Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2019

Les femmes de Heart Spring Mountain de Robin MacArthur

les femmes de heart spring mountain,robin macarthur,albin michel,roman américain,usa,états-unis,voix,destins,passé,famille,racines,amour,filiation,réconciliation,vermont,ouragan,mère,fille,premier roman"Combien d'années on peut tenir sans joie, avant que tout ce bordel se casse la figure ?" demandait Bonnie des années plus tôt [...]. 

Lorsqu'Irene s'abat sur le Vermont le 28 août 2011, Bonnie se fait un shoot d'héroïne et part déambuler dans les rues de sa ville ravagée par l'ouragan. Elle est en plein trip, s'avance vers les eaux en crue de la Silver Creek et disparaît. Sa fille Vale, à plusieurs kilomètres de là depuis huit ans pour mettre à distance cette relation douloureuse à la mère, prend immédiatement le chemin de Heart Spring Mountain, le fief familial, cette montagne où naît la Silver Creek et où ses ancêtres se sont installés depuis des générations. S'y retrouvent à présent trois existences de femmes pleines de failles et d'étincelles : Hazel, la grande tante antédiluvienne qui commence doucement à perdre la tête et à mélanger les époques ; Deb, la tante par alliance qui a autant aimé ce coin de montagne que Stephen, le fils d'Hazel ; et Vale, en plein tourment. A travers elles, et à travers chaque parcelle de cette nature puissante, résonne aussi la voix de Lena, la grand-mère de Vale, la tante de Stephen et la sœur d'Hazel, morte en couches peu après la naissance de Bonnie. En recherchant sa mère, Vale part en même temps à la recherche d'elle-même, de ses racines longtemps mises à l'écart et qui sont pourtant, souvent, le remède pour aller de l'avant. 

C'est le leitmotiv de la souffrance qui les réunit. Et pourtant, Vale : Deb voit des lueurs d'espoir dans sa présence. Vale qui éclaircit les mystères du passé, qui détricote une histoire révisionniste où l'amour existait là aussi. 

Franchement, je n'avais formulé aucune attente à propos de ce roman malgré -ou peut-être à cause - de son matraquage sur les réseaux sociaux. C'aurait même eu tendance à me refroidir - mais voilà qu'il m'a appelée un beau jour tandis que je passais dans une librairie et je n'ai pas tergiversé. Ça m'arrive extrêmement rarement de céder ainsi à l'appel d'un grand format et encore plus rarement de l'entamer immédiatement dans la foulée, ça méritait donc d'être souligné. Et j'ai furieusement bien fait. 

Objectivement, ces existences de femmes n'ont rien de follement extraordinaires : elles se débattent, chacune, avec un passé tortueux, des doutes présents et un avenir incertain, des sentiments souvent mêlés et ce feu intérieur qui réchauffe autant qu'il brûle. Autour d'elles gravitent nombres d'hommes aux mêmes mille facettes compliquées mais toujours bienveillants. Robin MacArthur crée ici des personnages banals c'est-à-dire vibrants, des monsieur-et madame-tout-le-monde qui ont cette force et cette épaisseur furieuse de vivre quoiqu'il en coûte. Et c'est là que le pari de ce premier roman réussit : on est complètement embarqué dans ces voix et ces époques qui se croisent pour remettre en ordre le puzzle familial parce qu'elles sonnent vraies et sont très attachantes - à défaut d'être extrêmement fouillées ou étonnamment originales. 

Il y a d'autres empreintes, qu'elle n'identifie pas. De martre ? De renard ? Celles d'animaux qui s'éveillent avec le jour et viennent s'abreuver. Dans ce proche avenir apocalyptique, se dit-elle, je serai comme eux : regard aux aguets, oreilles dressées, tournant la tête en tous sens. Réfugiée près de ces marécages fertiles ; réapprenant toutes ces choses oubliées. 

