Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2012

Le plaisir du hasard, Du bout des doigts

Il faut être claire : L'autre jour, j'ai fait ma ronchon ! Mais à ma décharge, cela n'a rien de réjouissant d'enchaîner les mauvaises découvertes, les lectures fadasses et ennuyeuses à tour de bras. Alors oui, j'ai fait mon vieux pou pas content (aha).

Et puis, une fois cela fait, je suis allée flâner dans une de ces vieilles brocantes bordéliques et poussiéreuses comme on en trouve dans les coins paumés - vous voyez le genre? J'y suis restée un sacré bout de temps à éplucher tous les livres présents et suis tombée (c'était prévisible) sur deux-trois surprises bien attirantes avec lesquelles je suis repartie sans me poser de question : il était plus que temps de renouer avec les plaisirs du hasard ! Et oui, vive le hasard ! Parce que je n'avais jamais entendu parlé du livre que voilà et que, finalement, c'est une sacrée jolie surprise (bien plus que tous les bouquins qu'on m'a récemment conseillé et qui me sont tombés des mains. Comme quoi hein.)

 

Waters.jpg

Du bout des doigts de Sarah Waters, ed. Denoël, 2003, 750p. (Il est aussi édité en poche chez 10/18)

 

Le  noeud de ce chouette pavé est un complot un poil sordide : Où un jeune fripon de fort belle allure et de fort belle goujaterie convainc une petite voleuse naïve de ravir une demoiselle esseulée, de la marier et de lui piquer son héritage.
La petite voleuse naïve, c'est Sue Trinder. Elevée par Mrs Suckby dans le Londres mal fâmé, elle est orpheline - fille d'une meurtrière. Dans ce quartier, on est en plein Dickens : les pièces sont basses et sombres, le feu crépite pour réchauffer les petits doigts qui briquent les pièces volées et les lits sont froids et rèches. Pour une raison qu'elle ignore, qu'elle met sur le compte de l'amour, Sue n'a jamais été donnée ou vendue contrairement à tous les bébés qui passent entre les mains de Mrs Suckby. C'est cet amour filial qui illumine tout ce foyer crasseux.
La demoiselle esseulée, c'est Maud Lilly. Frêle et blanche, elle apparait immédiatement au lecteur comme un petit moineau simple dévoué à la fantasque bibliophilie de son oncle. D'autant qu'elle n'a jamais connu le monde et vit dans un manoir grinçant, loin de la ville : on croirait se trouver dans la maison de Rochester lorsque Jane Eyre y pénètre pour la première fois.

C'est ainsi que s'offre le début de l'intrigue à travers la voix de Sue. Progressivement, les évènements et les sentiments vont tricoter des ressors plus complexes jusqu'à étonner totalement le lecteur avant la prise de parole de Maud, dans la seconde partie. Le récit va ainsi se retourner et à nouvel angle, nouveaux rebondissements. Il n'y a dès lors plus qu'à tourner les pages avec plaisir et avidité pour suivre cette aventure victorienne.

Le livre m'a semblé être de plus un très habile syncrétisme - d'époque tout d'abord : On retrouve à la fois l'ambiance scabreuse, corsetée et élégante du XIXeme siècle anglais et l'audace piquante de notre langue contemporaine ; on retrouve également les fils de la littérature d'aventure, policière, érotique et amoureuse. A travers ce mélange des genres, se débattent deux jeunes filles dont les destins semblent être menés à distance par de machiavéliques marionnetistes : vision on ne peut plus ancrée dans le temps victorien de femmes qui devaient se battre pour acquérir un semblant de liberté. A cet égard, les épisodes en asile sont bouleversants et cette fameuse réflexion du psychiatre incriminant "l'éducation grandissante des femmes" qui mèneraient à la folie est édifiante...

Seul petit bémol (s'il faut souligner les faits avec objectivité) : certains passages sont peut-être un peu délayés - une centaine de pages en moins n'auraient pas été un mal à mon sens. Mais honnêtement, je vais pas cracher dans la soupe d'un ouvrage avec lequel j'ai pris un si agréable plaisir de lecture ! Pour celles et ceux qui cherchent un joli cadeau de Noël à faire à un amateur de l'ère victorienne, ce livre pourrait bien être pour vous.

 

*

 

 



03/12/2012

Vous reprendrez bien une tasse de thé ?

Je l'ai déjà plus ou moins dit : Parmi mes péchés de gourmandise, le thé arrive clairement en tête.

J'en bois à toute heure du jour, en lisant, en écrivant, en travaillant - au petit déjeuner, évidemment, après le repas, l'après-midi. Bref, si je suis chez moi, il y a fort à parier que vous m'y trouviez avec une tasse de thé (et éventuellement avec du chocolat ou des muffins mais ceci est une autre histoire et sera peut-être l'objet d'un autre billet.)

Alice-prend-le-the_reference.jpg


Pourtant, le thé a beau être une passion, je suis finalement bien peu connaisseuse : je ne bois que du thé parfumé et je suis totalement étrangère au plaisir de boire du thé en mangeant, sauf quand il est au jasmin et qu'on est au restaurant chinois.

Autant vous dire que les lacunes sont grandes. Bon, sur le principe, on s'en fout : on a pas forcément pour but d'être connaisseur en tout, après tout. Sauf que par hasard, je suis tombée sur le beau livre de Lydia Gautier et Jean-François Mallet et que, forcément, je n'ai pas pu m'empêcher de l'embarquer pour parfaire mon appréciation de cette auguste boisson.

