Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2011

Les villes de la plaine de Diane Meur

Celui-là, je l'ai repairé sur le blog de Nina où il était question du style de l'auteur et d'une référence à Jacques Abeille. Après une petite attente et sagement noté dans mon esprit, je l'ai pioché sur une table de nouveautés et me voilà partie à sa découverte.

 

9782848050997FS.gif

Les villes de la plaine de Diane Meur, ed. Sabine Wespieser, 2011, 372p.

 

 

Tout le décor de l'intrigue fait appel à l'imaginaire. Nous voici donc dans une époque inconnue, vraisemblablement antique et dans une ville fantasmée, Sir. Territoire d'une civilisation unifiée sous la bannière d'Anouher, il y règne l'ordre social et une certaine froideur propre aux grandes villes. C'est ici que vont se croiser trois personnalités : Ordjéneb, le montagnard loyal à la naïveté éclairée, Djili la courageuse et Asral, le maître scribe qui doit fournir une nouvelle copie des lois d'Anouher. Animé tout d'abord d'un respect aveugle des traditions, il s'ouvrira peu à peu à une compréhension plus ouverte de cette héritage figé au fil des ans.

Tout est imaginaire, disais-je, mais quoi de mieux que l'imaginaire pour faire passer quelques questionnements bien d'actualité ? C'est la Religion et la politique qui viennent immédiatement à l'esprit, Anouher métaphorisant à la perfection nos systèmes de pensées instrumentalisés et vidés de leurs sens à force de pétrification délétère. Puis l'on comprend que l'ouvrage est plus largement une réflexion sur l'homme et sa formidable capacité à abdiquer sa liberté dans la joie et la bonne humeur - et à la fin, ça file d'ailleurs un peu les miquettes autant d'enthousiasme à l'asservissement.

Que ces considérations à deux sesterces ne vous découragent pas de plonger dans ce roman, néanmoins! Car certes excellement bien écrit, dans une langue subtile, érudite et d'une grande simplicité, Les villes de la plaine se lit avant tout comme une très bonne épopée moderne, avec un soupçon de roman d'amour et de philosophie. Il est à mettre entre toutes les mains, les intellos qui décortiquent pour le plaisir comme ceux qui lisent pour se divertir (et ça marche aussi pour les ceux qui sont les deux à la fois, c'est ça qui est bien!)

 

 

 antiquité,religion,dogme,imaginaire,servitudeChallenge de la rentrée littéraire

10/7

 

 

 

 

 

 

 

 

Extrait :

 

"Il faudrait que, se levant du milieu de la foule, un inspiré adjure : "Gens de Sir, vous avez changé. Quoi que vous croyiez peut-être, le temps des fondateurs, le temps d'Anouher est révolu. Tout ce qu'ils ont planté ou posé est devenu sacré pour vous, intangible, et vous en concluez que le temps n'avance plus, que rien ne change ni ne bouge. Mais de ce changement, n'êtres-vous pas la preuve? Chaque année rend vos règles plus rigides, chaque année vous fige davantage dans le souvenir de ce passé. Et cette pétrification n'est-elle pas un processus, un devenir, cela même, en d'autres mots, que vous prétendez bannir? Retourne, peuple de Sir, reviens à toi avant qu'il ne soit trop tard!"
Mais celui qui tiendrait cette harange devant le haut palais, les gardes l'éloigneraient comme un énergumène. Au Marché de la porte des Buffles, les passants le feraient taire en lui disant : Nos n'aimons pas ta chanson."

 

 

 

28/11/2011

Les prix littéraires 2011 : Un pti récap' des blogs pour le plaisir

On s'y perd dans tous ces prix, on s'y perd. Et quand il s'agit de repairer ce qui a pu en être dit sur les blogs pour se faire un avis pré-achat, là c'est carrément la traversée de l'atlantique sans palme ni tuba.

