Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2020

Neverwhere de Neil Gaiman

neverwhere,neil gaiman,le mois anglais,londres,fantastique,fantasy,aventur,voyage,voyage initiatique,ange,marquis de carabas,monstreRichard Mayhew est l'archétype de Monsieur-Tout le monde. Il n'a pas de physique particulier, pas de passions, pas d'ambition, il bosse dans un bureau normal et habite un petit appartement londonien normal. Il se laisse gentiment porter par la vie. C'est ce qui l'a amené trois ans plus tôt à quitter son Écosse natale pour Londres puis ce qui l'a amené, quelques temps plus tard, à se fiancer à Jessica, une jeune femme aux dents longues et aux projets d'avenir très arrêtés. Un soir qu'ils s'apprêtent à dîner avec le patron de cette dernière, soirée qui avait au demeurant mal commencé à cause de l'étourderie et du manque de fiabilité légendaires de Richard, le couple tombe nez à nez avec une jeune fille blessée sortie de nulle part (littéralement). Jessica est partante pour laisser la fille agoniser sur le trottoir parce que la vie est une question de priorité et qu'ils risqueraient d'être en retard au restaurant ; Richard  est plutôt d'avis d'agir en être humain normal plutôt qu'en grosse raclure de bidet et décide de porter secours à l'inconnue.

A partir de là, tout part en steack dans sa vie : sa fiancée le quitte, la jeune fille refuse d'appeler les secours et préfère demander de l'aide à un rat et au Marquis de Carabas, un duo de meurtriers du type Laurel et Hardy du crime lui rend visite, le menace et lui coupe le téléphone et, cerise sur le gâteau déjà bien chargé en sucre, plus personne ne le reconnaît. Certains, même, ne le voient plus. C'est qu'il existe, voyez-vous, deux Londres. Le Londres d'En Haut, celui que nous connaissons tous, et le Londres d'En Bas, cité sombre et méandreuse où frayent des êtres étranges, souvent dangereux et invisibles à  nos yeux profanes. Quiconque côtoie l'une n'appartient plus à  l'autre et puisque Richard a aidé celle qui se prénomme Porte, puisqu'il a dialogué avec nombre de créatures de la ville d'En Bas alors il n'existe plus aux yeux du peuple d'En Haut. Il n'a pas d'autre choix que de partir à l'aventure avec Porte et le Marquis de Carabas. La première cherche à faire la lumière sur la mort tragique de sa famille, le second honore une dette envers le père de Porte et Richard, quant à lui, espère simplement retrouver sa vie.

Avec ce roman, le tout premier de Neil Gaiman seul au stylo, on est sur du très bon roman d'aventure fantastique. La trame est somme toute assez classique pour le genre - un héros lambda dans une vie ennuyeuse se retrouve plongé dans un univers abracadabrant et vit mille péripéties haletantes qui lui permettront d'advenir à lui-même - et est très bien menée. Il n'y a rien à redire là-dessus : ça ne révolutionne rien mais c'est impeccablement huilé et ça se lit tout seul. L'univers fantastique imaginé par Neil Gaiman est quant à lui absolument savoureux. J'ai craint au départ en choisissant ce roman pour la journée consacrée à Londres lors de cette nouvelle édition du mois anglais que mon choix serait un peu capilotracté puisqu'on migre dès les premiers chapitres en dehors de la capitale anglaise. C'était sans compter le fait que la ville d'En bas se révèle rapidement un miroir déformé et fantasmagorique de la ville d'En Haut. Les noms des célèbres stations de métro ou de quartiers londoniens ne sont plus que des noms  : ils prennent sens. Imaginez donc un peu de qui se trouve à Blackfriars ou à Shepperds Bush... En outre, le fog de jadis n'a pas disparu mais est descendu pour mieux terrifier les promeneurs et les tableaux du British Museum ouvrent des passagers secrets. Vous l'aurez compris, on est toujours bel et bien dans Londres, mais dans un Londres qui ne connaît plus aucune limite à l'imagination. Il s'agit d'y plonger corps et âme avec des yeux d'enfants et le courage d'un guerrier (parce que vous avez quand même des tueurs aux trousses et des énigmes à résoudre. Il ne faudrait pas croire que c'est une promenade de santé !). Après quoi, exactement comme Richard, vous ne serez plus tout à fait les mêmes.

Bon voyage !

"Il existe à Londres de petites bulles de temps passé, où les choses et les lieux ne changent pas, comme des bulles prises dans l'ambre, expliqua-t-elle. Il y a beaucoup de temps dans Londres, et il faut bien qu'il aille quelque part - tout n'est pas consommé tout de suite.

- Je dois encore avoir la gueule de bois, soupira Richard. J'ai trouvé ça presque cohérent."

