Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2013

Et toi, quand est-ce que tu t'y mets ?

Le petit préambule qui va bien :

Ettoi.jpg

 

Héhéhéhé !

 

ettoi-couv.jpg

Et toi quand est-ce que tu t'y mets? 1.Celle qui ne voulait pas d'enfant de Véronique Cazot et Madeleine Martin, ed. Fluide.G, 2011, 52p.

 

On ne peut pas nier, mesdames, qu'aux alentours de la trentaine, cette question là revient plus que souvent. Non parce que c'est un passage obligé, parait-il, pour avoir une vie épanouie et riche de sens (sic.)

J'avais repéré cette BD rigolote sur le blog de Manu qui a eu l'excellente idée de me l'offrir dans son swap du nouvel an et je l'ai dévoré aussitôt reçue.
Elle nous brosse en petites scénettes humoristiques pleines de piquant et de perspicacité le quotidien de Jeanne, 35 ans, qui ne veut pas d'enfants - position semble-t-il encore fortement subversive à notre époque - et qui se trouve confrontée aux réflexions et aux questions dubitatives de ses proches enchantés par l'expérience de la parentalité.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que sous le vernis de l'humour, les auteurs relèvent nombre d'éléments d'une grande justesse concernant la maternité et notamment, celui qui me semble le plus rélévateur : on questionne toujours celle qui ne veut pas d'enfant mais il ne viendrait jamais à l'idée de questionner celle qui en veut.
En outre, personne n'est idéalisé : Autant on montre les travers des mamans gaga, autant on montre aussi les contradictions des femmes sans enfant qui pestent contre la surconsommation mais sont malgré tout des fashions victim à leurs heures perdues. C'est bien d'ailleurs cette lucidité des deux côtés de la barrière qui rend cette BD pertinente et intelligente.

C'est aussi ce qui lui permet, je crois, de plaire à tout le monde : Celle qui ne veulent pas d'enfant, celles qui en veulent, qui en ont, n'en auront plus, celles qui sont en couple ou celles qui sont célibataire. Et sous ses abords girly, ça peut même plaire à ces messieurs : je l'ai glissé dans la main de mon cher et tendre parfaitement heureux de sa non-paternité et il a totalement adhéré ! comme quoi ! La couverture a beau être rose, la BD n'est pas réservée aux femmes !

Merci Manu pour cette chouette découverte!

Et en guise de conclusion, une petite page qui m'a particulièrement parlé :

fauteuse1.jpg

02/01/2013

Nom d'un viking !

Marteau_de_Thor-image_de_couv_m.jpg

Le marteau de Thor de Patrick Weber, ed. Gulf Stream, coll. Courants Noirs, 2009, 287p.

 

En l'an 850, en Scandinavie, un village attend le retour d'une expédition menée en terre irlandaise par Bjorn le Brave. A l'arrivée du langskip, tous font la macabre découverte d'un équipage décimé et le corps du chef a disparu. Son fils, Kern, est pourtant persuadé que son père est en vie : il a trouvé le matin même le marteau de Thor que son père portait toujours autour du cou sur son lit, comme un signe. Il décide donc de percer le mystère, malgré sa solitude et les difficultés qu'engendre le nouveau commandement d'Egill le Rusé - opportuniste et sans scrupule. D'autant que de nouveaux évènements viennent ternir un peu plus le tableau.

Un polar sauce viking pour ados, quelle bonne idée ! D'autant que le héros est précisément un adolescent, ce qui facilite l'adhésion du lectorat. Voilà de quoi leur faire découvrir de manière ludique une civilisation trop méconnue et pourtant passionnante.
L'histoire en elle-même est ma foi fort bien menée. L'auteur croque des personnages types et souvent mystérieux auxquels on s'attache d'emblée. Il a, en outre, eu l'intelligence de faire progresser l'intrigue avec suffisamment de suspens pour donner l'envie de poursuivre mais sans trop de rebondissements surréalistes pour ne pas desservir la période historique qui est, au fond, le véritable héros de l'histoire.  A ce propos, je salue un vrai souci de véracité historique. L'auteur utilise les termes viking précis : le plus flagrant étant la désignation du fameux bateau viking comme "langskip" et non "drakkar", considéré comme plus correct par les spécialistes. On trouve de plus en fin de livre un lexique et diverses notes explicatives sur les vikings. Un ouvrage qui ne vend donc pas du rêve et qui ne surfe pas sur un fantasme quelconque mais qui divertit tout en prenant soin d'instruire : n'est-ce pas, au fond, le projet de toute bonne littérature?

 

 

Challenge polar historiques.jpg

Challenge Polar Historique

1ere lecture

 

 

 

 challenge petit bac 2013.jpgChallenge Petit Bac 2013

Catégorie Objet





 

Ingmar.jpg

Ingmar le preux de Spiessert et Bourhis, ed. Dupuis, 48p (4 tomes)

 

Quelques mots puisque je suis dans la rubrique "viking" sur une BD en quatre tomes qui m'a bien fait rire : les aventures d'Ingmar, fils ainé d'un chef de clan, totalement couard et opportuniste. Aucun problème pour se mettre en valeur mais s'il peut, du même coup, ne pas trop en faire, c'est encore mieux. Il se plait à inventer des sagas en ce son nom mais est le dernier à se mouiller en mer, par exemple. Il sera pourtant amené à sortir un peu de son cocon douillet pour vivre quelques péripéties rocambolesques.
En le lisant, j'ai beaucoup pensé à  la BD Lincoln que j'avais déjà chroniquée ici. Le même genre de dessin dégingandé et le même genre d'anti-héros pétri de défauts avec lequel on rigole - cette BD-ci est tout de même moins ouvertement fendarde que Lincoln, il faut bien l'avouer mais je vous la recommande tout de même pour passer de forts bons moments.

