Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2013

Nature morte de Louise Penny

Nature morte.jpg

Nature morte de Louise Penny, ed. Actes Sud, coll. Actes noirs, 2011 / Babel noir, 2012, 435p.

 

Dans la petite bourgade québéquoise de Three Pines, l'automne s'installe, trois adolescents vandalisent un bistrot et Jane Neal propose enfin un tableau à l'exposition annuelle de Williamsburg. Rien de très folichon, pensez-vous ? Pourtant, Jane Neal est retrouvée dans les bois peu de jours plus tard, morte d'une flèche en plein coeur. L'étonnement en même temps que la douleur s'abattent sur les villageois, tous très proches. Jane était la vieille institutrice du village, fort appréciée. Elle avait une vie des plus rangée. Il ne peut donc s'agir que d'un accident de chasse car personne ne voudrait la viser sciemment. L'inspecteur chef Gamache et son équipe découvrent pourtant un certain nombre d'éléments qui valident peu à peu la thèse du meurtre. Et le meurtrier semble ne pas être un étranger...

Nous voilà plongés dès les premières pages dans une atmosphère qui n'est pas sans rappeler l'atmosphère de ces bons policiers anglais  où Miss Marple résoudrait l'énigme : un petit village, des personnages typiques et hauts en couleur qui se connaissent tous, un peu de kitsch ici ou là et bien sûr, une énigme sanglante à résoudre. J'avoue avoir eu un peu de mal dans les cinquantes premières pages : l'introduction, pourtant très intéressante pour la suite, m'a déroulé une galerie de portraits qui m'a peu intéressée et que j'ai même trouvé assez cliché sur l'instant. Mais comme je n'ai pas l'âme à abandonner facilement, j'ai fini par me faire prendre au jeu dès le meurtre venu (et là je me suis rendue compte que c'était surtout Jane Neal qui m'avait insupportée au début - ça tombe bien, c'est elle qui meurt). Les personnages ont quelque chose de particulièrement humain qui les rend attachants et crédibles, même l'inspecteur-chef Gamache qui n'a rien d'un "super détective horripilant". L'enquête progresse par petites touches et le lecteur en sait suffisamment pour se sentir partie prenante de l'affaire tout en restant dans le flou artistique jusqu'à la révélation finale.
En somme, un bon polar tout ce qu'il y a de plus agréable. Cette atmosphère canadienne automnale où la nature est très présente apporte en outre une petite saveur particulière à l'ensemble. Je n'irai pas jusqu'à dire qu'il s'agit d'une excellent polar, et les nombreux prix reçus me paraissent donner à ce premier roman une brillance que je ne lui ai pas trouvé. Mais je n'ai pas boudé mon plaisir à sa lecture et c'est finalement le principal !

 

a-tous-prix.jpgCe livre s'inscrit dans le Challenge "A tous prix" de Laure car il a reçu de nombreux prix littéraires dont le Creasy Dagger 2006 en Grande-Bretagne, l'Arthur Ellis Award 2006 au Canada, ou encore les Anthony et Barry Awards 2007 aux Etats-Unis.

29/04/2013

Les Aventures d'Oliver Twist de Charles Dickens

Dickens.jpg

Les Aventures d'Oliver Twist de Charles Dickens, 1837-39, ed. Le livre de poche, 725p. dont 64 d'introduction

 

Oliver Twist voit le jour dans un sombre asile victorien en même temps que sa mère rend son dernier souffle. Aux origines inconnues, il devient un orphelin de plus à la merci d'une municipalité inique envers les nécessiteux. Tout d'abord élevé dans un orphelinat, il est ensuite renvoyé à l'asile où M. Bumble, l'appariteur municipal au coeur glacé, s'emploie à le maltraiter puis à s'en débarrasser aux mains du premier employeur venu. Cet employeur poursuit les mêmes traitements à l'égard du jeune garçon que la vie, décidément, n'épargne pas. Aussi, s'enfuit-il un beau jour vers la capitale anglaise dans l'espoir d'une vie meilleure. Il n'en sera rien, bien sûr, puisqu'il se retrouve embrigadé avec une troupe d'infâmes voleurs dans divers évènements dont il se tire miraculeusement pour mieux être à nouveau ôté au peu de bonheur qu'il goûte enfin. Il semble que, malgré sa candeur et son honnêteté, les voleurs s'échinent à le retenir dans leurs filets. Pourquoi tant d'acharnement ? La réponse se trouve sans doute du côté des origines du jeune garçon.