Le récit se lit d'un souffle, aimantés que nous sommes à ces personnages amis et ce n'est pas sans regret que je les ai quittés, un peu plus apaisés sans doute ou du moins sur le chemin de l'être. C'est ce qui me console d'avoir tourné la dernière page, sans vraiment leur avoir dit au revoir car ils m'accompagnent encore un peu en rédigeant cette chronique. Je pourrais aussi souligner, pour être tout à fait franche, qu'il m'a semblé sentir dans le style de Robin MacArthur la jeunesse de son entreprise romanesque. Certains tics d'écriture sont presque palpables tant ils se retrouvent souvent (les phrases nominales, les subordonnées relatives, l'usage des deux points...). Mais enfin, il faut que jeunesse se fasse et je crois que, de plus en plus, j'apprécie lire que la verve romanesque, cette capacité à donner vie à des êtres et des existences de mots et de papier, est décidément aussi vivace. Tant qu'il y aura de la fiction, il y aura de l'espoir. 

"Chaque génération doit dans une relative opacité découvrir sa mission, la remplir ou la trahir", récite la jeune femme, les larmes aux yeux. Puis elle s'adresse à eux : "Et vous, mes salauds, quelle sera votre mission ?"

Par ici, les billets de Marie-Claude et d'Electra que j'ai découverts après avoir commencé la lecture du roman et qui sont en parfaite résonance avec mon sentiment.  

iframe src="http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Flapetitemarchandedeprose.hautetfort.com%2Farchive%2F2019%2F04%2F25%2Fles-femmes-de-heart-spring-mountain-de-robin-macarthur-6146408.html&layout=button_count&show_faces=false&width=50&action=like&colorscheme=light" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" style="border:none; overflow:hidden; height:30px">

Commentaires

Rien ne presse, mais je me dois de noter dans un coin de cervelle. Les tics d'écriture me font peur, j'ai déjà abandonné un livre où je le ressentais trop...

Écrit par : keisha | 06/05/2019

Répondre à ce commentaire

Je suis très réceptive aux tics d'écriture aussi, c'est pour cela que je les ai mentionnés mais, même s'ils sont aisément identifiables, ils ne dérangent pas outre mesure la lecture. Tu peux tenter le roman sans trop de frilosité, je pense !

Écrit par : Lili | 08/05/2019

Rien que la couverture me fait de l'oeil ;-) Ton billet est très tentant, merci.

Écrit par : Anne | 06/05/2019

Répondre à ce commentaire

Ah ben tu vois, c'est marrant : moi, la couverture ne m'enthousiasmait pas plus que ça et pourtant, le roman m'a appelée quand même ! Je suis contente que mon billet te tente et j'espère que tu auras l'occasion de découvrir le livre prochainement.

Écrit par : Lili | 08/05/2019

Merci de me faire découvrir ce récit, je ne suis pas les réseaux sociaux. Je note car j'ai un sacré retard dans le domaine de la littérature américaine

Écrit par : maggie | 08/05/2019

Répondre à ce commentaire

Ça fait du bien de lire des sorties récentes parfois, ça varie un peu le plaisir qu'on trouve dans les classiques. J'espère qu'il te plaira !

Écrit par : Lili | 08/05/2019

Marie-Claude m'avait déjà tentée avec son billet! Ce livre aurait tout pour me plaire!

Écrit par : Fanny | 08/05/2019

Répondre à ce commentaire

Son billet était effectivement très tentant ! Ce roman devrait te plaire !

Écrit par : Lili | 08/05/2019

La couverture m'emballe moyennement, les éditions françaises pourraient faire un effort... Je ne l'achèterai pas en grand format mais je le note dès qu'il sortira en poche je le lirai. Je lis de plus en plus rarement de romans en grands formats faute de budget... Il m'arrive de faire des exceptions mais cela reste rare. Le sujet à l'air intéressant même si tu as l'air de trouver l'écriture un tantinet maladroite. Affaire à suivre.

Écrit par : Missycornish | 02/06/2019

Répondre à ce commentaire

Comme toi, le budget m'empêche clairement de craquer sur des grands formats dès que l'envie m'en prend. D'autant que 90% du temps, ensuite ils moisissent dans ma PAL et je finis par les en sortir des années après, alors que le poche est sorti entre temps. C'est bête ! Du coup, celui-là n'a pas fait long feu ; cela m'a permis de justifier l'achat grand format et, sans être un chef d'oeuvre du tout, c'était plaisant et attachant.

Écrit par : Lili | 06/06/2019

Écrire un commentaire