Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2012

Orlando de Virginia Woolf

 

Préambule lyrique à la romancière impeccable, à la parfaite magicienne ès Lettres anglaises. 

Ô brillante, piquante et perspicace Virginia ! Je crois prétentieusement te connaître et voilà que tu me surprend encore. Comment ?! Tu n'as pas écrit que de sublimes livres où le temps file avec un brin d'angoisse ? Tu sais aussi t'amuser de quelques facéties d'apparence légères ? Mais alors, tu n'as laissé aucun talent à personne, petite coquine surdouée ! Je ne peux que me pâmer devant ce génie total qui jamais ne déçoit. Malgré ta tête de poisson chafouin, il n'y a pas à dire : personne ne t'arrive à la cheville !

 

*

 

Orlando.jpg

Orlando de Virginia Woolf, ed. Le livre de poche, 319p. 

 

 

Orlando naît au XVIe siècle sous les traits d'un maladroit jeune homme plein de fougue et de promesses. Lorsqu'il ne profite pas de sa côte d'enfer auprès de la reine Elizabeth, il vaque avec mélancolie sur ses terres anglaises, et il pense, et il écrit. Déjà, le démon (ou le dieu, qui sait?) de la poésie l'étreint fermement. Mais la poésie, mes aïeux, n'est pas une carrière digne d'un homme de son rang et certaines moqueries se chargeront de le lui rappeler. Il écrit donc en secret et c'est sur son sein qu'il cache son précieux manuscrit. Au gré de cette plume frénétique, les siècles filent comme l'éclair ! Orlando, lui, est toujours là, bientôt en Turquie où il devient ambassadeur de la couronne et fait bombance à plaisir. 
Puis ce qui devait arriver arriva : Orlando ne se réveille plus pendant une semaine après une fête assommante. Tout le monde s'alarme mais pas de panique : il n'est pas mort, seulement en train de changer de sexe (normal quoi). En cette fin de XVIIe, Orlando devient femme avec le plus grand naturel, rejoint une troupe de bohémiens jusqu'à se faire rattraper par l'appel du Verbe et rentre enfin en Angleterre. Elle (puisqu'à présent, c'est ainsi qu'il faut désigner Orlando) a pour projet d'y trouver la vie et un amant dans un XVIIIe siècle en pleine effervescence intellectuelle, expression ravissante d'une liberté éclairée pleine d'élan. Tout ceci en attendant l'époque victorienne, plombante à mourir certes, mais qui lui offrira d'être enfin reconnue pour sa plume séculaire. 

 

Autant vous le dire tout de suite (mais vous l'aurez déjà compris à la lecture de mon préambule lyrique à trois balles) : ce livre est EXTRAORDINAIRE. Il n'est pas juste bon ou excellent, il est au-dessus de tout le reste du gratin. Il est un peu comme cet imbattable macaron framboise/violette à 15€ pièce pour lequel vous vendriez père et mère sans hésitation. Bon, je vous rassure, ici vous n'aurez besoin de vendre personne vu le prix très abordable du Livre de Poche et vous passerez un moment de pure jouissance littéraire, j'en mets ma main au feu. 

Commençons par le commencement : Ce livre est drôle. Oui, mesdames, messieurs, Virginia Woolf n'a pas écrit que des livres très sérieux (certains diront chiants comme la pluie, mais il ne faut pas les écouter bien sûr), elle a aussi écrit l'Orlando que voilà. Remontons un peu le temps et comprenons en quelques mots le projet de l'auteur : Virginia Woolf venait de finir La promenade au phare en 1927, roman pour lequel elle a le plus puisé dans son histoire familiale, en tout cas, de la manière la moins déguisée. Et comme toujours après un roman, Virginia était plombée physiquement et moralement. A cette même époque, elle entretient une vive amitié (que beaucoup de commentateurs pensent plus qu'ambigüe) avec Vita Sackville West, également écrivain et notoirement bisexuelle. Dans l'optique d'une parenthèse légère dans l'écriture (parce que Mrs Dalloway et La promenade au phare, fallait quand même se les écrire, chers amis), elle imagine une facétie littéraire comme un hommage à la sensualité, la liberté, l'esprit opulent et original de son amie sous la forme de ce personnage androgyne et poétique. Le projet était donc clairement un intermède dans son travail d'écrivain, un aparté drôlatique. 
Aussi, n'y cherchez pas, je vous prie, une quelconque cohérence, une once de véracité (comme j'ai pu le lire dans une chronique lue au hasard sur la toile). Ce livre n'est pas un ouvrage de SF où la construction d'un monde se présente comme plausible au lecteur. Ici, de bout en bout, tout n'est que prétexte au jeu littéraire et au déguisement de propos plus sérieux. Certains personnages traversent les siècles comme Orlando, d'autres pas, des évènements surviennent sortis de nulle part... Tout ceci n'a aucune importance. Tout ceci est un décor de théâtre en carton pâte. 

