Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2018

Rendez-vous poétique avec René Char et Zao Wou-Ki

poésie,rendez-vous poétique,rené char,effilage du sac de jute,zao wou-ki,aquarelle,enluminure,poème en prose,rimbaud,fenêtres dormantes et porte sur le toitA la fin des années 70, René Char rédige les poèmes en prose d'Effilage du sac de jute qui intégreront le recueil Fenêtres dormantes et porte sur le toit paru en 1979. A cette époque, il entretient depuis plusieurs années une amitié avec le peintre Zao Wou-Ki. Le 8 avril 1980, ainsi qu'en atteste la correspondance en fin d'ouvrage, René Char propose à Zao Wou-Ki d'enluminer l'un de ses manuscrits. Parmi les propositions du poète, ce sont les poèmes publiés dans le présent recueil  qui ont l'heur du peintre. 

L'un comme l'autre nourrissent depuis longtemps un dialogue entre les arts :  René Char avec George Braque, Nicolas de Staël, Joan Miró ou Vieira da Silva ; Zao Wou-Ki avec Henri Michaux ou Yves Bonnefoy. La circulation de l'expression ne connait pas de frontière artistique. Il n'est pas question pour l'un d'illustrer ou de mettre en mots la création de l'autre. Ils se répondent, créent des ponts et des échos, révèlent quelque facette, soulèvent un pan du rideau et font toute la lumière

Ainsi se crée un espace de rencontre et de clarté où s'épanouissent les correspondances infinies. 

Plus je lis René Char (et ça ne va pas en s'arrangeant à mesure des années), plus je sens vibrer chez lui cette liberté rimbaldienne, mélange d'exigence, de sensualité, d'enthousiasme et de lucidité. Il y a une véritable jouissance du mot qui craque comme un pépin de grenade sous la langue. L'essentiel est crypté. Il faut fouiller corps et esprit dans les mailles du verbe pour s'abreuver de son eau claire. Zao Wou-Ki y déploie les nuances du mouvement. Chez lui, les contraires n'ont plus cours. Ce qui semble fragilité n'est que puissance subtile, et la pâleur des roses, des verts, des bleus, est l'expression ténue du mystère de l'être. On serait tenté d'être désinvolte face aux aquarelles de Zao Wou-Ki, qui nous a longtemps habitués à la peinture à l'huile, or l'éclat du chaos y danse ardemment. L'un et l'autre, René Char et Zao Wou-Ki, avancent masqués, humbles, souriants mais ils sont la vague, toute la beauté du monde. 

Bel Avent poétique à tous*

*

Azurite

Nous aurons passé le plus clair de notre rivage à nous nier puis à nous donner comme sûrs. Une hécatombe n'est aux yeux de la nuée humaine qu'un os mal dénudé et tôt enfoui. Destin ganglionnaire à travers l'épanchement des techniques, qui paraît, tel le cuivre au contact de l'air, vert-de-grisé. Quelques météores réussissent à percer la barrière, parlant de court au bec jaunet d'un oisillon de feu qui pleurait à son ombre, quand tombait le marteau du roi chaudronnier. 

poésie,rendez-vous poétique,rené char,effilage du sac de jute,zao wou-ki,aquarelle,enluminure,poème en prose,rimbaud,fenêtres dormantes et porte sur le toit

Récit écourté 

Tout ce qui illuminait à l'intérieur de nous gisait maintenant à nos pieds. Hors d'usage. L'intelligence que nous recevons du monde matériel, avec les multiples formes au dehors nous comblant de bienfaits, se détournait de nos besoins. Le miroir avait brisé tous ses sujets. On ne frète pas le vent ni ne descend le cours de la tempête.
Ne grandit pas la peur , n'augmente pas le courage. Nous allons derechef répéter le projet suivant jusqu’à la réalité du retour qui délivrera un nouveau départ de concert. Enserre de ta main le poignet de la main qui te tend le plus énigmatique des cadeaux; une riante flamme levée, éprise de sa souche au point de s'en séparer.

poésie,rendez-vous poétique,rené char,effilage du sac de jute,zao wou-ki,aquarelle,enluminure,poème en prose,rimbaud,fenêtres dormantes et porte sur le toit

La poudrière des siècles

Sur une terre d'étrangleurs, nous n'utilisons, nous, que des bâtons sifflants. Notre gain de jeu, on sait, est irrationnel. Quel souffleur pour nous aider ? Par le bec d'une huppe coléreuse, nous entendons la montagne se plaindre du soi-disant abandon où nous la laisserions. c'est mensonge. Les nuages en archipel précipité, ne sont pas affilés par nos tournures sombres mais bien par notre amour. Nous rions. Nous divaguons. Une miette frileuse tombe de ma poche et trouve à l'instant preneur. On ne pend personne aujourd'hui. 

