Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/12/2012

Antigone de Jean Anouilh

Bon, comme vous le savez, j'expérimente avec plaisir (la plupart du temps) depuis la rentrée, la vie d'une prof de français en lycée professionnel. Et forcément, lorsque je prépare mes cours, je me pose avant tout deux questions cruciales : Quelle oeuvre pourrait plaire à mes jeunes et surtout, quelle oeuvre me plait suffisamment pour que je réussisse à leur en donner le goût et leur en transmettre le sens ?

Autant, il m'arrive de tourner un moment pour y répondre parce que les oeuvres qui me plaisent ne sont pas forcément de leur goût et inversement, ou bien parce qu'elles sont trop pointues... Autant pour le théâtre, la réponse m'est venue immédiatement, comme une évidence :

 

antigone.jpg

Antigone de Jean Anouilh, éd. La Table Ronde, 1944

 

Il faut dire que c'est un juste retour des choses : c'est grâce à un cours en 4eme que je suis tombée amoureuse de ce mythe et surtout de cette pièce qui n'a plus jamais cessé de m'accompagner depuis.

Anouilh y reprend le mythe d'Antigone, fille de Jocaste et d'Oedipe de la famille des Labdacides. Oedipe exilé à Colone et ses deux fils morts dans une lutte fratricide pour le pouvoir, Thèbes est gouvernée par Créon, frère de Jocaste. Ce dernier prend la lourde décision de ne donner des funérailles qu'à Etéocle tandis que le cadavre de Polynice serait condamné à pourrir au soleil.
Décision qui ne convient pas à la petite Antigone qui nourrit un amour sans distinction pour ses deux frères. Elle brave donc à plusieurs reprises le décret royal pour tenter d'enterrer Polynice à l'aide d'une petite pelle, malgré les tentatives de Créon pour l'en empêcher. Comme dans toute tragédie, on sait d'ores et déjà quelle sera l'issue de cette funeste entreprise : Antigone mourra, ainsi qu'Hémon, son fiancé.

Toute la beauté de cette pièce - aux abords mythiques peut-être peu engageant pour nos jeunes esprits contemporains - réside à mon sens dans la place accordée au long affrontement central entre Créon et Antigone. Ce NON revendiqué par une Antigone frêle mais puissamment déterminée (au deux sens du terme) opposée au OUI d'un Créon déjà épuisé par la tâche cristallise toute la fraîche beauté et toute la liberté de l'adolescence. Ce fameux élan idéaliste sans concession que nous tâchons de ne jamais perdre dans les méandres de l'âge adulte.

Ce NON aussi, qu'il ne faut pas manqué d'inscrire dans le contexte historique et qu'Anouilh modernise en lui donnant la coloration politique d'une résistance active face à l'oppression des dictatures.

On pourrait croire, en lisant cela, que j'ai une préférence pour le personnage d'Antigone. Pourtant, c'est bien les deux personnages qui m'inspirent un égal attachement. Créon défend une position tout à fait juste, lui aussi : relever les manches, tenir la barre, prendre ses responsabilités. L'enseignement de la pièce se tire de leur long dialogue poignant, nous offrant peut-être l'opportunité d'un juste milieu.

Antigone d'Anouilh est pour moi, toujours, un texte puissant, bouleversant, d'une déconcertante lucidité et qui nous rappelle qu'il ne faut jamais se soumettre : revendiquer l'Être, en quelque sorte, sur toute chose.

 

Pour conclure, je vous conseille le visionnage de l'excellente (et je pèse l'adjectif) mise en scène de cette pièce par Nicolas Briançon et l'excellente (bis) interprétation de Barbara Schulz et Robert Hossein. (Je l'ai trouvé que sous-titrée en arabe pour avoir l'intégrale sur youtube mais sinon, ça se loue dans toute bonne bibliothèque^^)

*

 

3926815867.jpgChallenge "Un classique par mois"

Décembre 2012

22/11/2012

Yggdrasil, l'arbre des origines de Françoise Rachmuhl et David Lozach

Dans la rubrique des mythologies, j'ai indéniablement un petit gros faible pour la mythologie nordique. Je serais bien incapable de vous dire pourquoi (un obscure fantasme des guerriers chevelus et poilus ? un passé métalleux mal digéré ?), mais le faible est là. Et évidemment, l'ami qui m'a prêté le livre que voici l'a bien compris. C'est donc totalement à l'impro sur l'impulsion de ce prêt que j'ai bouquiné ce récit mythologique cette aprem, emmitouflée sous un plaid comme il se doit en novembre - avec chat et thé, comme il se doit aussi.