Et donc, disais-je, on rit, on sourit fréquemment - mais certainement pas de gags gratuits : Chaque trait d'esprit est un clin d'oeil à l'endroit de la littérature, de l'Histoire, des sexes, de l'amour, de la société, de la nature. Tout y passe dans un florilège de perspicacité et de subtilité. 
Même si ça reste du Woolf avec de longues phrases poétiques à points virgule, pléthore de références intertextuelles diverses, et du snobisme saupoudré un peu partout, il n'en reste pas moins que c'est un tel bonheur de lecture ! Elle offre un regard tellement frais et décalé sur le travail d'écrivain, sur les problématiques de la création, sur la vie en général, la contemplation, la nature et la mélancolie qu'on boit son verbe avec le sourire de la jouissance pure et parfaite.

 

Je clos ici mon exposé dithyrambique (veuillez m'excusez, je suis à 300% concernant Virginia Woolf), en espérant qu'il vous donnera l'envie folle d'aller tester Orlando

 

 

orlando,woolf,chef d'oeuvre,écriture,vie,poésieChallenge Un classique par mois

Mai 2012

 

 

 

 

 

Ce billet fonctionne aussi de manière rétroactive pour les challenges 2013 :

orlando,woolf,chef d'oeuvre,écriture,vie,poésie"Lire avec Geneviève Brisac" chez Anis (Litterama)

 

 

 

 

 

 

orlando,woolf,chef d'oeuvre,écriture,vie,poésieet le Challenge Virginia Woolf chez Lou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*

 

Extrait :

 

"Pour nous résumer, et contrairement au romanciers qui peut prendre le temps de défroisser la soie chiffonnée et tout ce qui en découle, nous dirons qu'Orlando était un gentilhomme atteint par l'amour de la littérature. [...] 
En ces jours de solitude, la maladie gagna rapidement en force. Il lisait souvent six heures d'affilée dans la nuit et, quand on venait chercher ses ordres pour l'abattage du bétail ou la récolte de l'orge, il respoussait le folio qui l'absorbait et n'avait pas l'air de comprendre ce qu'on lui disait. Les choses allaient donc assez mal et cela fendait le coeur de Hall, le fauconnier, de Giles, le palefrenier, de Mrs Grimsditch, l'intendante et de Mr Dupper, le chapelain. Un beau gentilhomme comme lui, disaient-ils, n'avait que faire des livres. Qu'il laisse les livres, disaient-ils, aux paralytiques et aux moribonds. 
Mais le pire était encore à venir. Une fois que la maladie de la lecture exerce son emprise sur l'organisme, elle l'affaiblit tant que l'individu devient une proie facile pour cet autre fléau qui gîte dans l'encrier et couve sous la plume. Le malheureux se met à écrire. C'est déjà grave chez un pauve homme qui n'a pour tout bien qu'une chaise et une table sous un toit qui prend l'eau (après tout, il n'a pas grand chose à perdre), mais cette condition devient extrêmement pitoyable quand elle touche un homme riche qui possède des maisons et du bétail, des servantes, des ânes et du linge, et se met à écrire malgré tout.
La saveur de toutes ces choses le déserte ; il est criblé de pointes de feu, rongé par la vermine. Il donnerait jusqu'à son dernier sou (telle est la malignité du germe) pour écrire un seul petit livre et se retrouver célèbre ; mais tout l'or du Pérou ne peut lui acheter le trésor d'un vers bien tourné. Si bien qu'il finit poitrinaire et malade, il se fait sauter la cervelle, il tourne son visage contre le mur. Peu importe l'attitude dans laquelle on le retrouve. Il a franchi le seuil de la Mort, il a connu les flammes de l'Enfer."

 

 

 

16/04/2012

Haïkus des quatre saisons

haïkus des quatre saisons.jpg

Haïkus des quatre saisons illustrés d'estampes d'Hokusaï, ed. Seuil, 2006

La branche en fleur du prunier
accorde son parfum
à qui l'a brisé

Chiyo-Ni 

 

 

Ce livre est un voyage méditatif en terre évanescente. Les haïkus s'ouvrent et battent de l'aile au gré du souffle ; nous sommes tous poètes de la vie à lire ces lignes qui, malgré leur grand âge, n'ont rien perdues de leur clarté poétique, de cette légèreté cristalline si mystérieuse. Le haïku a, me semble-t-il, quelque chose de magique. Nulle autre forme poétique n'a mieux saisi l'instant fugace ou comment parvenir à dire ce qui ne peut se dire.

Au fil des mots, s'ouvrent également les magnifiques estampes d'Hokusaï, peintre majeur de l'ère Edo et appartenant au courant de l'Ukiyo-e (que l'on pourrait traduire par "image du monde flottant", n'est-ce-pas merveilleux?!) qui célèbre des scènes du quotidien.

Tout dans cet ouvrage nous invite au plaisir, à savourer l'instant les yeux fermés, à seulement écouter siffler les mots à travers quelques branches en fleurs.

