Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2013

La Couleur pourpre d'Alice Walker

couleur_pourpre.gif

La Couleur pourpre d'Alice Walker, ed. Robert Laffont, Coll. Pavillon poche, 1982, 344p.

 

Celie et sa cadette Nettie grandissent tant bien que mal dans une Amérique début de siècle pétrie de violence sourde. La mère est peu présente au foyer, aussi Célie doit se charger de la nombreuse fratrie malgré son jeune âge ; et lorsque la mère tombe malade, le père n'hésite pas à se tourner vers la jeune fille pour assouvrir ses pulsions... C'est donc la lame de cet inceste qui ouvre la brèche de l'avenir. Celie aura deux enfants qui lui seront enlevés très rapidement par le père puis sera donnée en mariage à un homme froid et violent qui désirait initialement la jeune soeur. Dès lors, le destin de Celie et Nettie va se scinder : Celie restera avec cet homme, qu'elle appelle Monsieur..., auprès de qui elle sera plus une esclave qu'une épouse. Malgré un quotidien douloureux et éprouvant, elle rencontrera des personnalités féminines éclatantes et jouissives qui l'aideront à avancer et bien sûr, la délicieuse Shug grâce à qui elle comprendra l'amour. Nettie, quant à elle, devra partir - tout d'abord vers la ville la plus proche puis en Afrique où elle deviendra missionnaire pendant de nombreuses années.
Celie et Nettie ne se reverront plus pendant près de trente ans. Pourtant leur lien indéfectible ne cessera de se dire, si ce n'est en paroles, du moins en mots posés sur le papier au gré du temps et des océans. Ce sont ces mots que nous offre La Couleur pourpre.

Lorsque j'ai découvert ce livre dans le swap du nouvel an offert par Manu, je suis tombée amoureuse de la couverture (le violet, moi, comme c'est étrange!) mais suis restée perplexe : le sujet m'interpelait mais j'avais peur de beaucoup de choses, en fait. De la mièvrerie, de la caricature, d'un style illisible - car mimer une certaine oralité à l'écrit est bien souvent périlleux -, de la bien-pensance. Le sujet a néanmoins été plus fort que mes peurs et un soir, sur un coup de tête, je l'ai attrapé au vol et l'ai entamé - pour ne plus en décrocher.

Construit sous forme épistolaire, ce sont d'abord les lettres de Celie qui s'offrent au lecteur ; des lettres qu'elle adresse au bon Dieu depuis son plus jeune âge - tout d'abord parce qu'elle n'a personne à qui se confier puis parce qu'elle ignore où se trouve Nettie. Celie apparaît d'emblée comme une personnalité attachante, simple et pleine d'une ressource vitale impressionnante. Certes, elle semble extrêmement passive, pourtant quoiqu'il arrive, elle tient avec une constance et une foi précieuse. Celie n'a jamais reçu de véritable instruction et son phrasé est donc chaotique, de même que ses réflexions. Et puis progressivement, au contact de Shug et des lettres de sa soeur, Celie va s'émanciper et de cet envol naîtra une joie de vivre, une carrière et un nouveau souffle expressif au vocabulaire plus ample et à la grammaire plus précise.

Nettie, elle, ne cesse d'écrire pendant toutes ces années où Celie ne reçoit que le silence. Elle lui raconte son quotidien à la mission africaine ; tous ces petits moments qui forment une réalité à la fois archaïque et nouvelle. Dans ces lettres passionnantes, Nettie nous trace le portrait d'une Afrique démystifiée où les autochtones n'ont pas tant de compassion pour leurs frères noirs jadis esclaves aux Amériques - d'ailleurs ne sont-ce pas eux qui les y ont vendus ? Loin d'un paradis perdu, Nettie y constate que l'homme reste l'homme et que la suprématie masculine souvent injuste s'applique sur les différents continents. Elle constate aussi que l'Homme reste l'Homme et qu'aucune occasion n'est manquée de pouvoir écraser son prochain pour son propre intérêt - ainsi les entreprises européennes de caoutchouc qui n'hésitent pas à anéantir le territoire ancestral de tout un peuple.

Et puis surtout, ce que les deux soeurs ne cessent de s'écrire, c'est leur amour solaire, éclatant, indestructible. Les années, les misères et le silence n'ont aménuisé en rien leur foi en elles, en ce lien qu'elles continuent à écrire. Au fond, chacune à leur manière, Celie et Nettie sont portées par une spiritualité profonde et sincère.

Je ne saurais trop vous conseiller ce roman épistolaire qui se dévore avec douceur et qui se referme avec émotion. Je ne suis pas versée dans la niaiserie et vous n'en trouverez pas ici : seulement de la sincérité à l'état brut qui dit des réalités souvent dures mais avec une franchise et une naïveté tellement étonnantes qu'il arrive souvent de sourire - oui, oui. Vraiment, un pur plaisir !

Merci à Manu pour cette super découverte, encore une fois !
Je vous invite d'ailleurs à aller lire son billet de ce pas, ainsi que celui de Missycornish vraiment passionnant. Comme vous pourrez le constater, je ne suis pas la seule à avoir eu le coup de coeur !

