Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2014

Oscar et la dame rose d'Eric-Emmanuel Schmitt

oscaretladamerose.jpg
Oscar et la dame rose d'Eric-Emmanuel Schmitt, Albin Michel, 2002, 100p.

 

coup de coeur.jpgOscar a dix ans et il va mourir : Son cancer, qui lui vaut d'être surnommé Crâne d’œuf a l'hôpital des enfants, ne semble pas vouloir s'en aller malgré les opérations. Oscar sait qu'il va mourir et il déteste qu'on le lui cache ou comme s'il était quelqu'un d'autre. Il ne comprend pas que ses parents ou les médecins marchent sur des œufs avec lui. La seule personne a qui il peut s'ouvrir sans entrave et qui lui répond avec une décapante sincérité, c'est Mamie-Rose. Elle est une des dames roses de l'hôpital, chargée d'apporter un peu de gaité aux enfants. Elle fait mieux que ça avec Oscar : elle lui apporte de la compréhension, de la franchise, beaucoup d'humour (après tout, Mamie-Rose est une ancienne catcheuse qui n'a pas la langue dans sa poche) et surtout, de bonnes leçons de vie. Mamie-Rose, c'est tout simplement Socrate ou Sénèque entre le ring de catch et la quiétude d'une église. Car il importe deux choses à Oscar : comprendre que vie et mort ne font qu'un ; tout est renouveau, et que la peur s'envole avec la confiance et la joie ; tant que le présent est vécu intensément. C'est cela qu'il va comprendre grâce à Mamie-Rose et ce subterfuge qu'elle lui suggère d'écrire à Dieu et de vivre dix années en un jour. Au fil des lettres, Oscar s'ouvre et finalement, la mort ressemble à un commencement.

Je ne vais y aller par quatre chemins : mea culpa. Pendant pas mal d'années, E.E.Schmitt était, dans mon esprit, un écrivain dont on faisait beaucoup de foin pour pas grand chose - comprendre par là : je m'amusais à le mépriser cordialement sans en avoir jamais lu une ligne. Et ben voilà, j'ouvre un livre de lui et c'est le coup de cœur. Ça m'apprendra à péter plus haut que ma paire de miches. Pour la peine, je me fouetterai pendant dix jours avec des feuilles de blettes.

Oscar et la dame rose est un magnifique petit traité philosophique et métaphysique à l'usage des jeunes ados. Sous forme d'un dialogue imaginaire par lettres interposées, il s'agit de cheminer vers l'acceptation de la mort et vers une nouvelle vision de celle-ci. S'inspirant de ce que les philosophies antiques (et moins antiques) et les spiritualités de tous horizons ont conceptualisé et véhiculé à travers les âges, l'auteur nous invite à réfléchir sur la noirceur dont nous drapons un phénomène non seulement naturel mais qui donne tout son sens à notre existence. Et si nous envisagions la mort, non plus sous le masque d'un inconnu terrifiant mais sous le jour d'une nouvelle étape ? Ainsi, Oscar se sent-il plus en paix et souffre moins. Il profite de chaque instant qu'il lui reste et chaque jour devient une vie entière, pleine des rebondissements d'une aventure initiatique.
Il nous invite également à réfléchir sur le sens profond et, étymologique en quelque sorte, de la foi. Au fond, ce Dieu auquel écrit Oscar est avant tout l'incarnation presque métaphorique de la confiance et de la force qui doit nous habiter à chaque instant. Vivre sans confiance, est-ce vraiment vivre ?

Bien sûr, le lecteur adulte pourrait préférer se pencher directement sur la philosophie ou les écrits spirituels pour réfléchir sur ces questions (Tout est dans le questionnement sans fin, c'est Mamie-Rose qui le dit) mais franchement, il faut reconnaître le tour de force d'E.E.Schmitt de livrer sur un plateau aussi drôle, enlevé et brillamment mené des sujets aussi épineux et complexes pour de jeunes lecteurs.