 

thés et mets.jpg

Thés et Mets de Lydia Gautier et Jean-François Mallet, ed. Aubanel, 2008

 

Où j'ai appris avec étonnemment que l'art du thé est aussi subtil que l'oenologie (oué, je pensais pas que ça allait aussi loin) : chaque thé (nature, il va sans dire) se goûte comme un bon vin et s'estime en fonction de ses arômes amers, doux, fruités, acidulés etc. Où j'ai appris également que le thé que nous appelons noir est en fait le thé rouge - d'après la couleur ambrée foncée que le thé prend après avoir été torréfié et que le "véritable" thé noir est le thé fumé - comme le Lapsand Souchong par exemple. Ce que nous appelons chez nous le thé rouge n'est absolument pas du thé, il n'en est donc pas question dans cet ouvrage (non mais en vous écrivant ça, je suis décidément convaincue que l'univers du thé est fascinant!)

Et puis surtout, où j'ai découvert les alliances subtiles (aha, comment réutiliser le sous-titre ni vu ni connu je t'embrouille) entre cette délicieuse boisson et les plats tout au long d'un repas. Selon votre goût, vous pourrez créer votre menu en fonction de la saison, d'un aliment ou d'un seul et même thé qui suivra la progression des mets. L'idée principale est toujours d'harmoniser les deux afin qu'ils évoluent de concert jusqu'au dessert.

Jusqu'ici, j'ai testé le thé blanc d'Himalaya avec des jacked potatoes au bleu d'auvergne, c'était délicieux ! Je vais peut-être bien le refaire prochainement d'ailleurs !

(Bon, ma préférence reste tout de même au thé parfumé en dehors des repas - Les thés Mariage Frères en tête)

p229048943-4.jpg

 

 

 

darjeeling.jpgEt tant que je suis sur le sujet du thé, j'en profite pour vous vanter également l'excellent documentaire de Xavier de Lauzanne, Le seigneur de Darjeeling.

Entre l'Inde et le Népal, Rajah Banerjee est le dernier propriétaire indépendant de thé Darjeeling. Tandis que toutes les exploitations environnantes sont chapeautées par des multinationales voraces qui détruisent la faune et la flore, Rajah pense son agriculture à l'échelle de la nature selon les principes du biodynamisme théorisé par Rudolf Steiner.

Dans ce joli récit de vie se mêlent amour et connaissance parfaite du thé, exotisme, respect de la nature et spiritualité joyeuse. Cela sera peut-être parfois un peu ésotérique pour certains. Il n'en reste pas moins que cette culture du thé fonctionne sur le principe d'une harmonie délicate qui devrait donner des idées !

Dois-je vous conseiller de le déguster avec une tasse de thé ou bien serait-ce un poil redondant ? ;)

 


Le Seigneur de Darjeeling - Bande-Annonce par aloest


Et belle journée à tous !

19/11/2012

Le Tailleur de pierre de Camilla Läckberg

9782742786626.jpg

Le Tailleur de pierre de Camilla Läckberg, ed. Actes Sud, coll. Actes noirs, 2009, 474p.

 

Du côté de Fjällbacka, le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle : un pêcheur du dimanche vient de remonter une fillette de sept ans. La police dépêchée sur les lieux, patrick Hedström en tête, détermine rapidement qu'il s'agit de Sara, la fille d'une amie d'Erica. Elle détermine également que la petite ne s'est pas accidentellement noyée mais a été assassinée dans une baignoire : de l'eau douce savonneuse et de la cendre ont été retrouvées dans ses poumons...
Du côté de notre Miss Marple suédoise, ce n'est pas la fête du slip non plus : Depuis l'arrivée de Maja, deux mois plus tôt, elle ne parvient pas à reprendre pied dans la réalité. Le manque de sommeil, le manque de temps et le manque de compagnie des adultes, à part celle de son amie Charlotte, ne l'aide pas à se sentir tonique et heureuse. Bien sûr, elle aime sa fille, mais rien ne lui laissait présager des temps si compliqués au retour de la maternité.

J'avais été plutôt dure avec le premier tome, c'est vrai, le qualifiant d'un "oui, bon, pourquoi pas". Tandis que j'avais quasi dévoré le bouquin, j'avais joué ma littéraire chafouine se piquant d'élitisme. Cette fois-ci, je vous épargnerai ce genre de commentaires, d'autant que si j'y suis retournée, c'est bien que j'y avais trouvé mon compte au fond, malgré les grosses ficelles et un déroulement qualibré jusqu'à la caricature.
Je l'ai même encore plus trouvé dans ce tome-ci (soit dit en passant, comme je suis une étourdie notoire, j'ai loué le 3 au lieu du 2 mais on ne dira rien). Je me suis laissée prendre comme une bleue qui n'a jamais lu de polar, j'ai dévoré les pages jusqu'à plus soif et je n'ai pas éteint la lumière le soir avant d'en avoir bouffé la dernière. J'ai particulièrement apprécié l'alternance des nombreux personnages qui m'a paru ici fort bien menée, de même que l'alternance vie privée/enquête policière. Autant les considérations d'Erica dans le tome 1 sur son début de relation avec Patrick m'avaient insupportée, autant celles qu'elle nourrit présentemment sur son retour de couches et la difficulté de vivre avec un nourrisson m'ont interpelée par leur pertinence.

Bon, pour être honnête, j'ai toujours quelques bémols (oui, j'ai dit que j'évitais, mais quand même) : Le style de l'auteur a quand même cette incroyable capacité à être lourd et on ne peut pas nier que ce n'est pas une artiste du verbe. Quant au dénouement, je n'ai pu m'empêcher de le trouver un poil bancal (je ne dirai pas pourquoi au risque de spoiler honteusement).
Mais voilà, ça ne m'a pas empêché d'être à 300% dans cette histoire à mi-chemin entre polar et Desperate housewives.

Et oui, j'avoue tout : j'irai bientôt louer le tome suivant. Et toc !

 

*