Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2020

Little de David Treuer

Little.jpgCe roman choral, premier roman de David Treuer, développe la vie de plusieurs personnages entre le début du XXème siècle et 1980 dans une réserve indienne du Minnesota et plus précisément dans le lotissement bien nommé de Pauvreté. Le point de départ du récit est l'enterrement de Little dont on n'a pas retrouvé le corps, un garçon de huit ans qui ne parlait pas ou à peine - ce Toi jeté de façon brutale était son seul mot. Cette tombe vide résonne comme une absurdité douloureuse à l'esprit de tous. Chaque personnage tour à tour, en découvrant son passé et son présent, va tenter de redonner sens et corps à Little - non pas vie, car ce qui est mort ne peut être ressuscité mais ce sens et ce corps nécessaires pour que le deuil se fasse et pour que la vie de ceux qui restent continue. Ainsi, le roman se termine sur une éclosion - comme la métaphore d'un cycle éternel jusqu'ici enrayé de souffrances et que le pouvoir créatif de la langue, entre autres, permet de relancer parce qu'il aide à se rappeler, à comprendre, à transmettre, à aimer, à pardonner, à construire et à inventer aussi.

Dans les années qui ont suivi, nous avons tous, à Pauvreté, embelli nos histoires sur Little, nous leur avons donné des ailes et nous les avons laissées s'envoler. Et comme il y avait si peu à raconter, elles ont pris le départ, elles sont parties tout là-haut, en décrivant des cercles et, comme les pissenlits, elles n'ont jamais plus jamais touché terre.

Non seulement l'histoire mais plus largement le propos soutenu par une construction métaphorique intelligente et subtile sont très intéressants. Néanmoins, je me dois de reconnaître que je m'y suis fréquemment ennuyée. La langue en tant que telle ne m'a pas follement emballée et je pense malheureusement que ma lecture de ce texte, pourtant clairement précurseur dans son genre puisqu'il est paru en 1995 aux États-Unis intervient dans ma vie de lectrice après de nombreux autres textes construits peu ou prou de la même façon et sur le même sujet. Du coup, je n'ai pas eu le saisissement des découvertes et tout m'a semblé au contraire très transparent. Il n'en reste pas moins que c'est vraiment un très bon premier roman et que je continuerai évidemment à lire David Treuer. A ce sujet, si vous n'avez jamais lu Le manuscrit du docteur Apelle, je vous encourage à vous pencher dessus : il avait été, pour le coup, un vrai coup de cœur !

nos étoiles contraires,john green,amour,cancer,roman,littérature,une impériale affliction,voyage,amsterdam,mort

Le mois américain chez Titine

 

iframe src="http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Flapetitemarchandedeprose.hautetfort.com%2Farchive%2F2020%2F05%2F20%2Flittle-de-david-treuer-6240085.html&layout=button_count&show_faces=false&width=50&action=like&colorscheme=light" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" style="border:none; overflow:hidden; height:30px">

Commentaires

Et bin je note la recommandation....pour le manuscrit....en tout cas pas sure de lire ce little....

Écrit par : rachel | 28/09/2020

Répondre à ce commentaire

Je me méfie des constructions chorales très en vogue, je trouve que le plus souvent ça complique la narration pour peu d'avantages . Je note l'autre titre par contre .

Écrit par : lcath | 28/09/2020

Répondre à ce commentaire

Oula je passe alors. Si tu t'es ennuyée c'est mauvais signe. Dommage le sujet m'interesse. J'adore les romans qui se déroule dans des réserves Indiennes. Je viens d'acheter la note américaine. Apparemment c'est un super roman. Peut-etre m'as-tu déjà lu?

Écrit par : Missycornish | 28/09/2020

Répondre à ce commentaire

j'ai adoré ses nouvelles et un autre de ses romans et surtout sa non fiction. Mais je passionnée par le sujet
La note américaine n'est pas un roman mais le récit véridique de la soudaine fortune des Osages et l'avidité des blancs .. J'ai adoré ce livre (adapté par Leo Di Caprio et Scorcese)

Écrit par : Electra | 28/09/2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire