Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2012

Poirot quitte la scène d'Agatha Christie

 

Poirot.jpg

Poirot quitte la scène d'Agatha Christie

 

"Soudain son ton redevint amer :

- C'est le côté déprimant de ces endroits, de ces pensions de famille dirigées par des gens bien nés, ruinés : elles sont pleines de ratés, de gens qui n'ont jamais rien réussi et ne réussiront jamais rien, qui ont été vaincus et brisés par la vie, de gens vieux, fatigués, finis.

Sa voix s'éteignit. Une profonde tristesse m'envahit. C'était tellement juste ! Nous étions tous là des gens au crépuscule de la vie : têtes grises, coeur gris, rêves gris. Moi-même, j'étais triste et solitaire, et la femme qui me côtoyait, amère et désillusionnée. Le Dr Franklin, plein d'ardeur et d'ambition, était contrecarré, avait les ailes coupées. Sa femme était la proie de la maladie. Le paisible petit Norton boitillait à la recherche d'oiseaux. Même Poirot, le brillant Poirot de jadis, était maintenant brisé, infirme."

 

*

 

C'est à Styles St Mary que Poirot enquêta pour la première fois sous la plume d'Agatha Christie et c'est tout naturellement en ce lieu qu'on l'y retrouve au moment de sa dernière affaire. Vieux, affaibli par la maladie, Poirot n'a plus le panache de sa grande époque. Seules ses petites cellules grises sont épargnées par l'inéluctable déclin de l'âge. Pensionnaire du Manoir où jadis il a enquêté, Hercule Poirot guette un meurtrier d'un genre bien particulier parmi les autres résidents - de celui qu'on se soupçonne pas tant son crime est parfait. Epaulé par Astings qui sera ses yeux et ses oreilles, il va tenter de démasquer ce mystérieux criminel avant qu'un nouveau meurtre ne soit perpétré.

Poirot quitte la scène ne devait être publié qu'après la mort d'Agatha Christie. Ecrit pendant la seconde guerre mondiale, loin donc d'être le dernier ouvrage de l'auteur, il était destiné à assurer une sécurité financière à sa fille grâce aux revenus de la publication au cas où la romancière viendrait à mourir brutalement. Elle finira pourtant par céder à son éditeur en le publiant dans les dernières années de sa vie, en 1975.

Que vous dire si ce n'est que ce roman est parfaitement étonnant. Poirot sait qui est le meurtrier mais le cache à tous. Bien plus que les yeux et les oreilles de Poirot, Astings sera ceux du lecteur qui tatonne autant que lui pour comprendre ce qu'à déjà compris Poirot - en somme, nous menons l'enquête. Et je dois dire que je n'ai vraiment pas été brillante. J'ai bien eu quelques idées mais je ne me suis pas révélée plus inspirée qu'Astings et systématiquement, je ratais. Quant à la fin, rahhh. Je ne préfère rien vous en dire tant elle est surprenante à plusieurs niveaux. On croit que la boucle est bouclée avec ce retour au lieu des débuts de Poirot, pourtant l'auteur nous joue une pirouette finale magistrale. C'est vraiment un excellent Poirot que voilà !

 

*

 

agatha christie,poirot,astingsChallenge Agatha Christie

 3






agatha christie,poirot,astingsChallenge Un classique par mois

Mars 2012

25/03/2012

Dimanche graphique : quand on aime, on ne compte pas

978220300897.jpg

La cellule de Guillaume Long et Fabienne Costes, Casterman, coll. KSTR, 2008, 120p.

 

 

En voilà, une BD étonnante ! Guillaume Long s'éloigne de l'auto-fiction nonchalante pour donner vie à Simon, un gentil scientifique qui refuse les réalités qui fâchent. Et en voilà une somme toute assez banale : sa petite-amie musicienne le quitte, ne supportant plus leur relation trop étouffante où aucun dialogue n'est possible. Simon ne veut pas comprendre ni tourner la page. Il s'enferme progressivement dans une obsession dangereuse. Au début timide et touchante, cette obsession le conduit à lui téléphoner, l'apercevoir par la fenêtre. On a tous connu ça, on ne se méfie pas de la suite. Sauf qu'ici, l'obsession de Simon vire à la folie dans la deuxième partie de l'ouvrage. Le dessin et le propos deviennent complètement hallucinés, les réalités s'entremêlent, frisent l'incohérence. Le lecteur est en prise avec la déroute du personnage qui n'a plus aucun repère si ce n'est de toujours s'accrocher à la femme qu'il aime dans l'espoir de ne faire qu'un avec elle.