Autant vous le dire, Oliver Twist est un roman d'une implacable noirceur, du moins dans les deux bons premiers tiers du bouquin, qui dépeind sans complaisance l'envers de l'époque victorienne (qui n'était décidément pas que tea time en compagnie de gracieuse jeunes personnes). La misère n'avait d'égal que la scélératesse et la cruauté de ceux même qui étaient censés aider les laisser pour compte. Ainsi les intendant(e)s empochent-ils les subventions destinées à nourrir les orphelins et les mauvais traitements sont la loi par laquelle on tient tout ce petit monde silencieux. Lorsque ceux-ci parviennent à s'extraire de cette indicible condition, ce n'est, bien souvent, que pour tomber dans le brigandage et reproduire une fois de plus, ces comportements malveillants à l'égard des plus faibles. Oliver Twist, en cela, est une peinture particulièrement éloquente et d'un souffle romanesque vibrant sur les bas-fonds victoriens. C'est en tout cas ce que je retiendrai et ce qui m'a vraiment plu dans ma lecture, d'autant que le roman se finit bien - et on ne rechigne pas à une happy end après autant de coups bas contre un pauvre garçon qui n'avait rien demandé.

Néanmoins, je note quelques petits bémols (que semble noter également le commentateur en préface de mon édition, je me sens donc moins honteuse d'y aller de ma petite critique à l'endroit d'un auteur comme Dickens) car il faut avouer que l'auteur ne fait pas toujours dans la dentelle. A sa décharge, notons qu'Oliver Twist est une oeuvre de jeunesse, sa deuxième pour être précise après Pickwick et que donc, bien que faisant montre d'un talent évident, il y a quelques petits loupés. Pour blâmer les comportements de la société que je viens d'évoquer, Dickens convoque par exemple une ironie à couper au couteau qu'on aura du mal à trouver subtile. Certes, elle atteint son but mais sans y aller avec le dos de la cueillère. Je ne me rappelais pas une telle grossièreté de procédé dans De grandes espérances que j'avais dévoré il y a quelques années et de fait, ce roman là est un roman de la maturité pour Dickens ; il avait donc déjà aiguisé sa plume à ce moment là.
Et puis, de même que l'on plonge souvent dans la plus profonde noirceur, l'auteur nous offre également des épisodes et des personnages tellement purs et bons qu'ils semblent avoir été lissés à la niaiserie. On pourrait faire la même réflexion d'Oliver lui-même qui fait parfois preuve d'une intelligence surprenante autant qu'il peut être d'une naïveté déconcertante aux moments même où un éclair de lucidité pourrait l'aider. Tout cela bien sûr sert l'intrigue mais je n'ai pu m'empêcher d'être déroutée parfois de tant de grossièreté chez un des plus grands auteurs du XIXe.

Je termine donc cette nouvelle exploration du maître anglais avec plaisir, certes, parce que le roman respire un romanesque de folie mais tout de même moins emballée que lors de ma première découverte. Je ne m'en formalise pas néanmoins : après tout, même les grands auteurs ont débuté et de savoir qu'ils n'ont pas tout de suite été des génies sans faille est plutôt réconfortant. Pour l'heure, David Copperfield m'attend sur mon Kindle. J'y plongerai dès lors qu'une nouvelle envie d'un pavé classique se fera sentir.

Un grand merci à Natiora qui m'a offert ce livre lors de notre swap de Noël !



1213775971.jpgChallenge Petit Bac 2013 organisé par Enna

Catégorie Prénom

27/04/2013

Challenge Amérindiens (Bibliographie inside)

Le challenge sur la blogosphère littéraire, c'est un peu une institution et il en fleurit à loisir régulièrement. Ca tombe bien, c'est le printemps : c'est donc le moment où jamais d'en planter un pour l'année dans l'espoir qu'il fasse de beaux fruits !

En ce moment, je cogite pas mal sur la possibilité de reprendre mes études en parallèle de la vie active car un projet de recherche orienté vers les amérindiens me trotte dans la tête. Du coup, je furete dans ce coin là pour voir ce que la littérature et l'édition de manière générale a pu produire d'intéressant. Force est de constater que, malgré le premier abord anecdotique voire carrément kitch de la chose (oui, oui, je vois ce que ça peut évoquer comme prime impression^^), il s'agit d'un domaine plutôt riche que beaucoup d'auteurs américains contemporains explorent. Je me suis donc dit "et pourquoi pas créer un challenge sur le thème histoire de lever un peu le voile" ?

