Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2018

Taqawan d'Eric Plamondon

taqawan,éric plamondon,pêche,saumon,littérature québécoise,québec littérature amérindienne,mig'maq,micmac,réserve,viol,enquête,rentrée littéraire 2018,rentrée hiver 2018Il faut se méfier des mots. Ils commencent parfois par désigner et finissent par définir. Celui qu'on traite de bâtard toute sa vie pour lui signifier sa différence ne voit pas le monde du même œil que celui qui a connu son père. Quel monde pour un peuple qu'on traite de sauvages durant quatre siècles ? 

Cette rentrée d'hiver, Eric Plamondon nous propose de remonter le temps jusqu'au 11 juin 1981. A cette date, les policiers québécois investissent la réserve mig'maq de Restigouche afin de confisquer les filets de pêches des autochtones. Raison officielle : les permis et les quotas pour éviter la surpêche des taqawan, ces saumons qui reviennent pour la première fois chez eux - motif métaphorique qui jalonne par ailleurs tout le récit. Raison officieuse : une obscure guerre politique entre le Québec qui a autorité sur ses territoires de pêche et le gouvernement fédéral qui a autorité sur les réserves indiennes. Pour faire simple, faire ch*** les Mig'maqs sur la question de la pêche au saumon, c'est une manière subtilement détournée pour Québec de faire ch*** Ottawa. Qu'il y ait dans l'histoire des hommes, femmes et enfants qui se démènent pour survivre et exister, préserver leur culture et surtout leur territoire, spoilé depuis plusieurs centaines d'années par les colons, est évidemment un dommage collatéral plus ou moins fortuit (suivez mon regard). 

Au cœur de cette pagaille, un garde-chasse outré du traitement réservé aux Mig'maqs par Québec et sa police démissionne, une jeune adolescente autochtone est violée dans les bois et un ancien professeur d'université reconverti dans la défense des droits de l'Homme, spécialiste de la question autochtone, se débat avec une paperasse monstre après la descente du 11. Ses trois personnages vont se croiser dans le chaos de juin 1981, non sans faire appel à quelques sparring partners - un ermite Mig'maq, une enseignante française et une journaliste stagiaire fort attirante - pour se sortir la tête de l'eau (ou pas). 

Comme si cela ne suffisait pas, Eric Plamondon émaille ce récit politique et humain de quelques considérations historiques et sportives sur la colonisation ou la pêche au saumon (il réussit même à caser Céline Dion). Ça peut sembler fouillis, de prime abord, mais ce processus par flashs permet au contraire de dégager d'un événement particulier - la confiscation des filets de pêche le 11 juin 1981 - un questionnement plus large, crucial et surtout nécessaire des sociétés canadiennes et américaines aujourd'hui - Quid de ce qui n'est ni plus ni moins que la seule colonisation toujours d'actualité au XXIème siècle ?

Bref, Taqawan propose un angle d'attaque vraiment attrayant et original. Il fait d'ailleurs l'unanimité chez la plupart des lecteurs, blogueurs, critiques professionnels ou libraires.
Pourtant, je suis beaucoup moins enthousiaste, il faut bien le dire. Malgré son originalité et son intérêt, ce récit me semble souffrir de nombreuses facilités qui conduisent le fil narratif à friser à plusieurs moments la superficialité, le manichéisme ou l'invraisemblance - je viens d'écrire puis d'effacer successivement deux exemples, considérant qu'ils spoilent furieusement certains passages clés du roman mais je suis tout à fait disposée à les donner à ceux qui veulent pour étayer le débat. Pour résumer, on est souvent pas loin de la caricature.
En outre, d'un point de vue stylistique, il y a évidemment quelques trouvailles très très savoureuses, quelques tournures de phrases excellentes, mais finalement assez peu au regard de l'ensemble du texte. D'ailleurs, il suffit de parcourir les blogs qui ont déjà chroniqué jusqu'ici le roman pour se rendre compte que la plupart d'entre eux mettent systématiquement en avant la même citation :

- Au Québec, on a tous du sang indien. Si c'est pas dans les veines, c'est sur les mains. 

Formule joliment trouvée, c'est absolument évident, tout comme celle que j'ai cité en ouverture de ma chronique. Le lecteur pense immédiatement, moi y compris, que ça fait mouche.
Mais voilà, tout au long de ma lecture, j'ai regretté de ne pas croiser plus de ces petites pépites et suis restée la plupart du temps très extérieure à ma lecture. Elle m'a parfois distraite, souvent ennuyée de ses faiblesses, et ne m'a surtout jamais remué ni les neurones ni l'estomac. Bref, ce n'est vraiment pas ma lecture du siècle de l'année de la saison du mois. Dommage. 

taqawan,éric plamondon,pêche,saumon,littérature québécoise,québec littérature amérindienne,mig'maq,micmac,réserve,viol,enquête,rentrée littéraire 2018,rentrée hiver 2018Challenge Nation Indienne chez Electra

 

iframe src="http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Flapetitemarchandedeprose.hautetfort.com%2Farchive%2F2018%2F03%2F03%2Ftaqawan-d-eric-plamondon-6031238.html&layout=button_count&show_faces=false&width=50&action=like&colorscheme=light" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" style="border:none; overflow:hidden; height:30px">

Commentaires

C'est le genre de lecture qui pourrait me toucher. J'espère que les grosses ficelles du roman ne vont pas m'agacer aussi !