 

 

1213775971.jpgChallenge Petit Bac 2013 chez Ennalit

Catégorie Couleur

 

 

 

 

a-tous-prix.jpgChallenge "A tous prix" chez Laure

Ce livre a reçu le prix Pulitzer et l'American Book Award en 1983

11/02/2013

La Pierre de lune de William Wilkie Collins

9782859405526.jpg

La pierre de lune de William Wilkie Collins, 1868
Lecture Kindle

 

En juin 1848, la résidence campagnarde des Verinder s'apprête à accueillir nombre d'invités pour les dix-huit ans de Miss Rachel. A cette occasion réapparaît Franklin Blake, un de ses cousins qui avait été élevé sur le continent. Ce dernier confie au fidèle majordome Betteredge qu'il est le messager d'un cadeau très particulier pour sa belle cousine : La fameuse pierre de lune, un diamand jaune d'une taille impressionnante, qui avait jadis orné la statue d'un dieu hindou avant d'être dérobé par l'oncle Herncastle. Bien que rejeté par l'entier de sa famille, et notamment par sa soeur Lady Verinder, il a pourtant choisi de léguer par testament ce joyau à sa jeune nièce - et voilà Mr Franklin qui l'apporte. Pourtant, l'histoire du diamant ne laisse pas augurer que des réjouissances. En effet, il semble être suivi par trois hindous - trois gardiens de cette pierre de lune pour eux sacrée.
Et de fait, la nuit même de l'anniversaire de Miss Rachel, le diamant disparait... Aussitôt certains personnages agissent d'une manière pour le moins étrange : Miss Verinder déploie une énergie râgeuse pour gâter l'enquête, la housemaid Rosanna Spearman se dit malade alors qu'on l'a voit courir la campagne... Il faudra la sagacité d'un certain sergent Cuff, de Betteredge armé de sa pipe et de son fidèle Robinson et de Frankin Blake pour espérer dénouer les fils de ce mystère.

Soyons clairs : je suis totalement passée à côté de ce roman dont, pourtant, j'avais lu tant d'éloges  et que j'avais vraiment hâte de lire. Je crois que cette déception m'est totalement imputable : j'avais par trop occulté l'aspect victorien de la chose au profit de l'aspect policier. En effet, c'est de lire partout que La pierre de lune est considérée comme la première énigme policière anglaise que j'ai décidé de tester ce pavé de près de 600 pages. Au final, tant la forme que le fond m'ont déroutée et j'ai trouvé ce roman terriblement bavard et ennuyeux, je dois bien l'avouer.
Au fond, l'énigme m'est apparue comme un prétexte à exposer (probablement brillamment mais ma partialité m'empêche de tirer cela au clair) la bonne société victorienne nantie - avec ses passe-temps bucoliques, sa vie Ô combien maniérée, son oisiveté déconcertante et ses problèmes d'amour et d'intendance. L'énigme n'est pas le coeur du livre - elle ne tient pas l'essentiel du propos, et contrairement à ce que j'en ai lu sur la quatrième de couverture, il n'y a pas de nombreux rebondissements haletants (ou alors, il faudra qu'on m'explique lesquels ?). Fondamentalement, ce n'est pas le problème : après tout, c'est souvent le principe même de la littérature de tricoter une histoire pour peindre plus largement le tableau d'une époque ou d'un sentiment universel. Sauf que dans ce cas précis, c'est là qu'entre en jeu mon erreur d'aiguillage : la société victorienne nantie qui boit des tasses de thé et qui se pâme pour rien m'ennuie terriblement. Je crois que j'ai oublié d'avoir le romantisme nécessaire pour apprécier ces ambiances guindées et corsetées. Du coup, tout le temps que j'ai parvenu à m'accrocher à cette lecture, j'ai surtout été dérangée par la misogynie, la prétention et les conventions victoriennes, par les personnages stéréotypés (le pompom revient à Rosanna Spearman), et, mais cela n'a rien à voir avec Wilkie Collins, par la très mauvaise traduction dans laquelle j'ai lu le roman - ce qui n'arrange jamais une lecture.

Bref, une lecture ratée pour moi cette fois-ci. Je retenterai peut-être d'ici quelques mois avec un autre ouvrage puisque j'ai téléchargé ses oeuvres complètes sur mon Kindle. La dame en blanc semble être particulièrement appréciée. Pour ceux ou celles qui l'ont lu : est-ce vraiment un roman policier cette fois-ci ou vais-je tomber dans le même traquenard qu'avec La pierre de lune? :p


 

1213775971.jpgChallenge Petit Bac 2013 chez Ennalit

Catégorie Objet

 

 

 

 

2061720019.jpgChallenge Polar historique chez Samlor

3eme lecture

07/02/2013

Médée de Christa Wolf

médée.jpg

Médée de Christa Wolf, traduit de l'allemand par Alain Lance et Renate Lance-Otterbein, ed. Stock, Coll. La Cosmopolite, 1997, 289p.

