Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2011

Transat d'Aude Picault

 

 [Ante-Scriptum : Les inscriptions pour le swap de l'hiver sont toujours d'actualité, elles se font ici et sr swap.de.lhiver@gmail.com]

 

Et ben, je sais pas ce que j'ai en ce moment, mais je me lance dans les romans graphiques, en fait.
Oui oui, je disais que je n'aimais pas ça dans mon article sur Billy Brouillard et c'est totalement vrai. Sauf qu'une part de moi sait qu'il y a de la qualité là-dedans et a quand même envie de goûter à cette qualité (ça doit bien être possible, nom d'un chat en mousse?)

 

Donc, je fouille consciencieusement la médiathèque municipale et hop, je tombe là-dessus :

 

 

Transat.jpg

Transat d'Aude Picault, ed. Shampooing, 2009

 

 

Aude, qui bosse comme une dératée devant son ordinateur parisien, en a ras la moustache. Elle decide donc de traverser l'Atlantique en bateau alors qu'elle n'a jamais navigué : normal.

Voilà un roman graphique à la fois léger et profondément pertinent, ancré dans son époque ; celle des trentenaires speed et overbookés mais qui, au final, peinent à trouver du sens. Cette traversée initiatique truffée de personnages truculents (Kiki est mon héros) nous offre une piste alternative - pas besoin de tout quitter mais il est parfois bon de s'extraire quelques jours et de se poser les bonnes questions.

Et puis bon, j'ai clairement été sensible au talent de l'auteur qui sait autant croquer furtivement une scène de vie quotidienne, un instant choisi en 3 dessins que nous faire un poème en prose de la mer en une double page de noir et blanc. C'est piquant et profond. J'adhère!

 

 

*

 

 

Aude Picault Transa1t.jpg

12/10/2011

Tout est illuminé de Jonathan Safran Foer

 

 [Ante-Scriptum : Les inscriptions pour le swap de l'hiver sont toujours d'actualité, elles se font ici et sr swap.de.lhiver@gmail.com]

 


9782879293110FS.gif

Tout est illuminé de Jonathan Safran Foer, Ed. de l'Olivier, 2003, 331p.

 

 

 

J'avais beau lorgner sur cet ovni depuis un moment, mon début de lecture était pas gagné. Alors avant toute chose, j'y vais de mon conseil avisé : ne lâchez pas ce livre même si le Broken English du narrateur vous donne envie de mourir parce que d'1 : il s'arrange, de 2. le bouquin n'est pas raconté exclusivement de son point de vue et de 3. ce livre est juste ébouriffant, nom d'un croissant au beurre.

Une situation de départ simple : Jonathan, jeune écrivain juif new-yorkais (tiens tiens) part en Ukraine à la recherche de ses origines et par la même occasion, de cette mystérieuse Augustine, sensée avoir sauvé son grand-père pendant la guerre.
Dans ce voyage, il est assisté d'Alex - le fameux narrateur au langage qui tue - qui parle anglais comme je parle le papou sous alcool, du grand-père d'Alex et de la chienne Samy Davis Junior Junior (oui, deux fois Junior)

Ca, c'est le départ parce que c'est en fait beaucoup, BEAUCOUP plus que ça. Il aurait été trop simple, en effet, de se limiter au récit d'une quête des origines - filon narratif vieux comme le monde. Jonathan Safran Foer se paye le luxe en prime de jouer du burlesque avec une imagination généalogique hallucinatoire où s'articule cette vieille dialectique du rire et du sacré ni vu ni connu j't'embrouille. Il se paye également le luxe de ne pas être caricatural sur la Shoah, de montrer l'humain dans toute sa complexité - et parfois, on fait de mauvaises choses alors qu'on est une bonne personne, et oui. Enfin, il se paye le luxe - le petit coquinou - de nous distiller quelques réflexions sur le roman à travers la correspondance d'Alex et de le renouveler avec cette brillante harmonie de bouffonnerie, d'Histoire, de méta-roman, d'expérimentation typographique (et là c'est rien comparé à son dernier opus) et d'autofiction.

Franchement, je suis décoiffée. Pour un premier roman, ce bonhomme en a sacrément sous le pied. Cela ne m'était pas arrivé depuis longtemps de tomber sur un tel jeu des codes romanesques, sur un tel renouvellement de la forme allié à une tel maîtrise du fond.
Bref, vous l'aurez compris, Extrêmement fort et incroyablement près va tarder à y passer et je vous conseille vivement de faire pareil !