INGMAR-01-F-01.jpg

INGMAR-01-F-02.jpg

17648.jpg

08/10/2012

Kingdom Come de Mark Waid et Alex Ross

kingdom come.jpg

Kingdom Come de Mark Waid et Alex Ross, ed. Urban Comics, coll. DC Essentiels, 336p. 2012

 

Ok, je m'y connais à peu près autant en comics qu'en macramé et cette inculture va même jusqu'à ne jamais en avoir lu jusqu'à aujourd'hui. Néanmoins, cette histoire de super-héros de l'ancienne époque, reclus, dépassés et presque parias, supplantés par les nouveaux super-héros sans foi ni loi m'a rappelé ce roman de Neil Gaiman que j'ai adoré il y a quelques mois : American Gods. Dans ce dernier, il s'agissait de dieux, non de héros, mais de fait le propos se rejoint : d'une part parce que ce comics brosse effectivement une mythologie décadente des super-héros en marche vers le ragnarok, d'autre part parce que le fond de ce monde apparemment fantasmatique est un questionnement sur l'homme. A cet égard, je me permets (une fois n'est pas coutume) de vous citer un extrait de l'excellente préface de d'Elliot S. Maggin qui explique tout parfaitement :

"Dans les dernières lueurs du vingtième siècle, le super-héros, c'est Monsieur tout-le-monde.
Regardez comme nous vivons : nous parcourons la terre à une vitesse incroyable sans le moindre souci ; nous communiquons instantannément avec des gens aux quatre coins du globe ; nous manipulons l'économie, nous altérons l'environnement, nous accomplissons des merveilles. [...]
Dans l'histoire que vous tenez entre les mains, Mark Waid et Alex Ross nous expliquent que notre réponse à l'inexorable marche du progrès, qui nous a menés ici et maintenant dans l'histoire de la civilisation, consiste à y répondre de manière responsable. Pas avec modestie. Pas en perdant la conscience de ce que l'on est. Pas dans l'attente d'un pouvoir qui nous dépasse, et qui descendrait du ciel pour remettre les choses d'équerre en dépit de nos efforts pour tout foutre en l'air. Il est de notre devoir de savoir ce que nous sommes, où nous sommes, et ce que nous pouvons faire. Il est de notre devoir de comprendre les ramifications de nos actes, et de choisir d'agir, ou de ne pas agir, en gardant les yeux ouverts [...]
KINGDOM COME, [...] cela parle de l'instant dans la vie de Superman, Captain Marvel, Wonder Woman, Batman et tous les autres, où ils comprennent qu'ils ne sont des dieux. Cela parle de l'instant dans leur vie où ils apprennent enfin qu'en dépit de leurs limites, il ne doivent pas cesser d'être compétents et responsables. Et maintenant, voilà l'instant dans la vie de la race humaine im nous devons tous apprendre à faire la même chose.
Et voilà pourquoi cette histoire, sous ses atours colorés, est une histoire importante."

 

Kingdom-Come-01.jpg

 

Pour vous faire un pitch un peu plus développé et, surtout de ma plume. Tout commence par les visions destructrices du pasteur Norman McCay, orchestrées par l'Apocalypse selon Saint Jean. Une histoire de guerre acharnée et de jugement implacable. Guidé par un mystérieux ange de la mort anonyme, Norman va découvrir que ces visions n'ont rien d'une folie : elles sont bel et bien l'aperçu prophétique d'un affrontement entre les jeunes super-héros dépourvus de toutes mesures et de toutes notions de justice - qui s'affrontent en public, terrorisent et tuent les hommes - et les anciens héros, jadis chassés. Parmi eux, l'emblématique SuperMan qui s'était éloigné de Métropolis après la perte d'un procès face au dangereux Magog. Depuis il vit dans la plus complète solitude d'un ranch.
Pourtant, son esprit du Bien ne saura résisté à la détresse des humains et à l'appel de Wonder Woman à revenir dans la partie pour leur prêter main forte. En parallèle de cette Ligue de Justice, une autre organisation se met en place qui, tout en poursuivant le même but final, emprunte des chemins opposés. Une organisation dirigée par Lex Luthor et Batman...

kingdom come 02.jpg

 

Je ne vous en dis pas plus, je pense que vous avez compris le principe. Pour une première lecture de comics, j'avoue en tout cas m'être totalement laissée prendre dans ce bouquin, tant par la forme : une histoire servie par un scénario extrêmement pointu et complexe qui ne ménage pas la concentration et un dessin d'une qualité hallucinante - que par le fond - dont je vous ai déjà abondamment parlé. Je ne m'attendais pas à un travail aussi soigné. Naïvement, je l'avoue, j'associais comics à "vieille BD pour trentenaires attardés". Je ne referais plus l'erreur d'un tel jugement à l'emporte pièce.

Très belle surprise de cette édition, en outre : non contente de réunir les 4 tomes de cette mini-série, elle offre également de nombreuses pages bonus à la fin avec interviews, croquis préparatoires, planches supplémentaires etc. Un petit bijou pour les passionnés du genre.

Décidément, une bien belle découverte !
Un seul regret : mais où est passé Spiderman ?! Ahhh je savais bien que les araignées, c'étaient des mauviettes !

 

superman-shield-kingdom-come.jpg
PS : Le livre est dédicacé à Christophe Reeve. Et de fait, on ne peut pas le rater...