Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/01/2014

Lettre d'une inconnue de Stefan Zweig

Amok.gif


Lettre d'une inconnue de Stefan Zweig, précédé de Amok et suivi de La Ruelle au clair de lune, Le livre de poche, 2007 [1922], 188p. (Lettre d'une inconnue en compte une soixantaine)

 

coup de coeur.jpgLe jour de son quarante-et-unième anniversaire, un célèbre écrivain reçoit une mystérieuse lettre. Près de vingt feuilles sans adresse ni signature. Seule une épigraphe : A toi qui ne m'a jamais connue. Saisi par l'étonnement, il découvre alors le flot d'une passion folle - au sens propre d'une terme - d'une jeune femme qu'il a connue par trois fois mais que jamais il n'a reconnue ni aimée. Elle lui écrit au lendemain du décès de son jeune fils. C'est ainsi qu'elle commence sa lettre et ainsi qu'elle en rythmera régulièrement le souffle. Elle déverse tout son amour contraint, secret. Comment elle a connu cet écrivain lorsqu'il emménagea en face de chez elle alors qu'elle avait treize ans. Comment elle se donna à lui à dix-huit. Enfin, comment ils eurent à nouveau une nuit de passion dix ans plus tard. Entre temps, sa passion n'eut jamais de failles et c'est l'élan puissant qui la portait vers lui qui dicta toute son existence. 

Je n'ai pas tout adoré de Zweig même si sa finesse psychologique et sa délicatesse sont sans égales. Il m'ait parfois arrivé de trouver qu'il évoquait une conception de l'amour obsolète et qui, du coup, souffrait d'un peu trop de niaiserie à mes yeux contemporains (c'était le cas dans le recueil L'Amour d'Erika Ewald et autres nouvelles que je chroniquais il y a quelques années). Mais lorsqu'il s'agit de la passion et de ses gouffres, il m'emporte toujours et me ravit. Lettre d'une inconnue prend place dans un recueil de trois nouvelles, composée d'Amok (la plus longue) et La Ruelle au clair de lune. Leur point commun (du moins, aux deux premières puisque je confesse ne pas avoir lu La Ruelle) est l'expression d'une passion obsessionnelle, délirante, maladive. Il n'est pas tellement question d'amour que d'une folie qui ravage et emporte tout sur son passage. J'avais assez peur de relire Lettre d'une inconnue, sachant que cette lecture qui m'avait fait connaître Zweig sur le tard avait été un véritable coup de cœur. On craint toujours de ne pas retrouver la même émotion, le même engouement. Mais encore une fois, la plume de l'auteur m'a baladée sans que je puisse décrocher de la nouvelle. Je l'ai lue comme l'écrivain anonyme lit la lettre dans le récit cadre, d'une traite, en apnée.

En parlant de cela, on retrouve dans cette nouvelle une construction similaire à celle d'Amok : un récit cadre, donc, qui ouvre et ferme le développement de la nouvelle et lui sert d'écrin. A l'intérieur, le récit rétrospectif d'une âme maladive, torturée par une passion trop grande pour elle et sans partage, rythmé par une série de leitmotiv qui font ressentir pleinement au lecteur le ressassement passionnel. Une construction extrêmement bien rodée donc, mais qui fonctionne à merveille grâce à l'art de Zweig de ciseler les consciences et de comprendre la nature humaine fragilisée comme personne.

Décidément, cette relecture me confirme que Lettre d'une inconnue reste dans mon panthéon des œuvres parfaites, émouvantes et délicates.

 

 Lu en lecture commune avec Manu que je vais lire de ce pas ! 

