Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/04/2012

Dernier rapport sur les miracles à Little No Horse de Louise Erdrich

8ebca2ae4b48b47bed333ddb42f532f8-300x300.gif

Dernier rapport sur les miracles à Little No Horse de Louise Erdrich, traduit de l'américain par Isabelle Reinharez, ed. Albin Michel, 2003 / Le livre de poche, 2009, 530p.

 

Réserve indienne de Little No Horse, Dakota du Nord. Le très vieux père Damien, témoin de vie des Ojibwés depuis le début du XXe siècle, pourvoyeur d'amour et d'une foi plus universelle que catholique, n'a jamais cessé d'écrire au Pape. Dans ces nombreuses missives, il a consigné tous les évènements "ordinaires et extraordinaires" du quotidien de la réserve ainsi que ces interrogations mais n'a jamais reçu aucune réponse. Jusqu'au jour où, à l'aube de sa vie, il reçoit la visite du père Jude Miller, en mission d'étude pour la sanctification de soeur Leopolda. A partir de leurs entretiens, et surtout de leur non-dits, va se dérouler sous nos yeux une série de mystères délicats comme autant de pétales qui s'effeuillent.

Etonnant roman fleuve que voilà qui ballotte mais surtout ravit le coeur du lecteur. L'histoire incroyable de Little No Horse se déploie en longues ramifications poétiques aussi savoureuses que complexes tant se joue une multitude de détails et de personnages. C'est vrai, il n'est pas du bois des romans facilement lus et oubliés mais tient plutôt de ces pages magnifiques et fouillées que l'on égraine avec lenteur jour après jour. Louise Erdrich compose la symphonie d'un univers lumineux où l'amour, coeur vivant du propos, est servi par une langue musicale aux accents divins.

Eblouissant travail d'écrivain, ce roman brasse l'émotion et la vie à pleins mots, et transcende toutes ces notions qui trouvent enfin ici un sens, bien loin des dogmes sclérosants : L'abnégation, le pardon, la rédemption, l'amour. Comme dit si bien le père Damien : Qu'est donc la totalité de notre existence sinon le bruit d'un amour effroyable ?

 

*

 

amour,foi,miracles,dakota du nord,etats-unis,usa,prêtre,soeurs,indiens,ojibwés,légende,histoire,damien,kapshaw,secretChallenge Amérindiens

Billet rétroactif 1

 

14/03/2012

American Gods de Neil Gaiman

Dans la catégorie du genre de livres sur lequel je n'aurais pas misé un kopeck quant à mon appréciation, voilà une excellente surprise ! Ce n'est pourtant pas mon premier Neil Gaiman, mais les deux précédents étaient classés en littérature ado et donnaient plutôt dans le gothico-mignon. Là, on a à faire à du pavé pour caller la table bancale de mamie (700 pages), l'auteur s'y tape un gros trip syncrétique autour de mythologies tous azimuts et flirte avec le fantastique à travers plaines - bref, une série d'ingrédients incongrus qui ne peut que trancher les avis de lecture et pour ma part, il est super positif !

 

Gaiman-American-gods.jpg

American Gods de Neil Gaiman, traduit de l'américain par Michel Pagel, ed. Au Diable Vauvert, 2002

 

Ombre envisageait sa sortie de prison sous les meilleurs auspices : il devait retrouver sa femme adorée et travailler dans la boutique de son meilleur ami. Sauf que le jour J arrivé, il découvre que ces derniers avaient une liaison et qu'ils viennent de se tuer en voiture au retour de leur coucherie d'adieu. Douche froide et moral dans les tongues.
Dans l'avion qui l'emmène vers cet avenir désormais nul, il fait la connaissance d'un comparse mystérieux et passablement horripilant qui se fait appeler Voyageur, le genre de personnalité magnétique à qui on ne peut pas dire non. Et d'ailleurs, Ombre ne dit pas non à son étrange proposition : devenir son homme de main.
A partir de là, les évènements et les rencontres improbables s'enchaînent, les dangers se mettent à pleuvoir et il apparait de plus en plus clair qu'un orage spirituel se prépare en coulisses.

