque et en ce lieu ne laissait guère de place pour ces activités. Je parie que l'auteure s'est inspirée de son histoire.
PS : il y a une mini-série sur netflix sur l'histoire de Sor Juana !

Écrit par : ellettres | 30/09/2017

Répondre à ce commentaire

Ahhh merci pour cette tranche d'histoire, ma chère Ellettres ! Je ne savais pas du tout que la mini-série Netflix était tirée d'une histoire vraie, ni même de quoi elle parlait à vrai dire (à part que cela se passait dans un couvent, évidemment) ! Je la note pour la regarder très bientôt du coup !
Je suis allée lire les notes de fin d'ouvrage pour voir si Giulia était inspirée de Sor Juana et visiblement non. Le personnage semble totalement fictif. Par contre, l'auteure s'est inspirée pour soeur Humilità, la maestra, de soeur plautilla Nelli qui fut la maîtresse d'un atelier de peinture au couvent de Sainte Catherine de Sienne à Florence au XVIème ! Comme quoi, le couvent semble avoir été la voie de la sagesse et de la culture pour de nombreuses femmes en ces temps reculés !

Écrit par : Lili | 01/10/2017

et bin toute une histoire...oui la couverture n'attire pas du tout....mais toute une chouette epoque...j'adore...;)

Écrit par : rachel | 01/10/2017

Répondre à ce commentaire

Comme quoi il ne faut définitivement jamais juger un livre par sa couverture ;)
Et en effet, la Renaissance est décidément une époque passionnante !

Écrit par : Lili | 01/10/2017

C'est vrai que dis donc la couverture est plus que pas terrible, avec la Renaissance, il y avait tellement de possibilités d'illustrations; bref. Il me tente quand même pour ma grande fille, j'aime bien les romans qui rappellent aux jeunes filles le chemin parcouru.
(Bleu passion ? parce que le bleu est la couleur christique à la Renaissance ?)

Écrit par : Galéa | 02/10/2017

Répondre à ce commentaire

Exactement, Galéa : Bleu passion pour la passion du Christ que soeur Humilità a représentée en usant de sa couleur envoûtant !
Malheureusement, je crains qu'une couverture plus "Renaissance" eût été moins attractive pour le jeune public... C'est regrettable mais finalement, ce n'est pas le plus important.
Apparemment, le livre n'est plus trouvable qu'en occasion mais je n'ai pas eu de difficulté à en dénicher un exemplaire en bon état sur la toile. J'espère qu'il plaira à ta grande fille !

Écrit par : Lili | 02/10/2017

C'est vrai qu'il doit y avoir plus d'une histoire de nonne de ce genre à la Renaissance et à l'âge baroque... autant pour moi donc. Je ne peux m'empêcher de tout ramener à ma marotte ;) La série netflix n'est pas extraordinaire mais elle donne un bon aperçu de la vie de sor Juana

Écrit par : Ellettres | 06/10/2017

Répondre à ce commentaire

Je t'en dirai des nouvelles !

Écrit par : Lili | 06/10/2017

Écrire un commentaire