Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2014

Armageddon Rag de George R. R. Martin

armageddon-rag-georgerrmatin.jpg

Armageddon Rag de George R. R. Martin, Folio SF, 2014, 586p.

 

coup de coeur.jpgIl y a de ces associations d'idées immédiates qu'on ne peut pas empêcher, une sorte de réflexe de pavlov conditionné par le succès (et le plaisir aussi, on ne va pas se mentir). Dans cette rubrique, on peut aisément classer l'association immanquable George R. R. Martin / Game of Thrones. Lorsque j'ai dit à quelques amis que je lisais cet auteur, la question ne s'est même pas posée de savoir ce que je lisais. Ben oui, quoi d'autre, à part GOT ? Je vous le concède, à côté de GOT, tout passe en général à la trappe et c'est bien dommage car autant le premier volume de GOT me tombe systématiquement des mains (j'avoue tout, je me contente finalement de regarder la série), autant cet Armageddon Rag est un vrai coup de cœur dévoré en quelques jours ! Comme quoi, il ne faut jamais oublier d'aller voir derrière les fagots si on y est !

Au seuil de pénétrer dans l'univers d'Armageddon Rag, l'ami, dépouille-toi de tout le plan-plan de ton quotidien et enclenche un furieux titre de Led Zeppelin pour planter le décor.
Sander Blair, dit Sandy, fait partie de cette génération de hippie seventies anti-guerre du Vietnam et fan de rock. Une décennie plus tard, sa barbe a disparu, de même que son emploi de journaliste. Il est en couple avec un agent immobilier dans une belle maison de Brooklyn et vit de sa plume - plume qui stagne actuellement à la page 37. La vie est ainsi faite de compromis et de renoncements. Le coup de fil du rédacteur du Hog sait pourtant réveiller tout le potentiel de nostalgie et d'envie d'aventure qui bout encore en Sandy sous cet apparent conformisme eighties. Il s'agit de couvrir en exclusivité la mort mystérieuse de Jamie Lynch qui fut manager du plus grand groupe de rock de tous les temps, les Nazgûl. Sandy saute sur l'occasion d'envoyer balader sa femme, son agent littéraire et cette foutue page blanche pour partir à toute volée au volant de Daydream vers le Maine. Ce départ est celui d'une enquête mais surtout d'une plongée fulgurante dans le passé et les grandes années du rock, dans cet univers qui devient vie, mort, angoisse et résurrection à tout moment. Au côté de Sandy blair, lecteur, tu vas vivre le road trip rock le plus décoiffant depuis un paquet de temps !

Si je ne devais émettre qu'un petit bémol sur ce titre, il porterait sur son édition : je ne vois pas exactement ce qu'il fabrique dans une collection SF puisqu'il n'en est pas, soyons très clairs. Armageddon Rag est, comme l'indique d'ailleurs la 4eme de couv, un  excellent thriller fantastique teinté d'apocalypse dans lequel nulle SF ni fantasy ne pointe le bout de son nez. George R. R. Martin manie à merveille tant le glissement progressif vers le fantastique ménagé par des rêves flous et angoissants que l'incertitude mouvementée propre à ce genre littéraire. Jusqu'à la fin, le lecteur se demandera s'il était bel et bien à mi-chemin d'une brèche vers un autre monde ou tout simplement dans notre monde réel si brillamment mis en lumière qu'il en fait vaciller nos certitudes. Une vraie réussite de ce point de vue là.
En outre, ce groupe créé de toute pièce par l'auteur, fortement inspiré de la mythologie de Tolkien, est d'une puissance prégnante. A force de lire les pages, on croit entendre les Nazgûl jouer et on aimerait pouvoir enclencher un de leurs albums en fond sonore. A défaut, j'ai trouvé un parallèle en Led Zeppelin - les descriptions des Nazgûl m'ont semblé coller à l'idée que je me fais de Led Zep - et j'ai donc régulièrement écouté leurs titres ces derniers jours, histoire d'être encore plus immergée.
En somme, tant du point de vue du genre, de l'évolution narrative que de l'univers rock, ce titre est une réussite totale ! Le style n'est pas mal non plus, somme toute. Même si ce n'est pas l'argument majeur lorsqu'on lit des romans de cet acabit, ça ne gâche pas le voyage de l'avoir de bon goût.