American Gods, c'est une métaphore complètement dingue de la société américaine contemporaine, vidée de toutes ces croyances ancestrales pour déifier le consumérisme. C'est aussi la remise en question d'une foi aveugle qui pousse à la manipulation consentie.
Neil Gaiman s'en donne à coeur joie dans l'exploration des mythologies de tous temps et de tous poils, avec un oeil aiguisé et faisant fi d'un quelconque manichéisme. Les dieux sont finalement parfaitement humains, bourrés de qualités et surtout de défauts, à l'image de ceux qui les ont créés. De plus, il mixe avec bonheur les genres du thriller, de l'épopée, du road movie et du récit mythologique avec un brio savoureux.

Soyons clairs, cela ne plaira pas à tout le monde. Parce que c'est long, dense et surtout parce que c'est complètement barré - il ne faut pas craindre les enchaînements de grand n'importe quoi (saviez-vous, par exemple, qu'Anubis était devenu entrepreneur de pompes funèbres en collaboration avec Thot et qu'il était possible de s'envoler avec les dieux à partir d'un carrousel?) Néanmoins, la maitrise de l'auteur concernant son propos et son talent extraordinaire de conteur (oui, moi et le talent de conteur des écrivains en ce moment, c'est la grosse lubie), fait de ce pavé un délicieux divertissement culturel que je vous recommande de goûter.

 

 

*

 

 

dieux,orage,consumérisme,croyances,ancêtres,passé,foi,guerre,rêve

Challenge mythologies du monde chez Cottage Myrtille

1

22/12/2011

Du domaine des murmures de Carole Martinez

I-Grande-1392-du-domaine-des-murmures.net.jpg

Du domaine des murmures de Caroles Martinez, Gallimard, Coll. Blanche, 2011, 200p.

 

Où que nous soyons, la voix d'Esclarmonde traverse les âges et nous murmure son histoire. Toute jeune fille, elle refuse le destin de sa caste qui la destine à un mariage arrangé et à faire naître les héritiers du domaine. Elle dit non devant l'autel et se donne à Dieu - devient recluse pour l'éternité dans une cellule de la chapelle de Sainte Agnès. Pourtant, victime d'un viol le matin même de son entrée en solitude, elle ne se trouvera pas si seule dans sa réclusion... Elle sera tour à tour jeune fervente, mère puis prêtresse enflammée capable de visions nocturnes mais jamais elle ne quittera sa prison de pierres.

Ce roman là, on peut le dire, est un sacré succès de cette rentrée littéraire 2011! Chroniqué sur tous les blogs et dans toutes les revues littéraires, il a également raflé le prix Goncourt des lycéens. J'étais donc très curieuse de m'y plonger pour toucher du doigt les secrets d'un tel engouement, d'autant plus que le propos est particulièrement original ! Le moyen-âge et la recluse, Carole Martinez n'a pas choisi la facilité !

Finalement, je suis mi-figue mi-raisin. J'ai apprécié le style doux et poétique, et l'évolution du personnage, évoquant une complexité humaine plus forte que n'importe quelle foi aveugle. Où l'on touche du doigt aussi la question de la femme, de la liberté et de la religion en un temps où les Croisades font rage. Néanmoins, j'ai survolé tout ça et je suis loin d'avoir ressenti l'intensité et l'éblouissement de beaucoup de lectrices. Il m'a semblé que tout cela était trop lisse et trop attendu pour retourner les tripes. Tout est évoqué ou touché du doigt mais je suis restée sur ma faim, trouvant que cela manquait cruellement de consistance. Ce style doux et poétique, clairement de qualité, donne pourtant une tonalité gentillette à l'ensemble qui ne colle pas avec l'époque ni avec ce que vit le personnage. En refermant le bouquin, je me suis dit "c'est mignon". Voilà, sans plus.

 

Merci beaucoup à Leiloona pour ce livre voyageur !

 

Challence rentrée littéraire 2011.jpgChallenge de la rentrée littéraire 2011

11/7