Un ouvrage complexe et audacieux, La cellule est le récit d'une dérive où le lecteur est en prise directe avec l'angoisse d'une folie qui ne tient qu'à un fil. Je vous encourage vivement à plonger dans cet univers si original, c'est un gros coup de coeur ! (Décidément, Guillaume Long, tu déchires!)

 

 

p29.jpg

 

 

*

 

 

Dieu n'a pas réponse à tout - tome 2.jpg

Dieu n'a pas réponse à tout (mais Il sait à qui s'adresser) de Benaquista et Barral, Dargaud, 2008, 68p.

 

 

Là, c'est sûr, c'est beaucoup moins déroutant. C'est de la BD comme on les aime - en tout cas, moi, j'avais adoré le premier tome et j'ai encore préféré le deuxième que voici, c'est vous dire !
Toujours le même principe : Dieu a parfois du mal à gérer les crises existentielles de ses chers humains mais Dieu a toujours de la ressource. En cas de panne sèche miraculeuse, il dégote un de ses pensionnaires paradisiaques pour résoudre le problème et évidemment, le dit-pensionnaire est toujours l'homme de la situation : que des happy-end qui font plaisir après quelques péripéties amusantes.
Je dois vous dire que j'étais comme une petite gamine frétillante lorsque j'ai vu que Benaquista et Barral ont fait revivre Agatha Christie rahhhhhh ! Mais, je n'en dis pas plus ! Je vous laisse le soin de découvrir cet ouvrage si vous voulez vous reposer les neurones après une bonne journée/semaine de boulot !


9782205059694_1.jpg



23/03/2012

Semaine de la presse #2 : Hors Cadre[s] à l'honneur !

Deuxième édition (pour ma part) de la presse à l'honneur à l'occasion de cette semaine spéciale.


Cette fois, on se régale de graphisme avec Hors Cadre[s] !


Pour tout avouer, ma connaissance de cette revue est très récente : je suis tombée dessus par hasard à la biblio (en secteur jeunesse, c'est dommage d'ailleurs, je pense qu'elle rate du public en étant classée là-bas) mais elle m'a tellement flashée que je profite de l'initiative d'Hérisson pour vous en dire deux mots et vous inciter à aller y jeter un coup d'oeil !

 

9782358710268_1_75.jpg

 

 

 

C'est quoi ? Des explorations, des regards croisés entre critiques et créateurs sur la production contemporaine mêlant textes et images, qu'elle concerne un public adultes ou jeunesse. Vous y trouverez de tout (des zooms sur un auteur ou une oeuvre, des études critiques, des réflexions créatives) sur un thème donné (le numéro actuel traite de l'illustration des contes) mis en page d'une manière extrêmement soignée et inventive. Hors Cadre[s], c'est à mi-chemin entre la revue de haute volée et le Beaux-Livres léger et accessible.

C'est comment ? Pointu, attractif, lumineux et d'une grande qualité éditoriale. Mais n'ayez pas peur hein, ce n'est pas réservé aux "artistes", c'est pas bourré de vocabulaire pompeux et incompréhensible, point du tout. Simplement, ici, accessibilité rime avec qualité et vous conviendrez que c'est assez rare pour être noté.

C'est quand ? Hors Cadre[s] est bi-annuel avec une parution en mars et en octobre.

C'est où ? Dans toutes les bonnes librairies et sur http://www.revue-horscadres.com/hors-cadres-intro.swf pour s'abonner, acheter un ancien numéro ou trouver un point de vente.

C'est combien ? Le numéro en cours coûte 12€, Un ancien numéro, 11€ et l'abonnement d'un an, 20€.

 

 Allez jeter un coup d'oeil sur cet univers d'élégance et de créations, c'est sans pareil et ça fait rêver! (et puis, c'est probablement dispo chez toutes les bonnes biblio)

 

59834154_p.jpg

59834244_p.jpg

 

presse.jpg