Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2012

On patauge aux Beaux-Arts avec Guillaume Long !

[Ante-scriptum : Bon, je vais augmenter manuellement la taille de police de mes articles puisque l'hébergeur persiste à bugger et diminue sans raison ma police. J'espère que ça fonctionnera pour le confort de vos yeux !]

 

guillaume-long-comme-un-poisson-dans-lhuile-2002.pngA votre avis, ça ressemble à quoi deux années passées dans une école des Beaux-arts ? Et bien, ça ressemble exactement à ce que raconte Guillaume Long dans ses deux ouvrages Comme un poisson dans l'huile (la première année) et Les sardines sont cuites (la deuxième année).

Amusée du début à la fin, j'y ai retrouvé exactement ce que j'y ai vécu moi aussi (bon, moi c'était à Lyon, pas à Saint Etienne mais finalement, ça se passe exactement pareil dans n'importe quelle école visiblement). Le formalisme à la con qu'on nous inculque en faisant croire qu'au contraire, c'est la subversion la plus totale. L'élitisme ambiant des profs et les collègues de promo qui se la pêtent avec leur installation à 3 balles. Le vide intersidéral qui règne dans les productions imposées, qu'on nous apprend à camoufler avec des références artistiques fumeuses et des concepts artificiels construits de toute pièce l'avant-veille des rendus. Une production sensée être artistique qui se résume à une vaste imposture bricolée à la va-vite après avoir glandé tout un semestre à rien foutre. Des voyages dits culturels qui ne le sont qu'entre 14h et 16h30 quand on se grouille d'aller faire deux-trois galeries histoire de dire. Ahhhhhhh, quelle fumisterie ! J'en rigole quand même bien avec du recul ! (ne me demandez pas si, à part ça, j'ai appris une quelconque pratique artistique là-bas, la réponse est bien sûr non. Pour ça, fallait se démerder tout seul, il était hors de question que le prof de peinture s'abaisse à nous apprendre à peindre, non mais franchement !). Cela étant dit, et contrairement à moi, Guillaume Long sort des Beaux-Arts en étant diplômé et avec un sacré coup de crayon !

9782908981827FS.gifPour résumer, lisez ces deux courts récits graphiques, ils sont savoureusement caustiques et emprunts d'une poésie toute décalée.
Entre deux instants de paresse télévisuelle, les coups de bourre veille d'examen et les regards en coin d'une mouche mystérieuse, vous apprendrez en outre comment collectionner les boîtes de conserve de produits de la mer. Indispensable, donc !

 

 

Comme un poisson dans l'huile et Les sardines sont cuites de Guillaume Long, Vertige Graphic, 2002 et 2003

 

 

 

 

9782908981704_1.jpg

15929982.gif

22/01/2012

Dimanche graphique

 

9782501063876.jpg

La théorie de la contorsion de Margaux Motin, Marabulles, 2010

 

Voilà, j'avoue tout : je suis fan de Margaux Motin. C'est pas tellement une découverte, je suis son blog depuis pas mal de temps et j'avais déjà lu avec délectation J'aurais adoré être ethnologue. Là, sans surprise, je me suis remise à glousser comme un jeune dindon à chaque page. Décidément, elle a l'art de croquer juste les petits trucs de la vie quotidienne et finalement, il y a de quoi se rendre compte qu'on est toutes pareilles. Le must, en prime, c'est son humour pipi caca prout à la limite du vulgaire (seulement à la limite hein) que j'adoooore. Ben oui, la fille est aussi un être humain comme les autres!

Bref, c'est un régal !

http://margauxmotin.typepad.fr/

 

illus02.jpg

 

 

*

 

 

margaux motin

Dieu n'a pas réponse à tout (mais Il est bien entouré) de Benacquista (au scénario) et Barral (au dessin), Dargaud, 2007

Prix Uderzo 2007 du meilleur album de BD

 

Dieu doit gérer la planète et Dieu sait que ce n'est pas chose aisée, entre les dépressifs, les talentueux contrariés ou les timides qui ne parviennent pas à s'imposer. Heureusement pour lui, il a dans son paradis tout un tas de personnalités des temps passés pour l'épauler dans cette tâche.

Aussi, nous suivons six historiettes de quelques pages répondant au même schéma narratif : la présentation du malheureux en détresse, l'appel de Dieu à un de ses défunts hôtes pour descendre sur Terre et lui faire redresser la barre, le redressement de barre et l'offre de Dieu de répondre à une requête du défunt en l'échange de sa réussite.

Un album somme toute classique mais surtout drôle et enlevé. Les historiettes donnent du rythme et de la cohérence. En outre, le lecteur se prend au jeu et tente de deviner, à l'image de Dieu, quel illustre personnage il pourrait envoyer sur Terre en fonction de la situation et les choix sont souvent audacieux (Al Capone pour aider une bande de flics, il fallait y penser!). On aurait tort de se priver de cette occasion de se mettre à la place de Dieu. 

 

margaux motin,benacquista,barral,dieu,filles

29/12/2011

Maus d'Art Spiegelman

maus_HC.gif

Maus d'Art Spiegelman, Flammarion, 296p.

Prix Pulitzer 1992


C'est la lecture du billet de Manu qui m'a inspiré cette lecture et je l'en remercie, tant la découverte est excellente !

Art Spiegelman se lance à la fin des années 70 dans une entreprise délicate : raconter la vie de son père durant la seconde guerre mondiale. Il aura donc avec lui de longs entretiens pour balayer la fin des années 30 avec les premières restrictions jusqu'en 46 lors de ses retrouvailles avec sa femme après les camps. De longs entretiens également relatés tout au long de la BD où l'on voit l'oeuvre en train de se faire et les tensions vives entre les deux hommes qui ne s'entendent que peu. Vladek Spiegelman n'est pas un homme facile, pétri de défauts que les camps de concentration ont sans aucun doute exacerbés (l'avarice, la maniaquerie...)

Ce récit graphique est tout simplement époustouflant et émouvant. L'auteur a réussi à trouver l'équilibre parfait entre l'histoire personnelle et familiale, et la grande Histoire. A aucun moment il ne se fait le chantre d'une dénonciation de "ce qui se passait pendant la guerre ou dans les camps" mais du coup, il le dénonce encore mieux en racontant cette histoire simple et atrocement extraordinaire. C'est vraiment le genre de lecture qui scotche et qui coupe le sifflet parce que, juste, c'est ce qui s'est passé et franchement, ça fait froid dans le dos... Heureusement que l'art, quelque part, permet de mettre des mots sur les souffrances et de les transcender...

 

 

souris,chat,holocauste,juifs,camps,aushwitz,guerre,récit,famille