Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2012

Narayama de Shichirô Fukazawa

9782070371792.jpg

Narayama de Shichirô Fukazawa, traduit du japonais par Bernard Franck, Gallimard, 1956 / Folio, 152p.

 

 

Cette nouvelle s'apparente aux contes initiatiques que l'on découvre aux coins du feu de la bouche des aînés. La langue est simple, le déroulement implacable et l'univers semble immuable. Les pages se tournent avec la régularité des choses nécessaires et l'on suit ce petit récit de pas grand chose nous délivrer bien des enseignements. D'où que viennent ces récits et quelle que soit l'emprunte culturelle qu'ils véhiculent, ils semblent tous être puisés à la même source : celle de l'humanité.

Dans les tréfonds de la montagne japonaise, en un temps qui ne se dit pas et qui pourrait bien être toujours, survit une société rudimentaire dont les règles s'articulent autour de leur principale angoisse, la faim. Là-bas, même le riz est luxe. C'est donc à travers le spectre de la faim que tout s'ordonne. C'est pour ne pas être traitée de goulue insatiable qu'O Rin, matriarche d'une des familles du village, tente inlassablement de se casser les dents. C'est pour avoir volé de la nourriture que des envies de meurtres s'érigent contre la famille de la maison qu'y pleut. Et c'est au nom de la nourriture que les anciens, lorsqu'ils entrent dans leur soixante-dixième année, effectue un pélerinage à la montagne de Narayama. Développé innocemment tout au long du récit comme un aboutissement spirituel, il s'agit, en fait, d'un suicide consenti puisqu'aucun ancien n'en revient jamais. Assis sur une modeste natte en méditation, ils attendent de rencontrer le dieu de la montagne - ils attendent la mort. Est alors considérée comme une chance l'apparition de la neige qui leur évitera une trop longue agonie dans la faim et la soif. C'est donc au nom de la faim que toute une société envoie avec le plus grand naturel les anciens devenus "inutiles" se sacrifier.

Il y a quelque chose de scandaleux dans cette progression inéluctable vers une mort imposée. On y verra, bien sûr une critique sociétale virulente sous les abords trompeurs de l'écriture blanche. Néanmoins, il me semble que ce texte peut aussi questionner notre animalité - on rencontre chez d'autres espèces cette mise à l'écart macabre des vieux membres d'un troupeau ou d'une meute pour continuer d'avancer.
On notera aussi l'emprunte bouddhiste, suggérée par le traducteur en préface et qui éclaire effectivement le contexte spirituel dans lequel s'inscrit ce récit et donc, sa manière de le lire. Car, n'oublions pas, il est question du karma et des réincarnations dans le bouddhisme. De fait, les deux morts à la fin du récit évoquent ce point : O Rin, matriarche pleine d'abnégation, meurt entourée de neige immaculée, tandis que le vieux Mata-San connu pour son avarice, est jeté dans la vallée au dessus de laquelle s'élève une bruyante nuée de corbeaux.
Comme si les lignes semblaient dire à demi-mot qu'au-delà des défisciences sociétales des hommes, la roue éternelle de la vie ne cesse de tourner.

 

 

Merci à Charline pour ce petit bijou qu'elle avait glissé dans mon colis de swap hivernal.

 

 

japon,pélerinage,chanson,narayama,mort,faim,nourriture,loi,sacrifice,suicide,familleChallenge Dragon 2012

1/5 pour les livres

 

 

 

 

 

 

 


*

 

02/01/2012

Neige de Maxence Fermine

 

 

haïku,neige,japon,soseko

Neige de Maxence Fermine, Arléa, 1999 / Points 2001, 80 et quelques pages

 

Tandis que Yuko doit choisir sa voie entre la prêtrise et la guerre, il découvre la neige. Cette rencontre sera révélation et inspiration ; Yuko sera poète et, grâce à l'art du Haïku, ne cessera de dire la neige, son éclatante simplicité et la quintessence de sa paix. Sur le chemin de cette entreprise, il fera deux rencontres déterminantes : celle d'une femme mystérieuse en son cercueil de glace, et celle de Sôseki, maître incontesté du haïku dont il magnifiait la poésie, la peinture, la musique, la calligraphie et la danse.