 

challenge-zweig.jpgChallenge Zweig chez Métaphore
3eme lecture

 

 

 

 

 

 

challenge-des-100-livres-chez-bianca.jpgChallenge Les 100 livres à avoir lus chez Bianca
10eme lecture

17/01/2014

3 jours parisiens : 3 époques artistiques et 1 bonus mode - PART II

(Suite)

musee-jacquemart-andre.jpg

 

Jour 4 (ouais parce que le jour 3, j'ai surtout dévalisé les librairies, faut pas déconner ; j'y reviendrai) : Pour mon dernier jour parisien, Céline et moi avons décidé d'aller au musée Jacquemart André - inconnu au bataillon (du moins, au mien) il y a encore trois mois jusqu'à ce que ma fantastique belle-sœur me parle de l'expo Désir et volupté à l'époque victorienne, sur laquelle j'ai ensuite lu pleins de billets de blog d'avis divers.

Première impression :

AAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH, je veux cet hôtel particulier !!! Non mais quel lieu MA-GNI-FI-QUE ! Ça devrait être interdit de faire des choses pareilles, on ne veut plus partir ensuite. Autant je peste contre Paris au quotidien (mon statut de touriste d'art et de librairies me va très bien), autant dans ces conditions, je ne cracherais pas dessus (comment ça, je suis une grosse bourgeoise? :D). Tout ça pour dire que j'ai du autant baver sur l'hôtel lui-même que sur les œuvres qu'il renfermait.

Concernant la collection permanente, elle est intéressante à voir une fois mais est très restreinte. Pour le prix du billet d'entrée (11€ plein tarif, 9,50€ tarif réduit tout de même), il ne me semble pas intéressant d'y aller uniquement pour ça. L'exposition temporaire actuelle se termine le 20 janvier pour info et la suivante sur les fêtes galantes chez Watteau et Fragonard entamera mi-mars. (PS : Il ne faut pas craindre les odeurs fleuries car le merchandising olfactif du musée est... prégnant, c'est le moins qu'on puisse dire !)

L'exposition temporaire, d'ailleurs, m'a ravie. Je savais d'avance pour avoir lu beaucoup d'avis sur la question, que les grandes toiles préraphaélites n'étaient pas présentes - cela a donc limité une potentielle déception. J'y suis allée avec l'esprit ouvert à des toiles que je ne connaissais pas ; pour cela j'ai été comblée et certaines œuvres que la postérité n'a pas gardé en tête de gondole n'ont rien à envier à leurs consœurs plus célèbres. Les roses d'Héliogabale d'Alma Tadema, La reine Esther d'Edwin Long, La boule de cristal de Waterhouse ou La nymphe Crenaia de Frederic Leighton sont somptueuses. Et je ne cite là que les titres qui m'ont marquée. A savoir qu'il n'y a pas que des peintures du courant préraphaélites. Je retiendrai essentiellement une sensualité laiteuse et fascinante, un art du drapé et des fleurs tout simplement démentiel (les iris d'une des toiles de la dernière salle dont le titre m'échappe, mea culpa, sont hallucinants) et l'empreinte admirative d'une histoire fantasmée, antique ou orientale, et d'une littérature poétique.
J'ai par contre été très déçue de la boutique. Des tableaux que je visualisais parfaitement en marque page n'y étaient pas tandis que d'autres ont été coupés on ne sait comment pour en être d'une piètre qualité (je suis serial acheteuse de marque-page quand je vais en expo mouahahaha). Pour le reste, en dehors de l'affiche du l'expo, tout était hors de prix. Disons que j'en garderai de bons souvenirs, simplement !

roses_dheliogabale.jpg
Les roses d'Héliogabale de Sir Lawrence Alma Tadema

La-Boule-de-Cristal-Waterhouse-2.jpg
La boule de cristal de John William Waterhouse

 

Je conclus cet article de quatre kilomètres (mais il y a pleins de photos, c'est pour ça) [Bon, du coup je l'ai coupé : c'est mieux) pour vous parler de mon amie Céline qui crée elle-même, non des toiles mais des vêtements et accessoires de mode - de toute beauté, puis-je ajouter, sous la marque Le chas qui danse. Des coupes sixties amples, fluides et des matériaux de qualités composent son travail plein d'amour et d'originalité. Je vous dis ça parce que j'ai pu feuilleter à loisir son portant pendant 4 jours et aussi parce que j'ai fini par repartir avec une robe tout simplement parfaite pour un mariage cet été. Un petit aperçu en image, après quoi vous pourrez la contacter ici ou pour lui demander tous les renseignements possibles et craquer à votre tour !