Je ne saurais présager de son pouvoir de séduction sur des lecteurs qui n'ont aucun attrait particulier pour le rock. Je peux par contre affirmer, si vous vous rangez dans la case des maniaques de la guitare et du cheveu long, que vous succomberez immanquablement à ce roman puissant, chaotique, maîtrisé d'une main d'orfèvre et plein des fantômes d'une époque qu'on aurait bien aimé connaître.

Un grand merci à Noctenbule, grâce à qui j'ai remporté ce titre lors du challenge américain.

 

mois américain.jpg2eme participation au mois américain chez Titine

 

 

 

 

challenge-un-pave-par-mois.jpgParticipation de septembre pour le challenge Un pavé par mois chez Bianca

 

 

 

 

challenge melangedesgenres1.jpgEt une nouvelle participation pour le challenge Mélange des genres chez Miss Léo dans la catégorie Thriller

06/09/2014

Le chat qui lisait à l'envers de Lilian Jackson Braun

le-chat-qui-lisait-a-l-envers-3131053.jpg
Le chat qui lisait à l'envers de Lilian Jackson Braun, 10/18, 1993 [1966], 221p.

 

Décidément, je tends à une inclinaison particulière pour les polars avec chats. Après Ce que savait le chat de Martha Grimes, j'ai décidé de poursuivre l'expérience des félins enquêteurs au flair infaillible en attaquant ce premier tome de la célèbre série de Lilian Jackson Braun (merci aux brocantes estivales de me l'avoir servi sur un plateau ainsi que quelques autres pour une somme dérisoire).

Le chat qui lisait à l'envers introduit aux lecteurs les deux personnages principaux de toutes les enquêtes à venir : Jim Qwilleran, journaliste spécialisé dans les affaires criminelles qui se trouvent pourtant contraint d'accepter un poste de chroniqueur artistique au début du roman - lui qui n'y connait fichtrement rien en Beaux-Arts - et Koko, un magnifique chat siamois à l'intelligence intuitive et aux dons de lecteur certains. Ce titre scelle également leur rencontre : Qwilleran vit seul dans une obscure chambre d'hôtel au départ. Le critique artistique du journal, l'énigmatique Mountclemens lui propose de louer l'appartement au rez-de-chaussée de sa maison et ainsi, Qwilleran rencontre Koko. Heureusement pour Qwilleran, que le monde artistique ne semble pas particulièrement émoustiller, trois meurtres successifs vont bientôt se commettre au sein de ce microcosme. Il va donc pouvoir s'adonner à sa marotte avec le concours du chat qui n'est pas le dernier pour dénicher les indices - tel un sherlock félin, comme le souligne la fin du roman.

Bon, on ne va pas se mentir : ça ne casse pas trois pattes à un canard. J'avoue que je m'attendais à quelque chose de beaucoup plus consistant après tous les éloges que j'avais entendus et lus de cette série policière. Dans les faits, toute comparaison féline gardée, c'est effectivement une lecture du même acabit que Ce que savait le chat : Très bonne pour la plage, le train, les périodes de bourre au boulot durant lesquelles votre cerveau ne supporte rien de plus élaboré. Il ne faut pas y chercher autre chose car, très franchement, vous ferez rapidement le tour de la question.

En ce qui me concerne, c'est vraiment le personnage de Koko qui m'a séduite. L'auteure a indéniablement vécu avec des chats car toutes les interventions de Koko reflètent exactement le quotidien avec ce fidèle animal. J'ai souvent souri lors de ces passages car j'avais l'impression de voir les attitudes et les comportements de mon chat. Les interrogations de Qwilleran à la toute fin du roman sur les compétences de Koko sont également très justes ! C'est sans doute pour ce seul tandem amusant - et moustachu - que je lirai d'autres titres de la série.

Pour le reste, j'avoue ne pas avoir trouvé l'enquête particulièrement transcendante (à mettre aussi en perspective du fait qu'il s'agit du premier tome, sans doute). Les rouages sont classiques et sans grande originalité. Dans le même style, un bon Hercule Poirot a au moins une saveur surannée qui peut transporter dans une autre époque, ce que je n'ai pas retrouvé ici. En outre, le monde de l'art est croqué de manière franchement caricaturale. Le coup de la sempiternelle gueguerre entre artistes abstraits et figuratifs, la figure du critique d'art mystérieux qui se met tout le monde à dos... Bof, bof.

Bref, rien de très nouveau sous le soleil, à mon humble d'avis. Heureusement que le chat est là pour sauver la mise !