A l'image du haïku, voici un petit livre très court, très simple et dansant. Il croque la destinée de ce jeune japonais du XIXe siècle, hâppé par la beauté d'un élément qui semble renfermer tous les autres et les sublime - puis par la beauté d'une femme funambule, elle-même Neige. Au fond, ce petit livre est une sorte de boucle, de condensé, de miroir occidental du haïku : Funambule est le poète qui écrit la neige qui est la vie. 

Une délicieuse parenthèse zen à la lumière d'une petite lampe. J'aimerais avec joie m'y reporter de temps à autre pour puiser un peu d'essentiel lorsque trop d'éléments du quotidien nous parasitent.

 

Merci au passage à Audrey, qui a eu l'excellente idée d'offrir cet ouvrage à Clara pour le swap de l'hiver et merci à Clara de me l'avoir prêté pendant mon séjour chez elle : Vive le fil rouge des bouquins !

 

Douces fêtes de fins d'année à vous tous !

 

*

Extrait : 

 

"C'était cela, un haïku.
Quelque chose de limpide. De spontané. De familier. Et d'une subtile ou prosaïque beauté.
Cela n'évoquait pas grand chose pour le commun des mortels. Mais pour une âme poétique, c'était comme une passerelle vers la lumière divine. Une passerelle vers la lumière blanche des anges."

 

 

17/12/2011

Swap de l'hiver : les colis !

Tous les colis sont arrivés à bon port : voilà une bonne nouvelle !

Voici venu le temps de tous les découvrir ensemble, pour savourer aussi ce qui ne nous était pas destiné ^^



Les blogueuses :

Le billet d'Alice, qui a étrenné la réception des colis avec le prompt envoi de Marine ^^

Colis Alice.JPG

"Ce colis sentais bon les bougies parfumés, des thés noir, épicé, thé de Noël, thé vert aux amandes, un régal !
Côté livres :
- Palais de glace de Vesaas (lu mais il y a très, très longtemps je me souviens plus trop de l'histoire, mais je me souviens que j'avais beaucoup aimé) voilà c'est une occasion de le relire peut-être bien.
Ah ! Oui j'ai vu aussi une adaptation au cinéma un film nordique il y a longtemps aussi.
- Karen blixen : Saison à Copenhague, je ne connais pas du tout cette nouvelle. Mais j'aime beaucoup Karen Blixen, un écrivain brillant et passionnant !
- Un livre jeunesse de Ferenc Molnar, Les gars de la rue Paul (un classique de la littérature jeunesse que je ne connais pas)
Un marque page hivernal et une jolie carte."


Le billet de Fanny, super ravie de son colis offert par Julie.

Colis Fanny.jpg

"[...]j'ai fait connaissance avec JULIE, alias ma swappée, mon binôme, ma mère Noël avant Noël. Et devinez ce qui m'attendant ce soir tranquillement dans ma boîte aux lettres en rentrant du boulot... le colis !!!

Et dedans :
- Une jolie carte (fait maison attention !) à envoyer pour les fêtes
- THE livres, Trois titres que j'ai hâte de connaître (avec pour chacun, un petit mot de Julie à l'intérieur) (Edit Aline = Je détaille pour ceux qui ont envie de savoir : Le violon noir de Maxence Fermine, Si par une nuit d'hiver un voyageur d'Italo Calvino et Je vais bien, ne t'en fais d'Olivier Adam)
- Un marque-page fait maison
- Une mignonnette (j'adore ce mot !) de sirop de pomme d'amour :D
- Un petit gâteau (honnêtement englouti en 15 sec chrono, trop bon !!!)
ça se voit pas sur la photo, mais il y avait un glaçage avec le message "Swap de l'hiver"
- Une cuillère chocolat/caramel/vanille/bourbon, à faire fondre dans du lait chaud
(je ne connaissais pas le principe mais je sens que je vais vite adhérer)
- Un accroche-sac
- Des petits biscuits en forme de coeur qui semblent questionner Gaia
- D'autres petits biscuits en forme d'os (cette fois je crois qu'elle a compris que c'était pour elle)"

Edit Aline = Vous trouverez tous les objets en photos sur le billet de Fanny ^^

 

Le billet d'Audrey, qui recevait un colis de Clara :

Bon, je n'ai pas pu en copier une photo (rahhh le blocage des photos :D) mais vous avez le lien pour aller voir malgré tout !