Ca tombe bien, je suis passée pro dans la pratique du dos crawlé en haute mer (ouais, ok, la haute mer en question, c'est la piscine municipale mais chuuut), du coup, je me suis amusée à faire un petit récap bloguesque des prix littéraires.

PS : Si je vous ai oublié et que vous voulez apparaître pour l'un ou l'autre livre, faites signe :)

 


Grand prix de l'académie française :

Retour à Killybegs de Sorj Chalandon

prix littéraires


Ce qu'en disent :

Clara : "Dans une écriture aux mots justes qui colle au plus près des émotions, Sorj Chalandon décrit la vie de Tyrone. Celle du militant et celle de l’homme. Tout en finesse et sans jamais prendre parti, il nous amène sur le terrain de  la conscience,  du poids de la trahison et de celle de l’amitié bafouée.  Un grand livre !"

Emmyne : "L'emploi de ce Je narratif me stupéfie, me fascine. La qualité, la force, l'humanité de ce choix me frappent. Dès la dédicace : " A ceux qui ont aimé un traître ". La puissance de cette écriture reste un mystère pour moi, au-delà de cette sobriété du style pur et juste, au-delà de l'exigence et de la densité, au delà du mot toujours effectif, affectif, qui touche le lecteur parce qu'il touche si parfaitement le moment, l'image et les sensations."

Hélène (Cases à vent) : "C'est un roman extrêmement fort qui sur fond de combat de rues, de conflit religieux, d' opération semi-militaire nous parle d'amitié, d'amour de celui d' hommes et de femmes pour leurs prochains et pour leur pays."

Mara : "Dès les premières lignes, on sait que c’est du Chalandon. J’ai retrouvé avec bonheur son style, c’est comme retrouvé un ami que l’on avait perdu de vue. Ses mots, ses phrases font mouche"

Mirage : "Il a le don de faire ressortir la beauté de chaque geste et non seulement de faire vivre sous nos yeux les scènes mais de nous transporter la-bas, en Irlande. Ses phrases, ses mots sont magnifiques. On en ressort troublé et on les relit, encore et encore toujours avec le même bonheur."

A propos des livres : "Voilà un livre très fort, qui m'a bouleversée.."

Constante93 : "Sorj Chalandon affirme avec Retour à Killybegs sa capacité à partager l’émotion par la littérature. Son écriture est sensible, parfois douce, drôle ou vivante, parfois dure et désespérée. Les émotions se ressentent avant même d’être comprises, et la beauté réside peut-être au milieu de toute cette humanité que l’on percoit au sein même de l’écriture"

Nina : "L’écriture de Chalandon est splendide, et je commence à comprendre pourquoi on parle autant de lui et pourquoi ses nouvelles parutions font un tel foin chez les libraires. Il a réussi à m’intéresser à un personnage que j’aurais du haïr, c’est énorme. Et d’ailleurs j’ai eu énormément de mal à entrer dans le roman. Mais après, je ne pouvais plus le lâcher. Je vous en conseille absolument la lecture, mais prévoyez des mouchoirs !"

Enna : "C'est passionnant, c'est poignant! Je n'ai pas pris parti en lisant ce roman mais on comprend les états d'âmes de cet homme qui est loin d'être linéaire. On apprend aussi beaucoup de choses à charge et à décharge sur l'IRA."

 

Prix Goncourt :

L'art français de la guerre d'Alexis Jenni

 

prix littéraires


Ce qu'en dit :

Valérie : "Mais si ce roman parle de guerre, il parle aussi d'amour [...] Malgré tout, je me suis forcée à aller au bout de ce pavé (plus de 600 pages grand format, c'est à dire plus grand que le dernier Foenkinos par exemple) mais ce fut pénible pour moi car je n'ai, à aucun moment, ressenti une quelconque émotion. "



Prix Renaudot :

Limonov d'Emmanuel Carrère

prix littéraires

 

Ce qu'en disent :

