Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2018

La chambre de Lautréamont d'Edith et Corcal

La chambre de Lautréamont.jpg

Tu es poète et tu étouffes la poésie. 

Une pondeuse, Bretagne ! T'es plus qu'une vieille poule qui chie de l'intrigue à la demande pour faire jouir le bourgeois. tu t'embourgeoises toi-même. Ta pensée s'assèche. Tu bouffes du cliché et tu prends du bide. Regarde-toi...

Auguste Bretagne est un écrivaillon de feuilletons sanglants dans les années 1870. Il écume les revues avec son personnage de savant psychopathe, le professeur Maldamar, lorsqu'il n'écume pas les rues de Paris. A l'occasion, il assiste aux réunions du cercle zutiste avec Charles Cros, Arthur Rimbaud et sa maîtresse, l'androgyne Emily Parkinson. Le reste du temps, il laisse l'inspiration le gagner dans la solitude de sa chambre, véritable cabinet de curiosités un poil flippant dont le clou est d'avoir été le dernier toit d'Isidore Ducasse dit Comte de Lautréamont. 

D'ailleurs, un soir de beuverie où le peyotl s'est invité à la fête, Bretagne et Rimbaud entendent distinctement la voix d'outre-tombe du Comte. Le logeur l'entend aussi - alors qu'il est tout à fait sobre, pour le coup. A partir de là, on se demande si une porte ne s'est pas ouverte sur l'enfer ; si on n'est pas au bord de la folie ; et surtout, si certains petits plaisantins ne sont pas joliment en train de nous mener par le bout du museau. 

Crapahuter des kilomètres dans la nuit de son crâne, ça use... J'en ai de la bouillie de cervelle collée à mes semelles. 

Le grand bonheur de cette BD, outre l'histoire délicieusement bien ficelée qui nous balade dans un Paris fin de siècle brumeux, tout en ombre et en solitude créatrice, c'est la supercherie monumentale qui la porte. Rien n'est laissé au hasard pour nous faire croire qu'il s'agit bel et bien du premier roman graphique publié en 1874 et retrouvé fortuitement au fond d'un vieux carton en Australie. Tout à l'air vrai, excepté les détails dont on sourit à chaque ligne, évidemment. Je me suis autant délectée à lire le dossier fantasmabiographique sur Auguste Bretagne réalisé par un pseudo-professeur d'université que la BD elle-même !

Cela étant dit, ce fut aussi un bonheur non dissimulé de frayer avec un Rimbaud désinvolte et écorché à souhait (les deux citations ci-avant émanent de ce truculent personnage), d'imaginer ce qu'auraient pu être quelques scènes mythiques de création à quatre mains et de se représenter un temps dans lequel la plupart des innovations technologiques ont dû véritablement faire l'effet d'une bombe infernale. 

En somme, j'ai tout aimé ! En même temps, il me fallait bien ça pour me motiver à chroniquer une BD ; ça ne m'arrive plus si souvent ! Merci Edith, Merci Corcal !

art,poésie,littérature,bd,roman graphique,lautréamont,auguste bretagne,chant,enfer,création,maldamar,feuilleton,figuration poético-narrative,dessin,edith,corcal

Je me suis retrouvé au matin, brumeux et ravagé comme après une effroyable tempête. 

En moi, s'accrochaient encore les bribes d'un rêve atroce. Mais j'ai vite réalisé que je n'avais pas dormi, pas eu de rêve. Je m'éveillais seulement, peu à peu, du texte. 

art,poésie,littérature,bd,roman graphique,lautréamont,auguste bretagne,chant,enfer,création,maldamar,feuilleton,figuration poético-narrative,dessin,edith,corcal

art,poésie,littérature,bd,roman graphique,lautréamont,auguste bretagne,chant,enfer,création,maldamar,feuilleton,figuration poético-narrative,dessin,edith,corcal

iframe src="http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Flapetitemarchandedeprose.hautetfort.com%2Farchive%2F2017%2F12%2F16%2Fla-chambre-de-lautreamont-d-edith-et-corcal-6008942.html&layout=button_count&show_faces=false&width=50&action=like&colorscheme=light" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" style="border:none; overflow:hidden; height:30px">

Commentaires

J'aime beaucoup cette dessinatrice ! J'avais lu les hauts de hurlevent. Pourquoi pas cette BD : je n'en lis pas beaucoup car je n'ai aps beaucoup de référence...

Écrit par : maggie | 07/03/2018

Répondre à ce commentaire

J'adore aussi cette dessinatrice ! Je ne savais pas qu'elle avait adapté "Les hauts de hurlevent" en BD ! Je note, évidemment.

Écrit par : Lili | 09/03/2018

(Attention commentaire constructif) Je note, ça a l'air trop bien ! (j'avais prévenu)

Écrit par : nathalie | 10/03/2018

Répondre à ce commentaire

Non mais il me fait plaisir ton commentaire !

Écrit par : Lili | 10/03/2018

Moi aussi elle me fait envie cette BD ! Une BD qui se mêle de littérature, histoire, poésie et fantasmagorie, quel programme plus réjouissant ??

Écrit par : ellettres | 12/03/2018

Répondre à ce commentaire

Honnêtement, je ne vois pas :D

Écrit par : Lili | 14/03/2018

Écrire un commentaire