 

*

 

Pour cette fois, pas d'extrait. Un aperçu de l'ouvrage serait trop biaisé, si je vous cite Alex ou l'histoire familiale. Je vous laisserai donc satisfaire votre curiosité à la source ^^

08/10/2011

Muse de Joseph O'Connor

[Ante-Scriptum : Les inscriptions pour le swap de l'hiver sont toujours d'actualité, elles se font ici et sr swap.de.lhiver@gmail.com]

 

Bien que toujours passionnément chérie et désirée, il y a de ces périodes, chers visiteurs, où la lecture, est juste laborieuse. Mais vraiment, hein. Un premier livre puis un deuxième tombent des mains ? Peu t'importe, c'est la faute du livre. Sauf que c'est pareil pour tous les suivants pendant plusieurs jours et on s'ennuie toujours comme un rat. Pendant ce temps là, on est en manque en mots, évidemment. En gros, c'est l'angoisse - yeux hagards, mains moites, écume aux lèvres et hallucinations aux coins des murs etc.

Heureusement (car il y a un happy end), un livre m'a sauvé de ce désert littéraire.

 

 

9782752904607_1_75.jpg

Muse de Joseph O'Connor, traduit de l'irlandais par Carine Chichereau, Phébus, 2011, 278p.

 

 

De loin, et surtout avec cette liberté qui sied si bien aux artistes, Joseph O'Connor s'inspire de faits ayant réellement existés. Molly Allgood alias Maire O'Neill a vraiment vécu et l'on sait qu'elle a eu une liaison avec le dramaturge John Millington Synge pendant l'écriture de son Baladin du monde occidental - au début du XXe siècle. Ce dernier mourra cependant avant que leur union soit officialisée, à 37 ans. Molly Allgood avait 19 ans.

Le reste relève de l'imagination talentueuse de Joseph O'Connor qui bâtit un chant du cygne à deux temps, aussi poignant qu'acéré. Le premier temps est dilaté et cruel ; il est une des dernières journées de Molly qui n'est déjà plus que son ombre. Quasiment plus de rôles, beaucoup d'alcools et l'écrasante solitude de la déchéance. On la suit au gré de Londres, il semble qu'on épaule son dernier chemin avec cette narration à la deuxième personne. Elle reste pourtant digne "Tu es Maire O'Neill. Tu ne ficheras pas en l'air une scène. Le spectacle doit continuer quel qu'en soit le prix."
C'est le deuxième temps qui est son souffle, le rappel vivant - vraiment vivant - de son cher Vagabond, son vieux Millington Trillington Monchoullington. Ce temps ponctue systématiquement le premier et donne la vie. Molly a vécu depuis Synge, pourtant. A eu deux maris, deux enfants. Mais au fond, il est toujours là, l'amour imparfait mais puissant, celui qui a fait d'elle l'enchanteresse. Tous leurs souvenirs semblent être d'hier.

C'est poignant, sensuel, d'un éclat taillé dans le vif où la réalité ne fait aucune concession à l'amour - ou bien est-ce plus certainement l'inverse.
C'est tout simplement beau. Oui, je pourrais me creuser un peu plus le cerveau pour vous trouver un commentaire plus recherché mais très franchement, je n'en vois pas de plus approprié (et puis d'abord, le mieux est l'ennemi du bien). C'est une voix, une vie et c'est un amour.

 

 

 

muse,joseph o'connor,synge,yeats,irlande,théâtre,amour sans mièvrerieChallenge de la rentrée littéraire 2011

5/7

 

 

 

 

 

 

*

 

extrait :

 

"Elle considère le cancer qui le dévore comme une armée de minuscules lumières envahissant peu à peu ses entrailles sans laisser le moindre recoin intact. Elle se voit elle-même les éteignant une par une, à chaque fois qu'elle se montre gentille avec lui. Cela vient d'un sermon qu'elle a entendu petite, dans le grand bastion voûté de l'église de St Nicholas of Myra. Le prêtre avait dit que la grâce était un rassemblement de bougies attendant que le pêcheur les allume Cette métaphore lui est toujours restée, même quand sa foi a cédé du terrain devant l'âge adulte. Dieu, la providence, le baume de Galaad - il faut les regarder de loin.

S'il tousse en sa présence, elle le bénit en silence. S'il a le souffle court, elle fait une prière pour lui. Comme si elle observait une grande ville à l'approche de l'aurore, elle voit les lumières de son cancer s'éteindre l'une après l'autre. Elle imagine ses poumons - rayonnant de douleur - et l'éteignoir de sa bienveillance se met à l'oeuvre. Si seulement elle pouvait les toucher - les toucher physiquement -, l'air qui est en eux s'en trouverait adouci, purifié, renouvelé, et les flammes qui ne cessent de les consumer s'évanouiraient en fumée, telles des mèches pincées entre ses doigts."