Clara : "Dans ce livre, Emmanuel Carrère démontre une fois de plus  son talent hors-pair de narrateur. Et, il s’agit d’un livre fourni , brillant, très intéressant  et où aucun détail n’est laissé au hasard ! "

Mathilde :  "Je suis une adepte assez inconditionnelle du travail d’Emmanuel Carrère. Son écriture est simple, limpide"

Valérie : "Je n'ai pas l'habitude de transformer mes livres en livre-hérisson mais j'y laisse plus ou moins de petits bouts de papier pour m'aider à retrouver les passages importants. Parfois, il n'y a aucun bout de papier, parfois beaucoup. Ce fut le cas pour ce roman. Et là, nous allons régler tout de suite la question de l'essai ou du roman. Sur mon exemplaire, on ne trouve pas le mot roman. Et en effet, ce n'en est pas un"

PetitSachem : "Ce livre est une biographie et n'en est pas une: à travers le parcours de cet écrivain atypique, politiquement incorrect, égocentrique mais très respectueux du peuple russe, c'est toute l'histoire de la Russie depuis la Perestroika qui défile sous nos yeux."

Hélène (lecturissime) : "Je pourrais vous dire qu’il faut croire les critiques et découvrir cet ouvrage,  et je pense qu’il faut le faire si : 1. Vous appréciez les biographie 2. Vous appréciez l’histoire du communisme 3. Vous vous intéressez à  Edouard Limonov 4. Vous appréciez Emmanuel Carrère. Sinon ? Il y a tant d’autres romans à découvrir…"

Achille49 : "Le style est brillant, la thématique passionnante mais toujours ces longueurs dans les textes et le plaisir de se scénariser absolument. Un vrai bon moment de lecture."

SD49 : "Durant de nombreux passages j'ai eu l'impression de lire un documentaire historique et politique, cela n'est franchement pas ma tasse de thé"



Prix Médicis :

Ce qu'aimer veut dire de Mathieu Lindon

prix littéraires


Ce qu'en dit :

Tournez les pages : "« Ce qu’aimer veut dire », qui le sait? c’est la belle leçon de ce récit autobiographique. L’amour, l’amitié, les deux se croisent sans cesse et surtout échappent totalement aux règles et aux cadres strictes."

 

 

Prix Médicis étranger :

Une femme fuyant l'annonce de David Grossman

prix littéraires

 

Ce qu'en disent :

June : "une grande déception pour moi, un ennui certain " 

Agathe : "C'est un roman ambitieux que nous propose David Grossman, cependant, sa densité m'a effrayé et je n'ai pas pris autant de plaisir que je ne le pensais... Certains passages m'ont semblé inutiles et m'ont vite ennuyée... Dommage..."

Fleur de menthe : "Je suis tombée amoureuse d’un auteur et de son pouvoir sur les mots, de sa capacité à poser un ton sur une situation, un regard, aussi impalpables soient-ils…"

 

 

Prix Médicis essai :

Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson

 

prix littéraires


Ce qu'en disent :

Caro : "Seul bémol (car il y'en a un quand même!): l'auteur donne parfois trop de leçons de moral. Ses sentences deviennent pontifiantes voire agaçantes.[...] Ce récit reste quand même une ode à la nature, au recueillement. Un livre magnifique! "

LittExpress : "Le propos est riche, poétique et le dépaysement total. Dans les forêts de Sibérie donne l’envie de se nicher dans sa propre cabane, loin des vicissitudes de notre temps en nous proposant un retour aux sources de la condition humaine."

LionelB sur Ecrivains et Voyageurs : "Il s’agit de l’un de ces livres qui permettent à chacun de nous de puiser un peu plus de force pour tenter de sortir d’une condition est peu trop conditionné"

 

 

Prix Femina :

Jayne Mansfield 1967 de Simon Liberati

prix littéraires

 

Ce qu'en dit :

Des Livres émois : "Un récit haletant, bien écrit... Sobre, Simon Libérati connait bien le sujet (il en est même fan obsédé comme il le dit lors des interviews). Il aurait pu essayer de trouver les bonnes excuses à Jayne, sombrer dans l'hagiographie, il n'en est rien."