PS : Il existe plusieurs versions de Neverwhere. La version originale anglaise de 1996 traduite en français en 1998 ; la version originale américaine qui remanie le texte anglais à la demande de l'éditeur, ce que Neil Gaiman a accepté, et enfin la version qui mélange les deux premières éditions anglophones et modifient en prime d'autres trucs. Elle paraît en 2005 outre-Manche et est traduite en 2010 en France par Le Diable Vauvert. C'est cette dernière édition que je vous ai chroniquée aujourd'hui.

Romans et comics précédemment chroniqués de Neil Gaiman : American Gods, De bons présages, Anansi boys, Stardust, L'étrange vie de Nobody Owens, Marvel 1602

 

neverwhere,neil gaiman,le mois anglais,londres,fantastique,fantasy,aventur,voyage,voyage initiatique,ange,marquis de carabas,monstre
Le mois anglais chez Lou et Titine

Journée consacrée à la ville de Londres

 

 

 

iframe src="http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http%3A%2F%2Flapetitemarchandedeprose.hautetfort.com%2Farchive%2F2020%2F05%2F31%2Fneverwhere-de-neil-gaiman-6242614.html&layout=button_count&show_faces=false&width=50&action=like&colorscheme=light" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true" style="border:none; overflow:hidden; height:30px">

Commentaires

Une de mes lectures préférées quand j'étais jeune adulte, à tel point que je le relis encore régulièrement à mon âge avancé

Écrit par : Lisa | 06/06/2020

Répondre à ce commentaire

Ton âge avancé ? Tss ! Tout ça, c'est dans la tête ! L'essentiel, c'est de relire un bon bouquin, qu'importe l'âge !

Écrit par : Lili | 07/06/2020

Il est bien tentant ce roman ! J'ai fait une petite photo au cas où au détour d'une librairie je tombe dessus !

Écrit par : George | 06/06/2020

Répondre à ce commentaire

Excellente idée ^^

Écrit par : Lili | 07/06/2020

Pfiou, tu me donnerais envie, alors que je sais que je ne comprends pas du tout Gaiman. Tous ses bouquins m'ont laissée très perplexe.
"Tout part en steak dans sa vie" --> Mais tu es tellement drôle, tes billets sont toujours géniaux!!

Écrit par : Alys | 06/06/2020

Répondre à ce commentaire

Rooh mais merci Alys

Écrit par : Lili | 07/06/2020

J'adore cet auteur...donc il va falloir que je lise celui-ci..obligee....ouiii

Écrit par : rachel | 06/06/2020

Répondre à ce commentaire

Ah oui, tu devrais forcément être conquise !

Écrit par : Lili | 07/06/2020

Je l'avais beaucoup aimé aussi ! Mais à te lire, je me rends compte qu'une relecture ne serait pas du luxe : j'ai oublié pas mal de trucs ^^

Écrit par : Alexielle | 07/06/2020

Répondre à ce commentaire

C'est malheureusement la fatalité du lecteur : oublier les trois quarts de ses lectures. Heureusement, écrire aide un peu à fixer les souvenirs ou, du moins, à les ranimer a posteriori !

Écrit par : Lili | 07/06/2020

Un voyage fantasque que j'avais également beaucoup apprécié, je m'en souviens ! :-) Bonne semaine et vive Neil Gaiman, by the way ^_^

Écrit par : FondantGrignote | 08/06/2020

Répondre à ce commentaire

C'est ça : un voyage fantasque !

Écrit par : Lili | 09/06/2020

Je sais que je l'ai beaucoup aimé, mais je n'en garde presque aucun souvenir. J'ai du mal avec Gaiman, pourtant j'en ai lu un paquet.

Écrit par : Lilly | 08/06/2020

Répondre à ce commentaire

J'ai toujours une petite réticence avec Gaiman aussi. Pourtant, comme toi, j'y reviens. Du coup, je finis par me dire que malgré ses défauts, il a tout de même un sacré talent.

Écrit par : Lili | 09/06/2020

J'avais adoré ce roman ! Il faut que j'en lise d'autres de ce romancier...

Écrit par : maggie | 10/06/2020

Répondre à ce commentaire

Je te conseille American Gods. C'est celui que j'ai préféré !

Écrit par : Lili | 10/06/2020

Je l'avais commencé mais mis un peu de côté, pourtant je le trouvais pas mal. A la base ce n'est pas ce que je préfère, n'étant pas très SF ou fantasy, mais il y a des exceptions !! Bref, il faudra que je le relise :)

Écrit par : Lou | 10/06/2020

Répondre à ce commentaire

Je trouve que ce titre-là passe bien pour des non-lecteurs de fantasy habituellement. Tu me diras si tu as trouvé aussi ;)

Écrit par : Lili | 11/06/2020

Ça fait des années que je veux lire ce livre, lecture toujours remise, je ne sais pas pourquoi.

Écrit par : Cléanthe | 10/06/2020

Répondre à ce commentaire

Sûrement parce que tu attends le bon moment !

Écrit par : Lili | 11/06/2020

Écrire un commentaire