Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2011

Pyongyang de Guy Delisle

 

Pyongyang_27052003.gif

Pyongyang de Guy Delisle, ed. de l'Association, 2003, 176p.

 

 

La Corée du Nord est le pays le plus fermé au monde. Pourtant, elle accueille régulièrement des dessinateurs, les studio de films d'animations étant quasiment tous délocalisés en Asie (et oui, il n'y a pas que les usines, hmm) et c'est dans le cadre d'un de ces séjours professionnels que Guy Delisle passe deux mois dans ce microcosme tellement lisse qu'il en file la chair de poule.

Sous la crayon de Guy Delisle, on a pourtant souvent envie de sourire - de pertinence, de tendresse, de justesse. Il a l'oeil affûté pour croquer l'expérience de l'alterité en une série de courtes séquences rythmées. Le ton est enlevé et le gouffre des cultures créent quelques situations cocaces, à la limite de l'absurde, d'autres font plutôt froid dans le dos.

Ce n'est pas tant un reportage qu'un journal d'impressions et d'instantanés qui tend à mettre en lumière la différence à travers le quotidien d'une subjectivité.
Tout simplement savoureux !

 

Merci bcp à Elo de m'avoir offert ce roman graphique il y a un bail ! Comme quoi, il y a un temps pour chaque lecture et même si j'y ai mis du temps, ça valait le coup d'attendre !

 

delisle,roman graphique,corée du nord,pyongyang

18/10/2011

Transat d'Aude Picault

 

 [Ante-Scriptum : Les inscriptions pour le swap de l'hiver sont toujours d'actualité, elles se font ici et sr swap.de.lhiver@gmail.com]

 

Et ben, je sais pas ce que j'ai en ce moment, mais je me lance dans les romans graphiques, en fait.
Oui oui, je disais que je n'aimais pas ça dans mon article sur Billy Brouillard et c'est totalement vrai. Sauf qu'une part de moi sait qu'il y a de la qualité là-dedans et a quand même envie de goûter à cette qualité (ça doit bien être possible, nom d'un chat en mousse?)

 

Donc, je fouille consciencieusement la médiathèque municipale et hop, je tombe là-dessus :

 

 

Transat.jpg

Transat d'Aude Picault, ed. Shampooing, 2009

 

 

Aude, qui bosse comme une dératée devant son ordinateur parisien, en a ras la moustache. Elle decide donc de traverser l'Atlantique en bateau alors qu'elle n'a jamais navigué : normal.

Voilà un roman graphique à la fois léger et profondément pertinent, ancré dans son époque ; celle des trentenaires speed et overbookés mais qui, au final, peinent à trouver du sens. Cette traversée initiatique truffée de personnages truculents (Kiki est mon héros) nous offre une piste alternative - pas besoin de tout quitter mais il est parfois bon de s'extraire quelques jours et de se poser les bonnes questions.

Et puis bon, j'ai clairement été sensible au talent de l'auteur qui sait autant croquer furtivement une scène de vie quotidienne, un instant choisi en 3 dessins que nous faire un poème en prose de la mer en une double page de noir et blanc. C'est piquant et profond. J'adhère!

 

 

*

 

 

Aude Picault Transa1t.jpg