 

Entendons les voix qui reviennent du fond des âges - Les voix mythiques, exaltées, tourbillonnantes de Médée, Jason ou Glauké. Ces voix que nous croyons connaître par coeur car leur histoire nous a été relatée par les célèbres tragédiens antiques. Ces voix, croit-on encore, qui n'ont plus rien à nous apprendre. N'est-ce pas pourtant l'essence d'un mythe d'être toujours d'une brûlante actualité car loin d'être l'histoire du passé, il est encore et toujours l'insolente métaphore de notre humanité, ici et maintenant.

Dépouillant Médée de ce drapé de folie vengeresse dont l'avaient affublée Sénèque et Euripide qui n'offrait dès lors pas grande estime d'une femme qui avait pourtant tout osé par amour, Christa Wolf lui rend toute son humanité et parvient, à travers cette épuration, à en faire une figure à la fois féministe, politique et personnelle.
Mais je vais un peu vite en besogne. Retournons tout d'abord au texte.

Médée, certes est toujours une magicienne colchidienne - mais ce n'est plus une magie noire, occulte et terrifiante qu'elle pratique ; bien plutôt une science naturelle : elle possède la connaissance des plantes et des remèdes qui permettent de soulager, de neutraliser ou de vivifier. Et de la même manière qu'elle sait user des ressources naturelles, elle comprend ces ressources et y puise une philosophie de vie qu'avec condescendance, les corinthiens jugent archaïque ; qui est pourtant au plus près de la vie même.

"Elle croyait, mais pourquoi au fait dois-je parler d'elle au passé, elle croit que les pensées se sont formées à partir des sentiments et qu'elles ne devraient pas perdre ce contact avec eux. Archaïque, bien sûr, dépassé. Limites intellectuelles de la créature, disais-je. Source créatrice, répliquait-elle."

Dans cette histoire, Médée n'a pas tué son frère mais elle va pourtant en être accusée car elle souffre du pire mal qui soit dans une société qui prône le lissage parfait : elle est forte, orgueilleuse et terriblement intelligente. Elle refuse d'abdiquer ses convictions pour se plier aux us et coutumes - passablement pourris soit dit en passant - de la cour de Corinthe. Elle cristallise ce que ne peuvent assumer la plupart des autres personnages. Aussi, progressivement, Médée devient objet de colère et de jalousie - Médée, celle qui sauve et la seule capable de rester droite dans l'adversité, devient le parfait bouc émissaire car la voir, c'est se rappeler sa propre faiblesse.

Outre ce qui pourrait ainsi rester comme un éloge de femme à la fois sensuelle et déterminée, c'est ici qu'entre en jeu une lecture plus politique et personnelle de l'oeuvre. Je ne vous cache pas que je ne suis pas une spécialiste de l'histoire de l'Allemagne, pas plus qu'une spécialiste de Christa Wolf dont je fais ici la première lecture mais il semblerait, aux vues de tous les riches commentaires que j'ai pu lire sur le sujet, que l'auteur en brosse un portrait à travers la réécriture du mythe de Médée.

Entre la Colchide idéalisée, siège du partage et de la simplicité et une Corinthe inégalitaire et arriviste se dessinerait en filigrane un portrait de l'Allemagne après la chute du mur - un renoncement à un communisme que Christa Wolf, avouons-le, semble tout de même clairement idéaliser, pour aller vers un capitalisme dont elle fait ici le procès.

Médée serait alors une figure de l'auteur elle-même : celle qui dit ce que nul n'a envie d'entendre et qui, par trop de lucidité, est mise au ban de la société afin que celle-ci puisse continuer tranquillement d'avancer à sa perte.

"C'était la première fois que je parlais avec une étrangère de la situation de notre cité, j'allai encore plus loin et lui demandai comme elle expliquait notre déclin. La réponse, selon elle, était évidente. C'est à cause de votre présomption, dit-elle. Vous vous estimez au-dessus de tout et de tous, cela fausse votre vision de la réalité et cela vous empêche aussi de voir qui vous êtes réellement. Elle avait raison, et cette phrase résonne encore en moi aujourd'hui."

 

Sans être exactement fan de cette vision idéalisée du communisme - qui est, rappelons-le un des partis politiques qui a donné parmi les plus effrayantes dictatures du monde - , je dois reconnaître que Christa Wolf offre ici une splendide vision du personnage de Médée et révèle avec une grande pertinence un certain nombres de maux de notre société contemporaine. Il s'agit au fond de mettre sous le tapis ce qui ne sied pas au tableau idyllique qu'on matraque aux yeux des gens, de faire taire les pernicieux trouble-fêtes, et ne pas rechigner aux sacrifices pour faire perdurer le rêve. Notre société contemporaine semble être un Disneyland qui a mal tourné. Force est de constater malheureusement que cet état fait est toujours d'actualité - il l'est même plus que jamais.

 

 

 

Challenge-Genevieve-Brisac-2013.jpgChallenge Lire avec Geneviève Brisac chez Litterama

1ere lecture

 

 

 

 

 

1213775971.jpgChallenge Petit Bac 2013 chez Ennalit

Catégorie prénom