Sophie : "Malgré tout, j'ai l'impression d'être restée sur ma fin. Oui se roman se lit, non on ne passe pas un mauvais moment. En revanche, que vais-je garder de cette lecture ?"

 

 

Prix Femina étranger :

Dire son nom de Francisco Goldman

prix littéraires

 

Ce qu'en disent :

Valérie : "Ce roman m'a rendue aussi mal à l'aise qu'Un  Roman Russe d'Emmanuel Carrère où celui-ci réglait ses comptes avec son ex-femme. Ce qui est intéressant néanmoins est l'intinéraire de cette mexicaine pour laquelle sa mère avait une énorme ambition."

Nina : "Pour moi c’est un roman superbe, d’une douceur et d’une fragilité de plume. Un roman pour lequel il faut être un peu concentré, mais aussi par lequel on se laisse embarquer avec un plaisir énorme."

 

Prix Femina Essai :

L'homme qui se prenait pour Napoléon de Laure Murat

prix littéraires

 

Ce qu'en dit :

Bernard Morlino : "Depuis les travaux de Michel Foucault, on n’avait plus lu un livre aussi intelligent sur la folie."

 

 

Prix Goncourt des lycéens :

Du domaine des murmures de Carole Martinez

prix littéraires

 

Ce qu'en disent :

Antigone : "Ce qui est une qualité dans l'écriture de Carole Martinez me semble aussi en être une faiblesse potentielle. Aurais-je envie de lire un troisième roman de cette espèce ? Ce n'est pas évident."

Antoine et Violaine : "La plume envoûtante et inimitable de Carole Martinez a encore frappé."

Clara : "Il s’agit d’un roman magnifique, profond et intense ! Dans ce récit narré par Esclarmonde, Carole Martinez excelle sur les thèmes de la liberté et de la condition des femmes"

Constance93 : "Un magnifique deuxième roman dans lequel Carole Martinez s’impose par son univers et son écriture."

Garance : "J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre. J’ai adoré suivre ce personnage atypique, découvrir cette époque de souffrances et de beauté"

Hélène (Cases à vent) : "Honnêtement c'est un roman qui me laissera un avis mitigé. C' est plutôt une déception malgré quelques points qui auront malgré tout réussi à me séduire. Je n'ai à aucun moment retrouvé la voix qui m'avait tant séduite dans son roman précédent."

Leiloona : "On ne peut que s'attendrir, admirer ou trembler. Et si l'on suspecte un joli travail de recherches pour écrire ce livre, il n'efface jamais la puissante voix de la conteuse."

Nina : "J’ai été déçue. Je ne sais pas trop dire ce que j’espérais, ce qui complique bien sûr l’explication de la déception, mais en fait je pense que je ne me suis pas intéressée à Esclarmonde, ni à son père, ni en fait à quasiment aucun personnage de l’histoire à part la dame de compagnie de Douce"

Géraldine : "Un livre très riche, plein de surprises"

Enna : "J'ai trouvé ce roman à la fois fort et plein de douceur. J'ai beaucoup aimé le style, très facile, fluide, poétique."

Liliba : "Laissez-vous enfermer avec Esclarmonde ! Vous subirez non les sévices et souffrances que doit endurer cette recluse volontaire, mais les délices de lire à nouveau la plume, ô combien magnifique ! de Carole Martinez."

Mirage : "j'ai complètement adhéré au style de l'écriture mais j'ai eue du mal à complètement rentrer dans l'histoire par des multitudes de détails légèrement dérangeants. Cela reste quand même un bon moment de lecture."

Canel : "A lire et relire pour savourer la plume."