 

14/09/2014

Armageddon Rag de George R. R. Martin

armageddon-rag-georgerrmatin.jpg

Armageddon Rag de George R. R. Martin, Folio SF, 2014, 586p.

 

coup de coeur.jpgIl y a de ces associations d'idées immédiates qu'on ne peut pas empêcher, une sorte de réflexe de pavlov conditionné par le succès (et le plaisir aussi, on ne va pas se mentir). Dans cette rubrique, on peut aisément classer l'association immanquable George R. R. Martin / Game of Thrones. Lorsque j'ai dit à quelques amis que je lisais cet auteur, la question ne s'est même pas posée de savoir ce que je lisais. Ben oui, quoi d'autre, à part GOT ? Je vous le concède, à côté de GOT, tout passe en général à la trappe et c'est bien dommage car autant le premier volume de GOT me tombe systématiquement des mains (j'avoue tout, je me contente finalement de regarder la série), autant cet Armageddon Rag est un vrai coup de cœur dévoré en quelques jours ! Comme quoi, il ne faut jamais oublier d'aller voir derrière les fagots si on y est !

Au seuil de pénétrer dans l'univers d'Armageddon Rag, l'ami, dépouille-toi de tout le plan-plan de ton quotidien et enclenche un furieux titre de Led Zeppelin pour planter le décor.
Sander Blair, dit Sandy, fait partie de cette génération de hippie seventies anti-guerre du Vietnam et fan de rock. Une décennie plus tard, sa barbe a disparu, de même que son emploi de journaliste. Il est en couple avec un agent immobilier dans une belle maison de Brooklyn et vit de sa plume - plume qui stagne actuellement à la page 37. La vie est ainsi faite de compromis et de renoncements. Le coup de fil du rédacteur du Hog sait pourtant réveiller tout le potentiel de nostalgie et d'envie d'aventure qui bout encore en Sandy sous cet apparent conformisme eighties. Il s'agit de couvrir en exclusivité la mort mystérieuse de Jamie Lynch qui fut manager du plus grand groupe de rock de tous les temps, les Nazgûl. Sandy saute sur l'occasion d'envoyer balader sa femme, son agent littéraire et cette foutue page blanche pour partir à toute volée au volant de Daydream vers le Maine. Ce départ est celui d'une enquête mais surtout d'une plongée fulgurante dans le passé et les grandes années du rock, dans cet univers qui devient vie, mort, angoisse et résurrection à tout moment. Au côté de Sandy blair, lecteur, tu vas vivre le road trip rock le plus décoiffant depuis un paquet de temps !

Si je ne devais émettre qu'un petit bémol sur ce titre, il porterait sur son édition : je ne vois pas exactement ce qu'il fabrique dans une collection SF puisqu'il n'en est pas, soyons très clairs. Armageddon Rag est, comme l'indique d'ailleurs la 4eme de couv, un  excellent thriller fantastique teinté d'apocalypse dans lequel nulle SF ni fantasy ne pointe le bout de son nez. George R. R. Martin manie à merveille tant le glissement progressif vers le fantastique ménagé par des rêves flous et angoissants que l'incertitude mouvementée propre à ce genre littéraire. Jusqu'à la fin, le lecteur se demandera s'il était bel et bien à mi-chemin d'une brèche vers un autre monde ou tout simplement dans notre monde réel si brillamment mis en lumière qu'il en fait vaciller nos certitudes. Une vraie réussite de ce point de vue là.
En outre, ce groupe créé de toute pièce par l'auteur, fortement inspiré de la mythologie de Tolkien, est d'une puissance prégnante. A force de lire les pages, on croit entendre les Nazgûl jouer et on aimerait pouvoir enclencher un de leurs albums en fond sonore. A défaut, j'ai trouvé un parallèle en Led Zeppelin - les descriptions des Nazgûl m'ont semblé coller à l'idée que je me fais de Led Zep - et j'ai donc régulièrement écouté leurs titres ces derniers jours, histoire d'être encore plus immergée.
En somme, tant du point de vue du genre, de l'évolution narrative que de l'univers rock, ce titre est une réussite totale ! Le style n'est pas mal non plus, somme toute. Même si ce n'est pas l'argument majeur lorsqu'on lit des romans de cet acabit, ça ne gâche pas le voyage de l'avoir de bon goût.