 

Merci à ma douce Aurore* pour ce délicieux cadeau d'anniversaire¨¨**

 

 

Rien d'autre aujourd'hui
que d'aller dans le printemps
rien de plus


Buson

haikudes4saisons2.JPG

 

hokusai_lecture1.jpg

Hokusai_Bijins_Terrasse_Web_S-.jpg

 

 

 

 

poésie,japon,haïku,saisons,printemps,fleurs,nature,zen,hokusaï,estampes,peinturesChallenge Dragon 2012

3/5 pour les livres

 

 

 

 

 

 

 

 

05/04/2012

1984 de George Orwell

george_orwell_1984_roman_novel_lorin_maazel_4.jpg

1984 de George Orwell, 1949, 400p.

 

Big Brother vous regarde, partout, tout le temps. Si vous parlez dans votre sommeil, vous en payerez les conséquences. Si vous sourcillez bizarrement, si vous n'êtes pas en transe pendant les deux minutes de la Haine et plus encore, si vous tombez amoureux, vous en payerez les conséquences. A titre individuel, vous n'êtes rien, ne l'oubliez jamais.
C'est dans ce monde là que vit Winston Smith, employé gris et anonyme du Parti pour qui il falsifie (mais bien sûr, il n'est pas question d'employer ce terme) un certain nombre de documents. Il s'agit de donner l'illusion que tout a toujours existé et que Big Brother est maître suprême en toute chose. Malgré son manque de conviction, il donne le change et fait ce qu'on lui dit. Malgré tout, il achète en parallèle un vieux cahier blanc et commence à y rédiger quelques pensées séditieuses, planqué dans un recoin sombre et inaccessible au télécran espion de son appartement.
Et puis advient Julia, avec qui il va commettre bien des fautes : celle d'avoir des sentiments, du plaisir physique, et celle de croire qu'il pourrait être possible d'échapper à Big Brother. Or, nul n'échappe à Big Brother : sur cette question, aucun espoir n'est permis.


Peu originale sur mon immédiat ressenti de lecture, je dirais que ce livre est tout simplement terrifiant parce qu'incroyablement lucide, visionnaire et pessimiste.
Orwell le rédigea à une époque marquée par la montée en puissance des régimes totalitaires et il y a bien sûr à en voir dans ces pages une dénonciation virulente (comment ne pas penser à Staline lorsqu'il évoque les bonnes moustaches de Big Brother ?). Mais au delà de cette évidente critique acerbe, Orwell nous invite à une réflexion sur l'Homme et ses aspects les plus sombres.
Deux éléments principaux me semblent ici fustigés :
Premièrement, cette soif destructrice de pouvoir qui anime les dirigeants, poussée jusqu'à la bestialité de la torture. A force de ne plus considérer l'autre comme son semblable mais comme un non-être, eux-mêmes apparaissent totalement déshumanisés. Aveuglés par l'ambition, rien ne saurait s'y opposer - ni la révolte, ni la raison, ni la science, ni les arts, ni les pensées. Tout est détruit - seul reste le pouvoir despotique et son corollaire suprême, la haine.
Le second élément de critique est cette extraordinaire capacité qu'à l'Homme à se déresponsabiliser, à abdiquer volontairement et consciemment de sa liberté au profit d'un tiers pour jouir du confort de l'esclavage. Comment ne pas lire dans ses lignes que la majorité de la population d'Océania est consentente ?! Heureusement appauvri de toute capacité de pensée - même le langage s'appauvrit pour que les pensées séditieuses ne puissent plus être formulées - l'Homme évolue telle une enveloppe décérébrée. Les prolétaires eux-mêmes, soumis à moins de pression mais aussi bien moins considérés, ne se soulèvent pas. Il est dit pourtant à bien des reprises que leur nombre suffirait à renverser le Parti si seulement ils avaient en eux l'once d'une envie de révolte, l'once d'une pensée active. Mais non, chacun se complait dans une étourdissante médiocrité.
Ce sont bien ces points de réflexions qui apparaissent terrifiants parce qu'il offrent la vision sans fard de ce que peut être l'Homme et surtout, de ce vers quoi notre siècle tend dangereusement à force d'abrutissement volontaire.

Plus que jamais ce livre est à relire et à méditer. Il n'est certainement pas à considérer comme un gentil classique de SF à lire entre 15 et 18 ans pour se faire une culture littéraire qui se remplira progressivement d'autres livres et qu'on oubliera. 1984 doit être sorti des étagères, dépoussiéré et médité profondément. Il est l'électrochoc nécessaire pour nous rappeler quelques-uns de nos devoirs essentiels pour ne pas tomber aussi bas : l'amour, la conscience de soi, l'accès à la connaissance et à la culture (mais la vraie hein, pas le bourrage de crâne lamentable qu'on voit trop souvent dans trop d'institutions), l'esprit critique et surtout, surtout nom de Dieu, la responsabilité (non, il n'y a pas de bouc émissaire extérieur idéal, il y a nous et juste nous)

 

 

Logo-challenge-gilmore-girls-Karine.jpgChallenge Gilmore Girls

3/3

 

 

 

 

 

 

Classique-final-4.jpgChallenge Un classique par mois

Avril 2012






Challenge les 100 livres.jpgChallenge "Les 100 livres qu'il faut avois lus" chez Bianca
Billet rétroactif 1