A propos des livres : "Cette histoire se lit comme un conte, l'écriture est superbe, pleine de poésie et de beauté, je me suis laissée porter par la narration d'Esclarmonde"

Anne : "Cette part de ciel, dont l'enfer n'est jamais loin, nous est contée dans une langue précieuse et forte, limpide, avec un sens de la maîtrise et du récit, une richesse de documentation qui sait se faire discrète, un sens des personnages et une empathie qui touchent et souvent bouleversent"

 

 

Prix Renaudot des lycéens :

Rien ne s'oppose à la nuit de Delphine de Vigan

prix littéraires

 

Ce qu'en disent :

Antoine et Violaine : "Encore une fois envoûtée par la plume de Delphine de Vigan, j’ai été bouleversée par ce livre."

Canel : "Je trouve la plume et les propos de Delphine de Vigan de plus en plus brillants, de plus en plus aboutis, "osés" (dans le sens le plus noble du terme) au fil de son oeuvre."

Hélène (Littérature et Chocolat) : "un livre poignant, dérangeant et courageux"

Clara : "Le terme de coup de cœur ne peut pas s’employer, ce serait un euphémisme. Un  livre tout simplement magnifique. Sobre, sensible et tout en pudeur.  J’ai vibré, j’ai été émue, j’ai pleuré..."

Hérisson : "ce livre est une belle perle de cette rentrée littéraire, qui donne envie de dire Je t’aime un peu plus…"

Jostein : "C'est un très beau roman, une performance d'auteur"

Leiloona : "Terriblement magnifique : à découvrir d'urgence"

Mango : "J’ai aimé que ce drame  avant tout  personnel et familial soit aussi étroitement  relié à la vie sociale, politique et culturelle de son époque."

Mara : "Je ressort de cette lecture bouleversée, remuée, touchée,... C’est rien de moins qu’un coup de coeur"

Sophielit : "Le produit de tout cela est un roman massif mais pas effrayant ni inaccessible, sombre, effectivement, mais lumineux aussi, fascinant de justesse et de capacité d’observation, d’émotions maintenues à distance, à l’écriture mélancoliquement musicale."

Sophile57 : "De septembre 2011 restera cet été indien et le choc de cette lecture"

Pierre Darracq : "Disons-le tout net, j'ai vraiment apprécié "Rien ne s'oppose à la nuit" qui n'est sûrement pas un chef d'oeuvre de la littérature mais qui procure un plaisir de lecture immense."

SD49 : "Je dois bien avouer que pour moi cela reste plutôt du domaine de l'intime et c'est pour cette raison que cela me gêne. Cela fait un peu voyeur de ma part d'avoir lu ça. Et pourtant c'est le choix de l'auteur et je le respecte."

Valou : " Rien ne s'oppose à la nuit n'a pas fini de me revenir à l'esprit..."

Géraldine : "J'ai mis 4 étoiles tant ce livre est maîtrise et l'hommage rendu à la mère qui se bat magnifique. Mais il m'a sacrément remuée, voire parfois mise mal à l'aise."

Marianne : "Un très beau livre sur l’amour et le pardon d’une fille envers sa mère par-delà les douleurs et les non-dits"

Sharon : "Ce livre n’est pas un coup de cœur, il est un électrochoc."

Hélène (Cases à vent) : "Que ce livre est beau !
Je l'ai trouvé bouleversant par la pudeur et la tendresse qui déborde littéralement de toutes les pages."

Rose : "Un livre sombre, qui peut imprimer un moment de malaise dans cette plongée si profonde dans les méandres d’une famille qui n’est pas la notre, mais on ressent aussi et surtout un hommage, un cri d’amour de l'auteur pour sa mère."

Anne : "Un très, très, très beau livre (c'est pas original ce que je dis là), dont on ne sort pas écrasé (l'auteur a réussi à nous emmener jusque là, et a même parfois laissé la place au rire et à l'humour, même dans le tragique). Une belle surprise qui m'a cueillie au carrefour de l'intime et de l'écriture."