Je ne saurais présager de son pouvoir de séduction sur des lecteurs qui n'ont aucun attrait particulier pour le rock. Je peux par contre affirmer, si vous vous rangez dans la case des maniaques de la guitare et du cheveu long, que vous succomberez immanquablement à ce roman puissant, chaotique, maîtrisé d'une main d'orfèvre et plein des fantômes d'une époque qu'on aurait bien aimé connaître.

Un grand merci à Noctenbule, grâce à qui j'ai remporté ce titre lors du challenge américain.

 

mois américain.jpg2eme participation au mois américain chez Titine

 

 

 

 

challenge-un-pave-par-mois.jpgParticipation de septembre pour le challenge Un pavé par mois chez Bianca

 

 

 

 

challenge melangedesgenres1.jpgEt une nouvelle participation pour le challenge Mélange des genres chez Miss Léo dans la catégorie Thriller

25/08/2014

Poulet aux prunes de Marjane Satrapi

Poulet-aux-prunes-de-Marjane-Satrapi.jpg
Poulet aux prunes de Marjane Satrapi, L'Association, 2004

 

coup de coeur.jpgTéhéran, 1958. Nasser Ali est un illustre joueur de târ. Malheureusement, depuis que son instrument de toujours est brisé, il ne trouve plus le goût à rien. Après quelques essais infructueux sur de nouveaux instruments, il décide de mourir. Son mode de suicide sera l'attente. Aussi Nasser Ali se met au lit et va consacrer les jours avant sa mort à se remémorer les bons comme les mauvais souvenirs et les étapes importantes qui ont jalonné sa vie. 

Marjane Satrapi est célèbre pour son autobiographie graphique en 4 volumes, Persepolis et son adaptation en film d'animation. J'avoue avoir un amour particulier pour cette œuvre que je trouve poignante, criante de vérité et pleine d'humour. On retrouve ces trois caractéristiques dans ce Poulet aux prunes qui se dévore avec joie et mélancolie et qui se referme à grand regret. L'art de Marjane Satrapi me semble être précisément la parfaite réunion des contraires : son dessin est très simple, très épuré, tout en noir et blanc et pourtant une incroyable force expressive s'en dégage. Tout est là. Quant à l'histoire de cet opus, elle est pleine de douceur et de dureté mais toujours sensible et juste. Nasser Ali n'a rien d'un homme parfait. Comme bien des grands virtuoses, son art passe avant tout. Pourtant, si l'on soulève le voile, une grande blessure se cache sous sa passion de la musique. Un blessure d'amour comme souvent. Le lecteur est porté par la vague de son attente et de tous les évènements passés et présents qu'il fait défiler. Et puis, comme toujours, l'humour et la légèreté ne sont pas absents du tableau malgré le sujet difficile. Ainsi la dégustation du poulet aux prunes ou la rencontre avec Azraël font sourire avec plaisir. Ces épisodes fonctionnent comme de douces bouffées d'oxygène.

 

Poulet-aux-prunes-1.jpg

J'ai véritablement eu un coup de cœur pour cette BD qui m'a fait voyager le temps de la lecture. De la première à la dernière page, j'ai été totalement éclipsée de la réalité : le plus beau cadeau lorsqu'on lit, n'est-ce pas ?
Dans la foulée, j'ai visionné l'adaptation cinématographique, avec des acteurs cette fois-ci (et dans laquelle Nasser Ali devient joueur de violon, allez savoir pourquoi). Elle retranscrit plutôt bien le fil narratif de l’œuvre originale et les personnages sont souvent interprétés avec justesse. Bien que j'aie préféré la BD, je vous conseille de le visionner. Il vous fera passer sans nul doute une belle soirée.