Quelques bibis :

Pipouni bibi.JPG

Pipouni bibi 2.jpg

Quelques robes :

 

Pipouni robe 1.jpg

Pipouni robe 2.jpg

Pipouni robe 3.jpg

Et ma merveilleuse robe lors d'un défilé <3 :

Pipouni robe 4.jpg

Pipouni robe 5.jpg

 

Challenge Shelbylee.jpgChallenge L'art dans tous ses états chez Shelbylee, deuxième participation 

16/01/2014

3 jours parisiens : 3 époques artistiques et 1 bonus mode - PART I

logo.gifJour 1 : Tandis que nous avions prévu un japonais, une balade (et sans se le dire, sûrement un Starbucks quelque part tout de même), mon amie Aurore* me propose d'ajouter une visite au musée du Moyen-Âge pour y admirer la restauration des célèbres tapisseries de la Dame à la Licorne. J'acceptai avec joie, d'autant que je suis plongée en ce moment dans le récit de Yannick Haenel, A mon seul désir, dont elles sont le sujet. Je pourrai donc poursuivre ma lecture avec l’œil imprégné des dites œuvres (et vous en entendrez sans doute parler ensuite)

La restauration est effectivement flamboyante ! Les rouges et les bleus sont d'une beauté impressionnante. J'avais déjà visité les tapisseries il y a deux ou trois ans tandis qu'elles n'étaient pas restaurées et la comparaison est sans appel. Cette vivacité des teintes rehausse la douceur virginale de l'anonyme dame médiévale et inspire, comme la tapisserie centrale l'évoque, un désir et un mystère délicieux. A noter que l'entier du musée est intéressant pour qui aime un tant soit peu l'Histoire mais j'aurai tendance à conseiller de profiter d'une exposition temporaire pour le faire - sans quoi, il n'est pas très grand.

Et pour conclure, si vous ne l'avez pas déjà lu, La Dame à la licorne de Tracy Chevalier est une lecture agréable pour un week-end pluvieux.

Dame licorne.jpg

 

logo orangerie.gifJour 2 : Cette fois, c'est avec mon amie Céline que nous nous dirigeons de bon matin, le coeur en joie comme s'il était question d'un rendez-vous galant, pour visiter l'exposition Frida Kahlo/Diego Rivera au Musée de l'Orangerie dans le parc des Tuileries. Dernier jour de l'exposition : inutile de dire que nous avions prévu un billet coupe-fil réservé début décembre afin de ne pas mourir de froid pendant deux heures en attendant de rentrer.

Avant toute chose - parce qu'il faut toujours garder le meilleur pour la fin -, nous avons flâner dans la collection permanente du musée dont les pièces phare sont Les Nymphéas de Claude Monet, 8 tableaux gigantesques composés de plusieurs toiles et disposés dans deux salles arrondies. Ils composent le cycle d'un jour reflété délicatement sur les nénuphars de Giverny, de l'aube humide où se mêlent les mauveset les verts jusqu'au crépuscule d'un bleu noir profond. Entre ces deux pénombres où point le soleil lointainement, c'est toute une vie de lumière, de vent, de nuages qui s'exerce sur la végétation miroir. J'aime sans l'ombre d'un doute l'art des impressionnistes et particulièrement celui de Monet qui retranscrit à la fois une poésie de vivre et une rudesse élémentaire mais ces Nymphéas sont au-delà de ce que j'aurai pu imaginer. Une prouesse tout simplement, en plus d'une merveille picturale.

orangerie nympheas-d.jpg

orangerie le matin 1 Salle II mur nord.jpg
Le matin n°1 (Salle II, mur nord)

 

FK_affiche_bd.jpgJe vous passe le reste de la collection permanente, qui vaut tout de même elle aussi son pesant de cacahuètes (de magnifiques Renoir, des natures mortes de Cézanne notamment) pour rentrer dans le vif du sujet.