A propos des livres : "Un témoignage bouleversant, et un bel hommage de Delphine pour sa maman. C'était très courageux de la part de Delphine de mener à bien cet ouvrage et à sa famille d'accepter le portrait de Lucile par Delphine.
J'ai eu un vrai coup de cœur pour ce livre qui ne laisse pas indifférent"

Plume : "Ce roman est un récit intimiste, poignant, écrit dans un style fluide et agréable."

Sophie : "je vous conseille la lecture de ce roman !"

Mirage : "J'ai été vraiment ému par cette multitude de sentiments qui nous saisie l'âme, le coeur et qui ne nous laisse que les larmes pour pleurer."

Et puis, mon billet

 

 

30/10/2011

La mort du roi Tsongor de Laurent Gaudé

tsongor.jpg

La Mort du roi Tsongor de Laurent Gaudé, Actes Sud, 2002 ; Babel, 2004 ; Le Livre de Poche, 2006

 

Le puissant roi Tsongor, conquérant invaincu, prépare les noces de son unique fille Samilia avec le prince des Terres du Sel. Tandis que s'annonce le jour des cadeaux, un ami d'enfance reapparait après de longues années d'errance pour réclamer également sa main, arguant un serment d'enfance.
C'est la mort du roi, c'est la guerre fratricide et la destruction de la ville. Pendant ce temps là, le plus jeune fils de Tsongor, Souba, part honorer une promesse faite à son père afin de lui apporter le repos de l'âme. 
 

Deuxième lecture d'un Gaudé et décidément, on ne peut pas passer à côté de l'empreinte puissante des tragédies mythiques et de l'épopée. Ici bien plus que dans La porte des Enfers, même.  Les décors et les personnages sont des figures archétypales des mythes : La ville éclatante puis assiégée, le palais ; le roi puissant, le serviteur dévoué bien qu'ambigu, l'affrontement des jumeaux pour le pouvoir, le combat pour la femme aimée, la fatalité... Toutes les balises sont plantées, de même que l'écriture se revêt de cette forte inspiration théâtrale - les dialogues sont des déclamations tragiques - pour réécrire avec brio ces récits ancestraux où l'Homme fait son apprentissage. 

Merci à ma petite tarte aux fraises pour ce conseil de lecture! 



*


Extrait :


"Rassamilagh regarda longuement Danga. Sans haine. Mais avec distance.

- Je ne te connais pas, Danga, dit-il finalement. Nous sommes alliés par l'amitié que nous portons tous deux à Sango Kerim, mais ce n'est pas pour toi que je me bats. Que me fait à moi que ce soit toi ou ton frère qui règne sur Massaba? Ne l'oublie pas, Danga. Je ne fais rien pour toi.

C'est alors que Sango Kerim pris la parole. 

- De quoi aurais-je l'air, Rassamilagh, si je partais cette nuit, emportant comme un voleur la femme que je suis venu chercher? Elle est la fille du roi Tsongor. Ce ne sont pas les sentiers nimades du désert que je veux lui offrir pour dot, mais sa ville reconquise. Elle ne saurait vivre ailleurs. Son père me maudirait entre ses dents de mort s'il apprenait que j'ai fait de son héritière une errante. Cette ville est à nous. Il n'y a pas de victoire si nous ne parvenons pas à la prendre.

- J'ai dit ce que j'avais à dire et je ne regrette pas d'avoir parlé, répondit Rassamilagh. Aucun de vos arguments ne me convainc. C'est le goût de la victoire que j'entends dans vos bouches. Je le reconnais. Mais je vois que je suis le seul à penser au départ. N'ayez crainte. Je resterai avec vous. Rassamilagh n'est pas un lache. Mais souvenez-vous de cette nuit où tout aurait pu s'arrêtez et priez pour que nous n'ayons jamais à regretter sa douceur de myrte."