Alors voilà, c'est lancé : Je vous propose un Challenge Amérindiens (qu'ils soient du sud ou du nord du continent hein, on fait pas de racisme^^). L'idée, c'est d'offrir toutes vos chroniques tous domaines confondus (Littérature au sens large tant qu'il est question d'amérindiens quelque part, mais aussi art, histoire, ethnologie, spiritualités et pourquoi pas cinéma, expositions...). Pour vous aider, je vous mets une petite bibliographie littéraire en fin d'article dans laquelle vous pouvez piocher à loisir !

Le challenge est ouvert jusqu'au 31 août 2014, comme ça on a le temps de lire tranquillement sans faire d'overdose.

Pour vous inscrire, il vous suffit de laisser un commentaire sur ce billet en mentionnant l'une des 4 catégories suivantes :

- Petit Tonnerre : de 1 à 3 livres

- Homme Médecine : de 3 à 5 livres

- Chef de guerre : de 5 à 10 livres

- Grand Mystère : plus de 10 livres

 

Et dès que vous aurez publié un billet correspondant au challenge, vous pourrez mettre le logo ci-dessous et me le signaler ici en commentaire pour que je puisse le prendre en compte et faire des récap.
J'accepte bien sûr les billets rétroactifs.

N'hésitez pas à faire de la pub pour le challenge sur votre blog : plus on est de fous, plus on rit !

Challenge améridiens.jpg

 

Bibliographie sélective en littérature :

Sherman Alexie

  • Indian Blues (en: Reservation Blues) (roman, 1995)
  • Indian Killer (roman, 1997)
  • Phoenix, Arizona (nouvelles, 1999)
  • La vie aux trousses (en: The Toughest Indian in the World) (nouvelles, 2000)
  • Dix petits Indiens (en: Ten Little Indians) (nouvelles, 2003)
  • Flight (roman, 2007)
  • Le Premier qui pleure a perdu (en: The Absolutely True Diary of a Part-Time Indian) (roman jeunesse, 2008)
  • Danses de guerre (nouvelles, 2011)

Bernard Assiniwi

  • La saga des Beothuks (roman, 1996)
  • Le bras coupé (roman, 1976)

Michael Blake

  • Danse avec les loups (roman, 1991)

Joseph Boyden

  • Le chemin des âmes, (roman, 2006)
  • Là-haut vers le Nord (roman, 2006)
  • Les Saisons de la solitude (roman, 2009) (Giller Prize 2008)

Louise Erdrich

  • Love Medecine (roman, 1986)
  • L'épouse Antilope (roman, 2002)
  • Dernier rapport sur les miracles à Little No Horse (roman, 2003)
  • Ce qui a dévoré nos coeurs (roman, 2007)
  • La Malédiction des colombes (roman, 2010)

Jim Fergus

  • Espaces sauvages (A Hunter's Road, 1992),
  • Mille femmes blanches (One Thousand White Women: The Journals of May Dodd, 1998)
  • La Fille sauvage (The Wild Girl: The Notebooks of Ned Giles, 2005)
  • Marie-Blanche (Marie-Blanche, 2011)

Craig Johnson

  • Little Bird, Éditions Gallmeister, coll. « Noire », 2009
    Prix NouvelObs/BibliObs du Roman noir étranger, 2010
    Sélectionné pour le Grand Prix de littérature policière
    Sélectionné par la rédaction de Lire parmi les dix meilleurs polars de l'année 2009.
  • Le Camp des morts , id. , 2010
    Lauréat du Trophée 813 du Meilleur roman étranger 2010
    Sélectionné par la rédaction de Lire parmi les dix meilleurs polars de l'année 2010.
  • L'indien blanc , id. 2011,
  • Enfants de poussières, id., 2012
    Western Writer's of America Spur Award for Best Novel of the West 2008
    Mountains and Plains award for fiction book of the year 
  • Dark Horse, id., 2013
    Finaliste du Dilys Award 2010.

Jim Harrison

  • Dalva (roman, 1988)
  • Retour en terre (roman, 2007)

Tony Hillerman

  • La voie de l'ennemi (1990)
  • L'homme squelette (2008)

Joseph Marshall III

  • L'hiver du fer sacré (roman, 1994)

N. Scott Momaday

  • La maison de l'aube (roman, 1968) (Prix Pulitzer 1969)
  • Le chemin de la montagne de pluie (roman, 1969)