Soyons francs du collier : J'aime Frida Kahlo. Sa peinture me parle viscéralement. Sans doute que d'avoir porté corsets et plâtre pendant moult années et de connaître un corps douloureux, empêché souvent, au quotidien m'aide à me sentir en empathie immédiate avec son art. Clairement, une toile comme La colonne brisée me parle. Bien des fois, elle a peint ce que je ressens. Au delà de cet aspect anecdotique de mon amour pour elle, j'aime son incroyable liberté de ton - où elle n'hésite pas à mêler une réalité crue à un univers onirique d'une originalité totale. De même que cette obsession de l'auto-portrait à mi-chemin entre un narcissisme psychanalytique et une dévotion païenne. Ou encore cette volonté d'une profonde unité entre les cultures, les arts, les éléments et les êtres vivants.

C'est donc avec une grande impatience que j'attendais de goûter de visu à ses œuvres (j'avoue que celles de Rivera, comme beaucoup d'autres visiteurs je pense, n'étaient pas mon objectif premier). Au final, je suis mitigée - avec tout de même plus de points positifs mais le gros point négatif ayant un peu tendance à gâcher la fête. Le déroulement des pièces m'a semblé très pertinent. Commencer par Diego Rivera, même si la plupart d'entre nous n'étions pas là pour ça, était pourtant une évidence : après tout, il a commencé à peindre vingt ans avec Frida. J'ai ainsi découvert un peintre qui m'était parfaitement inconnu à l'exception de ses murales très politisées. Son évolution est assez impressionnante. Cette salle ouvrait ensuite sur deux possibilités qui communiquaient ensuite: une petite pièce bleue et jaune rappelant la maison de Coyoacan sur la gauche où était évoquée les biographies de Frida et Diego ainsi que leur relation ; et une grande salle sur la droite où évoluaient leurs arts respectifs qui se répondaient et se complétaient. Les peintures les plus personnelles de Frida étaient rassemblées dans un cube central.

Ce qui marque le plus, c'est évidemment la disproportion des formats : Diego peignait sur de grandes toiles (lorsqu'il ne peignait pas des fresques) tandis que Frida peignait sur beaucoup plus petit. Les rares grands formats qu'elle a produit ne figuraient pas dans l'exposition. Bien sûr, cela peut dérouter si on ne le sait par avance. Il semble donc, de ce fait et du fait d'une première salle entièrement consacrée au peintre, que Rivera est plus présent que Frida Kahlo tandis que cette dernière est l'artiste phare. Mais c'est oublier l'intitulé de l'exposition qui, me semble-t-il, remplit parfaitement son objectif : montrer l'évolution des deux artistes, l'un avant l'autre (dans le cas de Rivera) puis l'un avec l'autre tout au long de leur vie commune. A ce titre, elle est très réussie et j'ai été enchanté d'en être.

Par contre, la mise en espace a clairement chié dans la mousse : Je me doute que l'espace dédié aux expositions temporaires n'est pas extensible à loisir mais les deux premières salles étaient beaucoup trop petites pour une exposition qui allait, de manière aussi prévisible, glaner autant de monde ! Résultat : c'était tout simplement l'horreur de circuler. Ajoutons que tenter d'apprécier une œuvre, de s'en imprégner, quand on est bousculé comme un premier jour de soldes à Châtelet s'apparente à une mission impossible. Je suis donc assez déçue de ce manque d'anticipation quant à l'organisation spatiale. La prochaine fois, il faut être plus modeste quand on a pas un gros espace et laisser les grosses têtes d'affiche artistiques aux musées qui ont les moyens de les accueillir.

(J'emprunte les photos du site Sortir à Paris puisqu'il était impossible de photographier l'expo - rapport au monde sus-dit, tout ça)

expo frida 7.jpg

Expo frida 5.jpg

Expo Frida 4.jpg

expo frida 6.jpg

expo frida.jpg

 

La suite demain !

 

 

 Challenge Shelbylee.jpgAvec ce billet, je participe pour la première fois au challenge de Shelbylee, L'art dans tous ses états