Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2020

Bienvenue au club de Jonathan Coe

Bienvenue au club.jpgFidèle à son habitude de passer au crible la société anglaise par le petit bout de la lorgnette, Jonathan Coe explore dans ce roman les années 70 pré-Thatcher à travers un groupe d'adolescents, élèves d'un collège très select de Birmingham.
Benjamin Trotter, indéniablement le protagoniste, est un jeune homme réservé et esthète - d'aucuns diraient timoré, notamment son ami Doug - qui se rêve compositeur ou écrivain. Son père Colin est un des principaux responsables du personnel de LA grande usine de Birmingham, celle-là même qui fait plus ou moins vivre l'essentiel de la population de la ville, et sa sœur Loïs est à la recherche de l'amour au départ, tout simplement.
Le fameux Doug, lui, révèle au fil des années une personnalité beaucoup plus cash et n'hésite pas à prendre des positions politiques très affirmées, trait de caractère qu'il a sans doute hérité de son père Bill, principal délégué syndical de l'usine sus-mentionnée. Autant dire que si Benjamin et Doug sont amis, ce n'est pas exactement le cas de Colin et Bill.
Enfin, Philip développe un goût prononcé pour les arts plastiques tandis qu'il assiste impuissant au fil des années à des manœuvres parfois douteuses de son professeur d'art auprès de sa famille.
Autour de ces trois amis gravitent un nombre incalculable d'autres personnages de tous âges et de tous sexes, surtout à mesure qu'ils vieillissent puisque le lecteur à l'heur de les suivre grosso modo de la 4e à la terminale. J'aime autant vous dire qu'avec les années, l'enjeu féminin augmente significativement, si vous voyez ce que je veux dire.

Alors, dit comme ça, on pourrait craindre le roman fleuve anecdotique avec 8000 noms qu'on ne parviendra pas à retenir et au moins la moitié des personnages dont on n'aura que faire et l'on aurait évidemment tort.
Grâce à une construction narrative extrêmement enlevée et une écriture qui mêle à la perfection concision et ironie, Jonathan Coe réalise le tour de force proprement étonnant de transformer le récit de vies banales en véritable page turner. On se sent avec les personnages, ils semblent être nos amis, notre famille, nos meilleurs ennemis ; ils sont vivants et on les suit avec un mélange d'impatience et d'émotion.

A travers eux, c'est toute la décennie 70 qui passe sur le billard. Ainsi, on voit évoluer les modes vestimentaires et les styles musicaux - des Beatles au rock progressif puis au punk - ; on touche du doigt le racisme et la pudibonderie ; on assiste à la naissance des consciences politiques, d'un bord comme de l'autre, en miroir desquelles se jouent l'émergence capitaliste et conséquemment les grandes grèves qui ont soulevées l'Angleterre avant l'élection de Thatcher, sans parler des problématiques nationalistes exacerbées en Irlande et au Pays de Galles. Tout cet arrière-plan hyper léché par Jonathan Coe est aussi riche que passionnant et rajoute le sel primordial à une liste d'ingrédients déjà savoureux.

Je vais tout de même en rajouter un petit dernier - et ce coup-ci, ce sera la cerise sur le gâteau. Rien n'est laissé au hasard dans un roman de Jonathan Coe. Aussi, le fait qu'il ait été lui-même élève d'un collège royal de Birmingham (King's Edward school dans la vraie vie, King's William dans Bienvenue au club) exactement durant les années 70 et qu'il ait voulu, comme Benjamin, être compositeur et écrivain ne sont pas seulement des coïncidences - pas plus qu'il ne faudrait tomber dans l'écueil autobiographique. L'auteur me semble beaucoup s'amuser des entremêlements complexes entre réalité et fiction, tout comme c'était déjà brillamment le cas dans Testament à l'anglaise. Qu'il y ait dans ces deux romans un personnages d'écrivain, l'un sur le retour, l'autre sur le départ, révèle le jeu même qui s'opère dans le récit avec les arcanes de la littérature. Il faut être attentif aux échos, à la typographie - elle a son importance dans les différents messages qui sont envoyés au fil de Bienvenue au club -, aux voix narratives - on passe du je au il l'air de rien - et puisqu'on change de narrateur, il faut prendre garde aussi aux changements de points de vue, de postures narratives et de styles - je pense particulièrement à la dernière partie du présent roman. Bref, les romans de Jonathan Coe ont autant de couches qu'un oignon et c'est absolument passionnant de les effeuiller. En plus, par chance, Bienvenue au club est le premier titre d'une trilogie ! Je me réjouis donc de retrouver prochainement nos adolescents avec quelques dizaines d'années de plus pour apprécier leurs évolutions.

