Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2018

Un printemps à Edimbourg, part. I : Promenons-nous avec Harry

voyage,edimbourg,vacances,écosse,harry potter,old town,vieille ville,royal mile,château fort,château d'edimbourg,maxies,restaurant,haggis,bière,victoria street,magasin,boutique,fossiles,pierres,grassmarket,cimetière,greyfriars,tombe,brume,brouillard,musée,greyfriars bobby,the elephant house,tea room,frontispice,bibliothèqueVoilà déjà un mois que j'ai regagné mes pénates.  N'empêche qu'Edimbourg continue à me trotter dans la tête. Il faut dire que cette ville-là a quelque chose de magique :
Mettre le pied dans le centre historique d'Edimbourg, ce qu'on appelle la Old Town, c'est tout bonnement débarquer dans le chemin de traverse - J.K. Rowling ne risquait pas de nous enfumer sur sa source d'inspiration. Tout n'est que vieilles pierres, devantures colorées absolument british et brouillard. Parce que oui, au risque de vexer certains écossais, le brouillard, ici, n'est pas une légende : on peut y aller à la machette (tu m'étonnes que certains y voient des monstres !).

Commençons d'ailleurs en sa compagnie, tout en haut du Royal Mile, cette fameuse enfilade de rues qui descend jusqu'à Holyrood Palace (Édimbourg est fort vallonné. Toi qui pénètres en ces lieux, munis-toi de chaussures confortables et prépare-toi à te faire le cuissot pour l'été) et qui s'affuble de ce joli surnom car il est l'itinéraire officiel du souverain britannique lorsqu'il visite la capitale écossaise. Tout en haut de ce Royal Mile, donc, le fameux château d'Edimbourg. LE château-fort par excellence, sorte de Tardis médiéval que l'on n'a fait que deviner, dans un premier temps - Merci, Brouillard (je ne retouche pas la photo : il faut que tu voies ça de tes propres yeux). 

IMG_20180413_113855 (2).jpg

Oublie toute idée de visiter ici une demeure royale toute de pièces richement décorées (je te montrerai cela en un autre lieu). Il s'agit du château-fort par excellence, disais-je, et extraordinairement bien conservé - fouler du pied la basse et la haute-cour ; admirer la vue imprenable sur la ville que percent de leur visée quelques canons : quelle expérience insolite et grisante. Ainsi, le maître mot de cette bâtisse impressionnante, c'est la guerre.

IMG_20180413_114903 (2).jpg

(oui, la photo est moche ; c'est raccord avec le temps. Il fallait quand même que tu vois le château qui se cache sous la brume)

Pour immerger le visiteur dans cette optique belliqueuse, tout ce qui a été aménagé dans l'enceinte des remparts que voilà s'y rapporte : le musée écossais de la guerre - où l'on découvre avec un petit sourire en coin la délicieuse propension britannique à ne parler QUE de ses plus éclatantes victoires, faut quand même pas déconner, et où l'on admire de fort belles pièces d'armement -, les prisons de guerre - où l'on pourra constater la sacrée évolution dans les conditions de détention militaire entre le XVIIIème et l'époque victorienne (on passe du bouge collectif insalubre à l'eau courante dans des cellules individuelles. C'est pas Byzance mais c'est mieux que rien), le mémorial de guerre, la sainte-chapelle, le trésor de la couronne écossaise - avec la fameuse pierre du destin restituée dernièrement - et la salle d'armes qui donne envie de se mettre à l'escrime avant d'aller ripailler quelques cuisses de poulet bien grasses. 