Dan O'Brien

  • L’Esprit des collines (Spirit of the Hills, 1988), roman policier, 10/18
  • Rites d’automne: Le voyage d'un fauconnier à travers l'Ouest américain (The Rites of Autumn: A Falconer's Journey Across The American West, 1988)
  • Au cœur du pays (In the center of the Nation, 1991), roman
  • Brendan Prairie (Brendan Prairie, 1996), roman
  • Médecine blanche pour Crazy Horse (The Contract Surgeon, 2001), roman
  • L’Agent indien (The Indian Agent, 2004), roman
  • Les Bisons du Cœur-Brisé (Buffalo for the Broken Heart, 2001), mémoires

Jean-Christophe Rufin

  • Rouge Brésil (Roman, 2001), Prix Goncourt 2001

Leslie M. Silko

  • La Cérémonie (roman, 1992)

 

La liste est également longue en histoire et spiritualités mais pour ces domaines plus particuliers, je laisse votre inspiration vous guider :)

PS : Merci à Canel qui vient de me suggérer le lien vers la page Babelio concernant les Amérindiens ! Une mine d'or !

 

 

Participants et billets :

PETIT TONNERRE

Shelbylee

Anne

 Ce qui a dévoré nos coeurs de Louise Erdrich

Rivière Mékiskan de Lucie Lachapelle

Coccinelle

Une moitié de Wasicun de Jean-François Chabas

Missycornish

 Laure

Miss Léo

Mille femmes blanches de Jim Fergus

Lilly

Le Chemin des âmes de Joseph Boyden

Syannelle

Virgule

Topinambulle

Sorray, le retour au monde de Gérard Duhaime

Isallysun

Feu, tome 1: La rivière profanée de Francine Ouellette

Marion

Ourse bleue de Virginia Pésémapéo Bordeleau


HOMME-MEDECINE

Melle la Démone

 

CHEF DE GUERRE

Sharon

 L'indien blanc de Craig Johnson (billet rétroactif)

Terre des rêves de Vidar Sundstol (billet rétroactif)

Seuls les morts ne rêvent pas de Vidar Sundstol

La danse des chiens tonnerre de Kirk Mitchell

La morsure du lézard de Kirk Mitchell

Le premier qui pleure a perdu de Sherman Alexis

Molosses de Craig Johnson

 

Choco

Indian blues de Sherman Alexis (billet rétroactif)

La malédiction des colombes de Louise Erdrich (billet rétroactif)

Les bisons de broken heart de Dan O'Brien (billet rétroactif)

Le chemin des âmes de Joseph Boyden (billet rétroactif)

Carlisle (Tome 1) de Seigneuret et Chevret Deighton

Découverte du photographe Aaron Huey et de son travail sur les amérindiens de la réserve de Pine Ridge

 

Lucie

Béante de Marie-Andrée Gill (billet rétroactif)

S'aggriper aux fleurs - Haïkus de trois femes Innus (billet rétroactif)

Elle et nous de Michel Jean (billet rétroactif)

L'écorce de nos silences (chronique sur 3 courtes pièces autochtones)

Kuessipan de Naomi Fontaine (premier roman d'une auteure innue)

L'amant du lac de Virginia Pésémapéo Bordeleau

Sedna, la déesse de la mer (Pièce de théâtre d'après une légende inuit)

Pasdel

 Elan noir parle, propos recueillis par John Neihardt

 

GRAND MYSTERE

Moi

Dernier rapport sur les miracles à Little No Horse de Louise Erdrich (billet rétroactif)

Ce qui a dévoré nos coeurs de Louise Erdrich (billet rétroactif)

L'hiver du fer sacré de Joseph Marshal III

Le chemin des âmes de Joseph Boyden

Dans le silence du vent de Louise Erdrich

Littérature amérindienne du Québec sous la direction de Maurizio Gatti

Ourse bleue de Virginia Pésémapéo Bordeleau

La Saga des Béothuks de Bernard Assiniwi

Comme des ombres sur la terre de James Welch

Love Medicine de Louise Erdrich

 

Canel

Mille femmes blanches de Jim Fergus (billet rétroactif)

Le premier qui pleure a perdu de Sherman Alexie (billet rétroactif)
(+ l'avis de Mr)

Indian Blues de Sherman Alexie (billet rétroactif)

Apaches de Guillaume Guéraud (billet rétroactif)

Dans l'or du temps de Claudie Gallay (billet rétroactif)

La perle de Steinbeck (billet commun : Mr et Junior...) (billet rétroactif)

 Les délaissés, Richard Van Camp(billet rétroactif)

 Whisky et paraboles, Roxanne Bouchard
(billet rétroactif)

Du sang dans les plumes de Joel Williams

La perle de Steinbeck

Cochon rouge d'Erik L'homme et Laurent Corvaisier
(+ l'avis de Mr)