Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2016

Le jardin de minuit d'Edith (d'après Philippa Pearce)


Le jardin de minuit.jpg
Le jardin de minuit d'Edith (d'après Philippa Pearce, Soleil, 2015, 96p. 

 

Le jardin de minuit 2.jpgQuelque part au vingtième siècle, Tom doit quitter sa maison pour une durée indéterminée : son frère à la rougeole. Il est donc envoyé chez son oncle et sa tante, à contre-cœur, pour y passer la plupart de ses vacances. Ça ne le réjouit pas vraiment : Tante Gwen et Oncle Allan sont gentils mais terriblement ennuyeux. De plus, puisque Tom est officiellement en quarantaine, il ne peut pas faire grand chose à part manger... Jusqu'à une nuit où l'insomnie lui fait entendre un treizième coup improbable à l'horloge de la maison. Intrigué, il descend, furette et découvre au détour d'une porte un fabuleux jardin là où on lui avait dit n'y avoir qu'une cour ! Son sang ne fait qu'un tour et voilà que ses vacances, d'ennuyeuses au possible, deviennent pleines d'aventures dans ce lieu féerique. D'autant qu'il y trouve aussi l'amitié de Hatty, une petite fille de plus en plus grande, belle et libre. Le temps, dans le jardin de minuit, n'évolue pas tout à faire comme celui du jour... 

Je ne suis pas connaisseuse du roman de Philippa Pearce, aussi ne puis-je pas juger de l'adaptation. Il n'empêche que j'ai aimé me fondre, comme une enfant, dans ce récit doux et nostalgique, comme peut l'être l'enfance rêvée dans les yeux d'un adulte qui chérit ses souvenirs. Les temps d'Hatty et de Tom se rencontrent ainsi à des vitesses différentes et chacun semble s'accrocher à ce qui doit inévitablement filer comme l'eau claire. C'est délicat parce qu'éphémère et c'est cette saveur particulière qui fait toute la beauté particulière de cette belle histoire. Edith la restitue avec un dessin fait des ombres des feuillages, exactement dans cet entre-deux qui sied aux aventures de nos deux protagonistes. L'alternance des époques n'est pas évidente à suivre de prime abord, du moins pour un jeune regard, ce qui rend la tâche de lecture d'autant plus passionnante : aux côtés de Tom, on s'interroge sur cette étrange aventure. Je n'ai plus qu'à dénicher le roman de Philippa Pearce pour la prolonger ! 

Le jardin de minuit 1.jpg

03/10/2016

Le chat noir d'Edgar Allan Poe

Nouvelles histoires extraordinaires.jpg
Le chat noir d'Edgar Allan Poe dans Nouvelles histoires extraordinaires, 1843

Livre audio en ligne

 

Piocher dans la littérature fantastique aussitôt octobre arrivé est devenu une tradition dans mes pénates, par plaisir d'accompagner l'automne, les nuits qui tombent fraîchement, le vent et la pluie de quelques frissons littéraires : c'est tout de suite beaucoup plus drôle. Pour une fois, je raccroche mon accointance personnelle au challenge Halloween de Lou et Hilde parce que plus on est de fous, plus on rit et parce que les rendez-vous qu'elles proposent cette année sont franchement savoureux. Je ne pouvais pas résister au premier d'entre eux, amour félin oblige : celui du mystérieux chat noir. 

Je ne suis pas allée chercher loin : j'ai lancé le livre audio gratuit en ligne de la nouvelle d'Edgar Allan Poe (joie des livres audio gratuits !) qui s'intègre normalement au sein de Nouvelles histoires extraordinaires. Point de dépaysement à l'écoute des premières pages de la nouvelle : nous nous trouvons plongés dans le récit à la première personne d'un être qui ne sait trop s'il rêve, s'il est fou ou si quelque chose de pas très catholique rôde bel et bien autour de lui. En somme, on sent le narrateur pas frais du neurone. Pas de doute : on a bien mis les pieds dans une nouvelle fantastique du dix-neuvième siècle, classique à souhait - dont les ficelles marchent décidément toujours pour qui aime ce genre. Et cela ne se démentira pas par la suite : usage d'un vocabulaire volontairement hyperbolique et emprunté au démoniaque pour marquer la descente progressive du narrateur dans les limbes jusqu'à l'apothéose finale et donner avec saveur l'allure d'un surnaturel de maison hantée. 

