Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/07/2017

L'été du renard... en BD !

renard,jane eyre,bd,le grand méchant renard,jame le renard et moi

Le renard a la cote en décoration en ce moment, et j'avoue souscrire totalement à cette mode amusante (eu égard à l'horloge renard qui trône fièrement sur mon piano à côté du Saint Jérôme du Caravage : normal). Et il a aussi la cote en BD, ce que je découvre plus tardivement cet été seulement, avec deux ouvrages dénichés au CDI du boulot avant les grandes vacances. Je les réunis tous deux ici, ne prévoyant pas d'en faire individuellement une longue chronique et permettant ainsi aux amoureux du rouquin de faire d'une pierre deux coups. 

Jane le renard et moi.jpgJ'attaque par le plus beau graphisme et le propos le plus touchant : Jane, le renard & moi d'Isabelle Arsenault et Fanny Britt qui a paru aux éditions de La Pastèque en 2012. Ce moi, c'est Hélène, une jeune adolescente seule et mal dans sa peau, persuadée d'être une baleine ou une saucisse parce qu'un groupe de filles en vogue se moque et la harcèle à ce propos. Des tags insultants sur les murs des toilettes, des mots en douce et des gloussements sur son passage... Pour tromper l'ennui, Hélène lit Jane Eyre et essaye d'y trouver l'espoir d'un avenir meilleur. Mais comme les livres ne font pas tout (même s'ils font déjà beaucoup), c'est un petit renard surprise qui sera l'entremetteur d'une véritable amitié, pour redonner espoir à l'héroïne. 

L'histoire est délicate et terriblement émouvante, mais je dois reconnaître l'avoir trouvée parfois décousue. Les intermèdes avec Jane Eyre tombent un peu trop comme un cheveu sur la soupe, de même que l'apparition brève du renard qui rappelle évidemment Le Petit Prince ou cette fin brusque bien que lumineuse. En somme, tout fait sens mais n'est pas toujours amené très subtilement (ou suis-je trop exigeante ?) Malgré ces petits bémols narratifs, je me suis par contre délectée du dessin sublime, tendre et écorché, qui est un bonheur pur et simple pour les yeux. 
N'empêche qu'avis mitigé ou pas, cette BD est évidemment à mettre entre toutes les mains des collégiens pour sensibiliser aux ravages du harcèlement scolaire : elle met justement en lumière le poids du groupe sur celui qui est mis à l'écart et la nécessité, par ailleurs, de continuer à s'ouvrir à l'autre par l'entremise de la littérature. 

Jane le renard et moi 3.jpg

Jane le renard et moi 4.jpg

Jane le renard et moi 5.jpg

Jane le renard et moi 2.jpg

 

Le grand méchant renard.jpgJe poursuis et finis avec le COUP DE CŒUR que beaucoup ont déjà lu depuis sa parution en août 2015, à savoir Le grand méchant renard de Benjamin Renner chez Shampooing. Honnêtement, il ne m'attirait pas plus que ça : je trouvais le graphisme quelconque et l'idée de détourner énièmement la figure du renard rusé m'ennuyait d'avance (la faute au Roman de Renart et aux fables de La Fontaine sucés et re-sucés dans les programmes du collège, sans doute). Même les chroniques élogieuses ici ou là ne m'avaient pas décidée. Et puis bon, je me suis dit que c'était quand même balo de l'avoir gratos à portée de main sans y jeter au moins un coup d’œil, ne serait-ce que pour voir si je pouvais en faire quelque chose dans mes cours. 

Le coup d’œil s'est soldé par une lecture d'une traite. La narration se fait globalement sans temps mort (à moins d'une petite longueur à mi-parcours peut-être) et se montre fine et originale. Le détournement est vraiment drôle et intelligent et les rôles sont redistribués... temporairement puisque même le rusé et puissant loup se trouve battu à son propre jeu à la fin. La vraie gagnante de cette lutte amusante au fil de la chaîne alimentaire est l'amour, évidemment, et la solidarité, sans aucune sensiblerie. On ne va pas cracher dans la soupe des bons sentiments servis sans niaiserie et avec un humour qui dépoile ! J'avoue qu'après cette lecture, je ne dirai plus jamais "voilà, voilà" sans penser en riant à la vignette qui l'illustre !

Le grand méchant renard 2.jpg

le grand méchant renard 3.jpg

 

21/11/2016

La traduction est une histoire d'amour de Jacques Poulin

La traduction est une histoire d'amour.jpg
La traduction est une histoire d'amour de Jacques Poulin, Actes Sud/Léméac, 2006, 132p.

 

Par le hasard de la vie, Marine, la traductrice globe-trotteuse indépendante, décide de traduire l'oeuvre de monsieur Waterman. Par un nouvel hasard, elle le croise dans la dernière demeure de sa mère, un livre à la main. De fil en aiguille, il en vient même à lui proposer d'habiter un chalet sur l'île d'Orléans ; puis de week-end en week-end, ils deviennent amis, malgré leurs différences. Entre eux, il y a la littérature, la joie de jouer avec les mots, et d'écouter chanter le son juste - en somme, tel est leur apprivoisement.

"Je pris le livre qu'il me tendait. [...] Éblouie, je fermai les yeux, tête inclinée en arrière. D'un seul coup, j'étais transportée dans la vieille maison du langage, à mi-chemin entre la terre et le ciel. J'ai l'air de divaguer, mais il n'en est rien : je venais d'entrer dans un lieu, un domaine, un univers où j'étais à l'abri des malheurs de ce monde et où, monsieur Waterman et moi, malgré la différence d'âge, nous avions la possibilité de nous rejoindre." p. 77

Là dessus, survient un maigre chat noir (ainsi qu'un renard, un héron et quelques autres bestioles qui s'apprivoisent, elles aussi). Ce filou tient dans son collier un message lancé au vent, une bouteille à la mer, par une jeune fille seule et un peu paumée. Marine et monsieur Waterman entreprennent de la dénicher puis de lui tendre la main.

On en a jamais fini de tisser des liens entre les égarés du monde dans ce roman de Jacques Poulin, par lequel je découvre l'auteur. Je vous avoue pourtant que je ne vois pas grand chose à vous en dire. J'en attendais beaucoup, peut-être trop, de cette simplicité poétique dont j'avais beaucoup entendu parler et de ces subtilités entre les êtres. Malheureusement, ce court récit n'a pas su me toucher ni interpeller l'amoureuse des textes vigoureux que je suis. Pour vous dire vrai, je me suis même ennuyée assez sec. La relation entre Marine et monsieur Waterman m'a semblé une succession de scénettes alternant entre l'anecdotique et le mièvre ; leur "aventure" avec la jeune fille à sauver couronnant le tout d'une gentillette invraisemblance qui ne sert à rien. Une parabole sur ces liens doux qui se créent petit à petit entre les hommes, à l'image du petit prince et du renard, sans doute mais qui pêche par trop de lisse et de fade à mon goût.

Merci à ma chère Topi pour cette découverte de Jacques Poulin 

 

 Challenge Québec.pngQuébec en novembre 2016 chez Karine et Yueyin