 

mois américain.jpgNonobstant cet avis mitigé, je valide une 1ere participation au mois américain chez Titine

 

 

 

L'art dans tous ses états.jpgEt une 4eme pour le challenge l'art dans tous ses états chez Shelbylee

 

 

14/08/2014

Les mille automnes de Jacob de Zoet de David Mitchell

Les milles automnes de Jacob de Zoet.jpg
Les mille automnes de Jacob de Zoet de David Mitchell, Points, 2013, 741p.

 

C'est en 1799 que David Mitchell nous embarque, dans un Orient mystérieux et féodal. A cette époque, la Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales détient le comptoir de Dejima en face de Nagasaki. Seule porte ouverte sur l'empire du soleil levant, c'est ici que transitent cuivre, mercure et autres plumes rares. Jacob de Zoet y débarque en tant que clerc pour faire fortune avant de se marier. Il découvre des mœurs en tous points étrangères à son caractère, à la fois celles des japonais et celles de la hiérarchie néerlandaise sur l'île, si éloignée du reste du monde qu'elle n'en fait souvent qu'à sa tête. Jacob découvre en outre une énigmatique sage-femme au visage brûlé qui lui ferait presque oublier sa promise.

Jusque là, le démarrage se fait en douceur. L'auteur prend le temps de planter son décor exotique et méconnu ainsi qu'une flopée de personnages complexes et passionnants. La première partie nous embarque dans un quotidien dépaysant, en somme, et j'ai particulièrement aimé ça. Le style est en outre impeccable : poésie, humour, allant. Un vrai bonheur de lecture !

Et puis voilà la seconde partie ! Jacob de Zoet cède la place du protagoniste à Orito Aibagawa, la sage-femme et à l'interprète Ogawa. Mlle Aibagawa est enlevée par un obscur ordre religieux après la mort de son père. Elle doit y vivre recluse pendant une vingtaine d'années mais se heurte rapidement à des mœurs douteuses. En attendant de pouvoir y échapper, ses talents de sage-femme ne sont pas inutiles... Quant à Ogawa, son ancien fiancé et toujours amoureux, il part en quête pour la libérer. L'aventure ne sera pas de tout repos puisque l'ordre est dirigé par un des hommes les plus puissants du pays.

Si j'étais intéressée par la première partie, celle-là m'a totalement embarquée ! J'ai dévoré les pages, j'ai vibré avec les différents personnages, aimé et détesté les uns et les autres tour à tour. L'ordre sectaire crée par Mitchell - dont je n'ai pas réussi à savoir s'il était inspiré de faits réels ou non - est aussi intéressant que flippant. Je n'avais qu'une hâte à la fin de la partie : lire avidement la troisième pour creuser le sujet et savoir comment il allait être à nouveau mêlé avec le quotidien de Dejima et de Jacob de Zoet.

Et là, c'est le drame. Soyons clairs : si je m'étais arrêtée là dans ma lecture (ou si elle avait évolué comme je l'espérais), je l'aurai classé en coup de cœur sans l'ombre d'une hésitation et me serai précipitée sur les autres titres de l'auteur. Sauf que la troisième partie est d'un ennui sans nom. Ou plus justement, elle n'a rien à voir avec la choucroute et on peut franchement se demander ce qu'a voulu exprimer/transmettre David Mitchell à travers elle et, plus largement, à travers son roman. Dans cette partie, il n'est plus fait mention d'Orito Aibagawa, si ce n'est, quinze ans plus tard dans les dix dernières pages. Elle s'ouvre sur un navire anglais qui part à l'assaut de Dejima et prévoit de faire main mise sur elle. Il est question de stratégie militaire et de manœuvres politiques dans lesquelles Jacob de Zoet joue un rôle important. Je n'ai eu qu'une question à la lecture de cette partie que j'ai terminée en diagonale tant elle m'ennuyait : pourquoi ? Pourquoi nous avoir embarqué dans une histoire inachevée pour y substituer une autre inopinément ?

Pour finir, j'ai l'impression que David Mitchell s'était bien foutu de ma gueule. Il s'est fait plaisir en démontrant ses connaissances historiques gargantuesques sur le Japon du XVIIIe, et pour cela, m'a baladée gentiment vers nulle part, faisant fi d'attentes qu'il avait créées pour rien. C'est bien gentil de savoir écrire, de savoir parler une langue étrangère et de connaitre des dates par cœur mais si la littérature pouvait être autre chose qu'un prétexte à les étaler, ce serait pas mal non plus. En vous remerciant.

Dejima.jpg

 

challenge-un-pave-par-mois.jpgChallenge un pavé par mois chez Bianca

Août 2014