Dans cette nouvelle, Poe entretient une ambivalence assez intelligente entre le narrateur et l'objet de sa folie qui donne au propos un caractère universel et révèle au lecteur toute la monstruosité de la nature humaine. 
Le chat noir, chez Poe n'est pas tant métaphore que catalyseur de la folie inhérente à tout homme : cette capacité que nous avons tous de glisser doucement vers le démoniaque, le vil, l'honteux, quelle qu'en soit la raison. On ne doute pas tellement, dans Le chat noir, de la folie du narrateur tant elle est flagrante, accentuée par l'alcool. Ce qui devient par contre glaçant à la longue, ce qui gifle bientôt le lecteur, c'est de s'apercevoir que cet être si détestable pourrait être au fond n'importe qui. N'était-il pas un homme aimable et délicat avant de glisser dans la boisson ? C'est une leçon pour tous, une alerte à la face de la nature humaine. 
Dans ces conditions, bien sûr, le chat noir devient insupportable à notre narrateur aviné : il ne le supporte plus, il doit disparaître. Quelle pire horreur que de contempler sa propre déchéance ? 
Et tandis que le corps de la nouvelle met en garde l'homme contre son penchant monstrueux, la fin lui renvoie au visage la tentation suprême de l'orgueil, comme s'il n'était pas suffisant de se complaire dans l'opprobre : il fallait aussi en être fier. 

Finalement, Poe donne à l'animal sa juste place dans cette nouvelle et peut-être, malheureusement aussi, sa juste place à l'homme. 

PS : Au vu de la thématique du jour, je ne peux pas m'empêcher de conclure avec un clin d'oeil à ma vieille chatte noire, dite affectueusement le vieux slip. Antédiluvienne certes, mais toujours de fort belle prestance. 

poe,chat noir,folie,baudelaire,nouvelle,fantastique,nouvelles histoires extraordinaires

 

Challenge Halloween 2016.jpgChallenge Halloween 2016 chez Lou et Hilde

Rendez-vous autour du chat noir 

26/09/2016

Carter contre le diable de Glen David Gold

Carter contre le diable.jpg
Carter contre le diable de Glen David Gold, 10/18, 2015[2002], 762p. 

 

Carter contre le diable 1.jpgCharles Carter n'était pas né pour être saltimbanque. D'un père homme d'affaires et d'une mère un peu toquée de trop d'oisiveté, Charles se destinait à Yale, tout comme son jeune frère. Mais quelques aventures rocambolesques, dont le vol d'une pièce rare ou la correction un peu salée du jardinier un soir d'hiver, vont décider Charles à s'entraîner sans relâche pour devenir magicien. Ce n'est pas sans mal qu'il balade sa famille pour repousser d'années en années son entrée à l'université, préférant voyager à travers le pays, avec d'autres artistes de scène, pour se produire avec ses cartes et ses foulards. De ce départ un peu miteux, il va finir par devenir un des plus grands magiciens du début de siècle, aux côtés d'Houdini, et s'octroyer le sobriquet de Carter le Grand. Un beau soir de 1923, c'est même le président des Etats-Unis, Warren G. Harding qui vient assister à l'une de ses représentations à San Francisco. Ils affrontent tout deux le diable. Jusque là, rien que la routine pour Charles Carter. A ceci près que, quelques heures plus tard à peine, le président décède dans de mystérieuses circonstances. Le magicien est évidemment soupçonné et ce n'est pas sans une pointe d'amusement qu'il entame un jeu d'esquives et d'illusions avec les membres du Service Secret. 