Dans ce colis, il y avait :

"- Habillés pour l'hiver de David SEDARIS, Louis XIV, l'hiver du grand roi de Max GALLO et A la lumière d'hiver de Philippe JACCOTTET
- des chocolats beeeeelges !!!
- des orangeeeeeeeeettes !!!
- et la surprise... Des emporte-pièces en forme de sapins et d'étoiles pour mes prochains petits sablés de Noël !!!

Bien joué Clara ! Je suis ravie de tout ! Le tout était accompagné d'une lettre adorable (égayée de dessins hivernaux vachement réussis, moi j'ai pas osé et il valait sûrement mieux) "

 

Et le colis de Marine, offert par Alice

Colis Marine.JPG

Dans ce colis :

"- 3 marque-pages, une jolie carte dans une enveloppe, et plein de paquets-cadeaux bien alléchants !
- Côté lecture : A septembre, Petronella de Jean Rhys (dévoré dans la soirée), Les petits garçons naissent aussi des étoiles d'Emmanuel B. Dongala (je suis en train de le lire, et j'aime beaucoup), Nuit et Jour de Virginia Woolf (alors là, il faudra que je prenne le temps...), et en prime un charmant carnet pour y copier ses poèmes préférés et ses notes de lecture.
- Et aussi le Thé de Noël n° 25 du Palais des thés, et un santon que mes enfants ont été ravis d'accrocher dans le sapin !"

 

 Vous retrouverez le détail de mon merveilleux colis offert par Charline par ici

 

Les électrons libres :

Le colis de Clara, offert par Audrey :

Colis Clara.JPG

Colis Clara 2.JPG

 

Colis Clara 3.JPG

- Un hiver avec Baudelaire de Harold Cobert et Neige de Maxence Fermine.
- Des herbes pour tisanes
- Des pyrennéens
- Une chaussette de Noël avec des petits bonbons^^

 

 

Le colis de Julie, offert par Fanny

 

Colis Julie.JPG

Colis Julie 2.JPG

- Le froid modifie la trajectoire des poissons de Pierre Szalowski, Le conte d'hier de Shakespeare et Quand souffle le vent du nord de Daniel Glattauer (que Julie a dévoré, visiblement héhé)
- Une mini bouillote
- Une livre de recettes "Petits sablés de Noël" avec des petits moules
- Une écharpe tubulaire
- des Schoko-Bons et des chichis (qui ont été dévorés aussi ? :D)

"j'ai adoré les chouchous et les chocobons (j'ai presque déjà tout mangé) 
je vais me réconcilier avec l'hiver avec cette mini bouillote et cette super écharpe/col
j'ai hâte d'essayer les recettes de sablés et les 3 bouquins me font terriblement envie !

j'ai beaucoup rigolé car Fanny avait rempli le colis de mini flocon de neige en plastique et que moi j'ai pulvérisé celui que je lui ai envoyé de paillettes argentées ! les grands esprits se rencontrent !"

 

Et puis, le colis de Charline, ma binômette

Colis Charline.JPG

Dedans j'avais glissé :

- Arbres d'hiver de Sylvia Plath, Contes d'hiver de Karen Blixen et Vers les icebergs de Le Clézio
- Des chocolats fourrés à la menthe, du thé saveur hivernale "Lumière d'étoiles" et de l'encens "Veillée et contes d'hiver"
- Un ouvrage de croquis érotiques de Degas

 

 

Et bien voilà, le swap de l'hiver touche à sa fin !

Merci à toutes pour ce super swap, c'était une excellente expérience ! Profitez-bien de vos gourmandises et de vos lectures de saison et je vous donne rendez-vous, pour celles qui veulent renouveler l'expérience et pour les autres, pour le swap du printemps !

 

 

09:00 Publié dans Swap | Lien permanent | Commentaires (2)