Romans précédemment chroniqués de Jonathan Coe : La pluie, avant qu'elle tombe et Testament à l'anglaise. 

bienvenue au club,the rotter's club,jonathan coe,le mois anglais,lecture commune,satire,roman social,années 70,birmingham,adolescence,roman d'apprentissage,musique,écriture,amour,politique,grève
Le mois anglais chez Lou et Titine

iframe src="http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Flapetitemarchandedeprose.hautetfort.com%2Farchive%2F2020%2F06%2F27%2Fbienvenue-au-club-de-jonathan-coe-6248006.html&layout=button_count&show_faces=false&width=50&action=like&colorscheme=light" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" style="border:none; overflow:hidden; height:30px">

Commentaires

Oui, un roman dense et pourtant fluide car parfaitement maîtrisé... Je l'ai lu en début d'année, et j'ai enchaîné avec Le cercle fermé (très bien aussi, mais j'avoue une petite préférence pour Bienvenue au Club), ayant l'intention de lire Le cœur de l'Angleterre. J'attends sa sortie en poche mais je suis impatiente de retrouver Benjamin et les autres...

Écrit par : Ingannmic | 27/06/2020

Répondre à ce commentaire

J'ai Le cercle fermé dans ma PAL et j'avoue que la tentation a été grande de l'entamer dans la foulée... Mais comme la suite se passe plus de vingt après et que j'avais déjà d'autres projets de lecture sur le feu, j'ai réussi à différer. Comme toi, j'ai tout de même hâte de retrouver Benjamin et les autres et de voir comment Jonathan Coe les a fait évoluer !

Écrit par : Lili | 28/06/2020

Ah tu as encore les deux autres à découvrir, veinarde!

Écrit par : keisha | 27/06/2020

Répondre à ce commentaire

Ahah oui ! J'en frétille comme un jeune saumon !

Écrit par : Lili | 28/06/2020

Je te rejoins. Un très bon roman. C'est marrant parce que j'avais l'impression que tout se passait pendant l'année de terminale.
Je te rejoins sur le côté "page-turner" habilement amené par l'auteur alors que l'histoire n'est pas vraiment haletante.

Écrit par : sylire | 27/06/2020

Répondre à ce commentaire

C'est vraiment le gros gros point fort de Jonathan Coe, je trouve ! Réussir à rendre si passionnants des sujets qui, sur le papier, le sont beaucoup moins (pour moi).

Écrit par : Lili | 28/06/2020

Et bin tout un livre a lire didonc...ouii cela semble bien bon...;)

Écrit par : rachel | 27/06/2020

Répondre à ce commentaire

Exactement !

Écrit par : Lili | 28/06/2020

J'ai beaucoup aimé celui-ci, la suite m'a paru peut être légèrement moins bonne... Mais malgré tout c'était un plaisir de retrouver les personnages que l'auteur a fait évoluer avec intelligence et réalisme.

Écrit par : Lisa | 27/06/2020

Répondre à ce commentaire

Bon, visiblement, vous êtes plusieurs à préférer celui-là au suivant quand même. Ce n'est peut-être pas plus mal que je laisse passer un peu de temps du coup. Ça m'évitera de trop faire la comparaison !

Écrit par : Lili | 28/06/2020

Écrire un commentaire