IMG_20180413_135346 (2).jpg

voyage,edimbourg,vacances,écosse,harry potter,old town,vieille ville,royal mile,château fort,château d'edimbourg,maxies,restaurant,haggis,bière,victoria street,magasin,boutique,fossiles,pierres,grassmarket,cimetière,greyfriars,tombe,brume,brouillard,musée,greyfriars bobby,the elephant house,tea room,frontispice,bibliothèqueD'ailleurs, en sortant de ce voyage historique, il faisait faim de fort belle manière. Non loin du château, se trouve une étonnante rue/terrasse qui surplombe Victoria Street peuplée de divers restaurants. Nous avons échoué dans l'un deux, dont la devanture a su nous allécher et l'intérieur, en pierres apparentes et lumières feutrées, nous convaincre. Quand je pars en voyage, j'aime bien jouer les touristes culinaires, aussi. Crapahuter et visiter, c'est bien. Se remplir la panse ensuite, c'est encore mieux. Or, à Edimbourg - tu me vois venir -, je ne pouvais pas ne pas goûter le haggis - même si, bon, tout à fait entre nous, ça ne m'emballait pas follement de prime abord. Mais peu importe, je me sentais l'âme d'une aventurière (ça m'arrive une fois toutes les années bissextiles et c'était ce jour-là). Maxies - puisque c'est le nom du resto - propose une revisite de pas mal de plats typiques écossais à la sauce contemporaine. Chez eux, exit la panse de brebis, du coup. Seule est servie la farce du haggis surmontée d'une purée de pomme de terre et de navet. Ça rappelle un peu le hachis parmentier ; c'est absolument délicieux. Les desserts ne sont pas en reste - et mieux vaut avoir encore faim pour les attaquer. On a validé sans restriction un gâteau chocolat/caramel de folie et un dessert typiquement écossais dont j'ai oublié le nom à base de crème, de framboise et de whisky, of course. On ne s'est pas privé d'arroser tout ça de bière, of course aussi. J'ai pu découvrir, à cette occasion, que si les bières anglaises tiennent plus de l'urine que d'autre chose, les bières écossaises sont racées et délicieusement goûtues. Un carton plein !

IMG_20180411_155046 (2).jpg

Pour digérer, rien de tel que de descendre Victoria Street (tu te rappelles qu'on était juste au dessus), petite rue charmante qui tournicote jusqu'à Grassmarket (où tu pourras pousser la porte d'un charmant petit magasin de fossiles et pierres semi-précieuses, Mr wood's fossils). Victoria Street est réputée pour avoir inspiré le chemin de traverse (pour de vrai, cette fois-ci, ce n'est pas juste une impression), alors forcément, s'y trouve la plus grosse concentration de magasins Harry Potter de la ville et visiblement, à Édimbourg, on ne déconne pas avec ça. Certains magasins, dont le Museum Context, font de leurs boutiques de véritables reconstitutions de l'univers de la saga. C'est assez impressionnant. C'est assez magique surtout. Et ça remplit pleinement son office de te donner envie de craquer instantanément le PIB du Burkina Faso. 

IMG_20180411_160207.jpgIMG_20180411_160244.jpg

IMG_20180411_160509 (2).jpg 

Nous avons poursuivi ainsi jusqu'au Greyfriars Cemetery qui respire l'époque victorienne à plein nez. De nombreuses visites sont proposées, parfois même la nuit, pour déambuler en écoutant des histoires de fantômes ou aider les visiteurs à repérer les fameuses tombes sur lesquelles J.K. Rowling a piqué quelques noms pour ses romans -  il paraît qu'on peut ainsi croiser le professeur McGonagall. On a préféré se balader par nous-mêmes, à l'impro. Le lieu dégage une atmosphère tellement propice à l'imagination que mieux vaut se raconter sa propre histoire. 

IMG_20180411_163818.jpg

IMG_20180411_204649_671.jpg

En plus, en sortant, tu pourras tomber sur Greyfriars Bobby : la superstition veut que lui toucher le museau porte chance. On est tombé dessus un vendredi 13, c'était doublement banco.

IMG_20180413_193530_149.jpg

Juste en face, se trouve le Musée National d'Ecosse. Il renferme une collection extrêmement diversifiée qui va de l'histoire naturelle aux arts déco en passant par toute l'histoire de l'Ecosse. Nous n'avions pas prévu de le faire mais le temps écossais bien pourri en a décidé autrement (le brouillard tout seul, passe encore, mais quand il s'associe à la pluie continue, rien ne va plus, faites vos jeux. Dans ces cas-là, le musée est ton ami) et on n'a pas été déçu. C'est dans cette même rue (George quelque chose, perpendiculaire au Royal Mile, tu retrouveras facilement), qu'on a déniché fortuitement (si, si, je t'assure) The Elephant House, le café dans lequel J.K. Rowling... Bref, tu connais la suite. Pris par l'élan du hasard, on a envisagé brièvement la possibilité d'aller y prendre un thé jusqu'à ce qu'on s'aperçoive que c'était pété de touristes et que l'intérieur n'avait rien de spécialement attrayant. Du coup, on a passé notre chemin et achevé, par la même occasion, notre promenade de Potterhead (mais pas que) dans Édimbourg. Fort heureusement, cette merveilleuse ville a encore bien d'autres délices à offrir... que je garde pour plus tard... 