Quelle n'est pas ma surprise de découvrir à l'instant (puisque, bien sûr, je n'avais pas lu avant les notes de fin d'ouvrage) que le roman se base sur de nombreux faits réels, à commencer par l'existence de Charles Carter, véritable magicien emblématique du passage au vingtième siècle ! C'est d'ailleurs le chapitre qui est consacré à son enfance et à sa formation qui m'a le plus enthousiasmée. J'ai adoré voyager dans la vie de cet esprit libre, original, pétri de solitude, d'égo et de rêves un peu fous. Il semble au lecteur circuler dans les méandres d'un temps totalement révolu et d'un monde plutôt méconnu - il y a bien eu la série Carnival sur le cirque des années 20, mais c'était nettement plus glauque. Ici, on vit plutôt dans le music-hall chic que parmi les freaks. Evidemment, tout est très très librement revu et corrigé par Glen David Gold mais les descriptions d'affiches ou les numéros de Carter le Grand sont exactement ce qu'ils étaient. Ce dernier faisait bel et bien disparaître un éléphant sur scène.

Autre personnage véritable de ce roman : Warren G. Harding, vingt-neuvième président des Etats-Unis et véritablement mort dans des circonstances douteuses le 2 août 1923 à San Francisco durant sa tournée de la Compréhension (les politiciens pratiquaient déjà l'art de la communication à coups de voyages d'agrément auprès du petit peuple). Mort douteuse car sa femme a refusé toute autopsie, ce qui, évidemment, n'a fait qu'enfler la rumeur d'attentat. 

 

Carter contre le diable 2.jpg

 

Si nous en restions là, Carter contre le diable ne serait finalement qu'un biopic, sauf que rien n'accrédite l'hypothèse d'une rencontre entre les deux hommes et encore moins toutes les autres élucubrations du roman. C'est donc là qu'il prend la tournure d'un polar fantaisiste, afin d'imaginer un envers du décor aussi léger et brillant qu'un tour de magie. Toutefois, certains passages manquent un peu de souffle, il faut bien l'avouer. Le bouquin est opulent mais n'est pourtant pas exactement ce qu'on pourrait appeler un page-turner. Mieux vaut s'attacher à la personnalité de Carter pour poursuivre sans trop s'essouffler au fil des centaines de pages. C'est dommage d'ailleurs que l'essentiel soit porté sur ses frêles, bien que magiques, épaules : un peu plus de consistance apportée à l'aspect policier du roman n'aurait pas été de trop. malheureusement, si Glen David Gold est plutôt doué pour faire vivre une époque et un personnage en particulier, il l'est moins pour en créer d'autres de toutes pièces qui ne soient pas fort caricaturaux et une intrigue qui ne soit pas tantôt mollassonne (à la limite du décor inutile), tantôt tellement grosse qu'elle en est ridicule (le dénouement brille particulièrement par son énormité). 

Carter contre le diable n'est donc pas un chef d'oeuvre, loin de là et mieux vaut ne pas trop en attendre de la partie polar pourtant vendue comme haletante sur la 4ème de couverture. C'est cependant une lecture agréable, attachante, sans vraiment de prétention, qui m'a fait voyager le temps de quelques semaines (période de rentrée oblige, je lis à la vitesse d'une locomotive à vapeur) et m'a surtout donné envie de poursuivre quelques lectures dans l'univers de la magie. On n'a décidément pas trouvé mieux pour s'évader avec le sourire ! (Et je crois que je commence à comprendre les aficionados qui relisent régulièrement Harry Potter !)

 

Le mois américain.jpegLe Mois Américain 2016 chez Titine

4ème participation 

 

 

 

 

 

 

 

Challenge Un pavé par mois.jpgChallenge un pavé par mois chez Bianca

2ème participation de septembre 2016