Dans une enclave inachevée
Tout l'art sur l'épaule chargé, 
Creuse son trou le soleil.
Est épongé le peu de sang. 

poésie,rendez-vous poétique,rené char,effilage du sac de jute,zao wou-ki,aquarelle,enluminure,poème en prose,rimbaud,fenêtres dormantes et porte sur le toit

Le rendez-vous poétique de Marilyne

iframe src="http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Flapetitemarchandedeprose.hautetfort.com%2Farchive%2F2018%2F11%2F26%2Frendez-vous-poetique-avec-rene-char-et-zao-wou-ki-6108254.html&layout=button_count&show_faces=false&width=50&action=like&colorscheme=light" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" style="border:none; overflow:hidden; height:30px">

Commentaires

Bel article, dans lequel on ressent parfaitement ton enthousiasme et ton émotion.Quelle richesse de la langue dans les extraits. J'avoue y être toutefois moins sensible qu'à la prose poétique que j'ai lu dans le recueil Lettera Amorosa.

Écrit par : Marilyne | 03/12/2018

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas encore lu les Lettera Amorosa ! Je m'y adonnerai donc bientôt !
Mais oui, quelle richesse et quelle beauté dans la langue de René Char. Je ne m'en lasse pas - mieux : je l'aime de plus en plus !

Écrit par : Lili | 05/12/2018

Je déteste Char ( je ne comprends rien à ce qu'il dit). On peut me jeter la pierre ! En revanche, j'aime beaucoup les illustrations, elles sont faites par qui ?

Écrit par : maggie | 03/12/2018

Répondre à ce commentaire

Ohhh, quel dommage ! C'est vrai qu'il est assez obscur mais cela participe, pour ma part, au fait qu'il me touche, je crois. Il fait vibrer quelque chose de plus profond, chez moi, que le sens usuel des mots.
Les aquarelles sont de Zao Wou-Ki ;)

Écrit par : Lili | 05/12/2018

J'aime la musicalité des vers de Char, mais comme Maggie, je reste toujours un peu perplexe face à leur sens. Je crois que ce n'est pas ce qu'il faut y chercher ? Mais se laisser happer par leur mystère et les images qu'il évoque. J'adore les aquarelles de Zao Wou-Ki, veinées comme des roches mais aussi légères que l'air, on ne se lasse pas de plonger le regard dedans.

Écrit par : ellettres | 06/12/2018

Répondre à ce commentaire

"Se laisser happer par leur mystère et les images qu'il évoque" : exactement ! Après bien sûr, il y a un quelque chose à y lire mais ce n'est vraiment pas ce qui prime, à mon sens, au contact de la poésie. C'est d'abord une question d'émotion, de surprise, de nouveauté ; c'est réinventer et redécouvrir le langage.
Que tu parles merveilleusement de Zao Wou-Ki également ! Je suis ravie de lire qu'il te touche autant que moi.

Écrit par : Lili | 06/12/2018

J'aime beaucoup ces belles rencontres entre écrivains et peintres. J'ai trop peu lu René Char, quant à Zao Wou-ki, j'admire son art de peintre poète. (Jolie bannière !)

Écrit par : Tania | 06/12/2018

Répondre à ce commentaire

Merci Tania, cela me fait très plaisir ! J'espère t'avoir donné envie de continuer à lire René Char alors :)

Écrit par : Lili | 06/12/2018

Je comprends ce que vous dites à propos de votre lecture de René Char. Elle m'inspire également. Merci de me signaler ce livre !
Bonne journée.

Écrit par : Bonheur du Jour | 07/12/2018

Répondre à ce commentaire

Je suis ravie de partager cette inspiration ! :)
Belle soirée :*

Écrit par : Lili | 12/12/2018

Écrire un commentaire