IMG_20180411_165902.jpg

To be continued. 

PS : en cadeau bonus avant de te laisser filer, le meilleur frontispice de bibliothèque du monde. Que la lumière soit ! 

IMG_20180411_170109 (2).jpg

 

iframe src="http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Flapetitemarchandedeprose.hautetfort.com%2Farchive%2F2018%2F04%2F20%2Fun-printemps-a-edimbourg-6045115.html&layout=button_count&show_faces=false&width=50&action=like&colorscheme=light" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" style="border:none; overflow:hidden; height:30px">

Commentaires

Quelle visite passionnante en ta compagnie ! J'adore visiter les beaux cimetières notamment... A bientôt pour la suite donc !

Écrit par : Anne | 10/05/2018

Répondre à ce commentaire

J'aime aussi beaucoup les vieux cimetières ! On s'est régalé avec celui de Greyfriars !

Écrit par : Lili | 10/05/2018

Ah oui atmosphère atmosphère... Bon le brouillard c'est follement exotique, hein, ça fait authentique (propos de Marseillaise). Et j'adore les châteaux britanniques, qui sont merveilleusement bien présentés et entretenus (le feu de cheminée au château de Douvres m'a fait une forte impression !).

Écrit par : nathalie | 10/05/2018

Répondre à ce commentaire

Ahh ici, nous n'avons pas eu de feu dans les cheminées. C'est dommage, d'ailleurs. Vu les températures et le taux d'humidité, j'aurais bien apprécié :D
Mais sinon, clairement, aller à Edimbourg avec un temps pourri, ça fait partie du jeu !

Écrit par : Lili | 10/05/2018

Voilà qui donne envie ! J’attends la suite avec impatience

Écrit par : Nath | 10/05/2018

Répondre à ce commentaire

Je suis ravie que ça te plaise ! J'envoie la suite dans les prochains jours ^^

Écrit par : Lili | 10/05/2018

Génial! :)

Écrit par : Alys | 10/05/2018

Répondre à ce commentaire

:) !

Écrit par : Lili | 11/05/2018

à part la couleur du ciel, ça a l'air drôlement chouette! Je me prive souvent de ce genre de destination à cause de la météo justement (oui c'est bête mais je suis une amoureuse du soleil et de la chaleur)!

Écrit par : Violette | 12/05/2018

Répondre à ce commentaire

Je te comprends ! Enfin, disons que c'est dommage, clairement, de se priver de belles destinations parce que la météo y est peu clémente. MAIS, après trois escapades dans des régions fraîches et peu ensoleillées en l'espace d'un an, je ne te cache pas que mes prochaines destinations seront nécessairement au sud ! J'ai vraiment besoin d'un peu de soleil aussi !

Écrit par : Lili | 12/05/2018

J'aime beaucoup cette ville, j'ai eu la chance de toujours la visiter avec du soleil (même si la brume a un côté très charmant). Je me rappelle d'un cimetière victorien, à Stirling je crois, où il y avait des obélisques (en plus petit) un peu partout, c'était assez curieux...

Écrit par : Lilly | 13/05/2018

Répondre à ce commentaire

Quelle chance d'avoir vu Édimbourg sous le soleil. J'espère une prochaine fois pour moi ! Et je note ce cimetière victorien dont tu parles par la même occasion.

Écrit par : Lili | 13/05/2018

Mieux vaut tard que jamais ! Je lis enfin tes derniers billets et me régale de celui-ci. Cela me rappelle tout plein de bons souvenirs de cette ville, qui respire en effet son "Potter birthplace" à plein nez ! Avec ton humour, c'est une délicieuse promenade virtuelle que tu nous proposes là :)

Écrit par : ellettres | 24/05/2018

Répondre à ce commentaire

Merci copinette :*

Écrit par : Lili | 26/05/2018

Écrire un commentaire