Écrit par : maggie | 24/03/2018

Répondre à ce commentaire

Je l'espère aussi ! Beaucoup de gens ont été touchés par le roman, c'est plutôt encourageant !

Écrit par : Lili | 24/03/2018

Oh une déception ? Même avec le meilleur scénario du monde, cela peut arriver... Le thème reste intéressant malgré tout Avec les milliers de kilomètres de différences, cela fait un peu penser aux conflits qu'il y a eu entre l'Etat français et les Kanaks de Nouvelle-Calédonie dans les années 80... voire avec Mayotte aujourd'hui. Bon en tout cas, je passe mon tour sur celui-là.

Écrit par : ellettres | 26/03/2018

Répondre à ce commentaire

Oui, je me console en me disant que ça arrive de passer à côté d'un bouquin même s'il tient une chouette idée et même s'il a eu un joli succès... Mais dans la même lignée, je trouve qu'il y en a vraiment de meilleurs.

Écrit par : Lili | 26/03/2018

zut alors ! J'ai au contraire beaucoup aimé - même si j'ai trouvé certaines ficelles un peu grosses (les meurtres à la fin .. les méchants trop méchants...) mais j'avoue que j'étais surtout passionnée par les Miq'maq ;-) et ceci doit sans doute parfois obstruer mon jugement. J'ai également aimé le choix narratif, l'insertion de ces "données" et la mise au jour d'un évènement passé inaperçu
pour Céline Dion, figures-toi que j'étais chez une amie québécoise à Québec quand je l'ai lu et effectivement elle n'a aucun souvenir de cette manifestation qui a dégénéré sur les droits de pêche (et les filets) mais se souvient bien de Céline Dion et de son premier succès. Je pense que l'auteur fait beaucoup de références qui parlent plus aux Québécois qu'aux Français également. La prochaine lecture sera meilleure !

Écrit par : Electra | 27/03/2018

Répondre à ce commentaire

Je suis d'accord avec toi : la construction avec insertion de données est très intéressante, contextualise la fiction et prête à réfléchir. Cela m'a beaucoup plu !
Par contre, le fait qu'il soit question d'une nation amérindienne a l'effet inverse sur moi que sur toi. Je crois que ça me rend doublement exigeante ! Sans doute pour ça que je suis passée à côté et que les aspects caricaturaux, manichéens, un peu lourds, ne sont vraiment pas passés !
Comme tu dis, tant pis ! La prochaine lecture sera meilleure :)

Écrit par : Lili | 28/03/2018

Oui, les méchants très méchants, sans trop de nuances;.. Mais j'ai pris un réel plaisir à cette lecture qui m'a beaucoup appris (alors qu'au départ, bof les indiens là bas ça ne m'attirait pas) et les petits plus historico géographiques m'ont bien plu aussi.
(et -ne tapez pas!- j'ai aussi apprécié ne pas avoir besoin d'un dictionnaire face aux rares mots québécois, là c'est aisé à lire)
Dans mon billet je n'ai pas cité la fameuse phrase. ^_^

Écrit par : keisha | 02/04/2018

Répondre à ce commentaire

Ahhhh tu es l'exception qui confirme la règle pour la fameuse phrase, alors !
Pour le coup, je suis à l'inverse de toi : le sujet me passionne. Ça m'a peut-être rendue trop exigeante ?

Écrit par : Lili | 03/04/2018

J'ai pour ma part beaucoup aimé. Exagéré, peut-être un peu mais le pire, c'est que plusieurs réplique qui semblent horribles... il y a beaucoup de vérité. On en a entendu beaucoup beaucoup des trucs aussi terribles. Mais je serais curieuse de voir quels éléments t'ont particulièrement dérangée...

Écrit par : Karine | 09/04/2018

Répondre à ce commentaire

Ah oui, par contre, je ne doute pas une seconde que beaucoup d'éléments soient véridiques ! C'est glaçant d'ailleurs.
J'ai surtout été dérangée par les réactions des personnages face aux meurtres. La manière dont le garde-chasse (dont le nom m'échappe là, deux mois après la lecture :D) semble n'être aucunement perturbé d'avoir assassiné quelqu'un ; le fait que la manière (assez ridicule) dont on fait disparaître les assassinés passent comme une lettre à la poste. C'est le genre de détails qui me gâchent le plaisir et qui m'empêchent radicalement d'adhérer à un texte, malgré d'autres abords intéressants (que je souligne tout de même dans ma chronique).

Écrit par : Lili | 17/04/2018

Écrire un commentaire