 

2862273465.08.LZZZZZZZ.jpg

Yggdrasil, l'arbre des origines de Françoise Rachmuhl et David Lozach, ed. Alternatives, 2002, 94p.

 

Alors rien de nouveau sous le soleil ici puisque Françoise Rachmuhl reprend la création du monde racontée dans les Edda : A l'origine de tout, Yggdrasil, le grand frêne, l'arbre cosmique dont les racines s'étendent jusqu'à Nifhelheim, le monde des glaces et Helheim, le royaume des enfers. En son centre, Midgard - terre du milieu - abritent les hommes et au-dessus des hommes (comme toujours), Asgard et le Vahlalla, royaume des dieux et paradis des vaillants guerriers escortés par les Walkyries.
Le panthéon nordique a ceci de particuliers que les dieux sont mortels. Aussi, tôt ou tard, ils mèneront le combat final face à Fenrir, le loup monstrueux fils de Loki, et tous, y compris Odin père des dieux, périront. Alors restera Yggdrasil et l'univers recommencera un jour, ailleurs, autrement.

 

2949023775_1_3.jpg

 

 

Tout portait à me plaire et pourtant, je ne suis que moyennement emballée à tous niveaux :
La plume de l'auteur, tout d'abord, n'apporte pas grand chose, selon moi, à ce récit mythologique. Je n'y ai trouvé rien de particulièrement émoustillant même si c'est loin d'être mal écrit. Je me suis simplement dit qu'honnêtement, tant qu'à lire un conte de mythologie scandinave, autant aller à la source que de lire ce livre (sans offense hein, juste en toute honnêteté).
Quant au graphisme, je n'y ai pas non plus été sensible. Je précise ici que la collection Grand Pollen dans laquelle est édité cet ouvrage a pour très chouette particularité de lier texte et création graphique originale. Mais je n'ai pas été réceptive au coup de pinceau et de plume (puisqu'il est également question d'illustrations calligraphiées ici) de David Lozach (je n'ai d'ailleurs trouvé aucun de ces travaux sur le web pour illustrer mon article, j'ai donc piqué un autre Yggdrasil)

Rendez-vous manqué pour moi, donc.
Cela dit, je vais aller ressortir mes Edda de ce pas !

 

challenge mytho du monde.pngEt puis ni vu ni connu, ça explose mon compteur pour le challenge Mythologies du Monde chez Cottage Myrtille, youhou !

12/11/2012

Anansi Boys de Neil Gaiman

livres-anansi-boys-309.jpg

Anansi Boys de Neil Gaiman, ed. Au Diable Vauvert, 2006, 488p.

 

Une fois n'est pas coutume, je ne vais pas formuler moi-même un résumé mais recopier celui de la quatrième de couverture. Parce que c'est précisément ce résumé qui m'a donné envie de louer ce livre qui, il faut l'avouer, ne risquait pas de me séduire pour la grosse araignée, là... Brrrr... Bon ok, le résumé, et aussi le fait que l'auteur est Neil Gaiman.

"Le père de Gros Charlie n'était pas ordinaire : il était Anansi, le Dieu Araignée, l'esprit de rébellion, un dieu filou capable de renverser l'ordre social, de créer une fortune à partir de rien et de défier le diable... Un héritage bien encombrant !
Une mythologie moderne où l'on trouve une sombre prophétie, des désordres familiaux, des déceptions mystiques et des oiseaux tueurs. Sans oublier un citron vert."

A partir de là, je me suis dit ok, tout est dans le citron vert :ça va être n'importe quoi mais ça va être drôle et intelligent. Vendu !

Et puis finalement, ça n'a pas complètement fonctionné (je m'aperçois au passage que les bouquins de fantasy ne fonctionnent jamais totalement sur moi, je me demande bien pourquoi...).
On débute l'ouvrage avec un portrait de Gros Charlie croisé avec un portrait de son père, le fameux Anansi, puis un épisode de sa vie à Londres avec sa fiancé Rosie, puis un voyage en Floride pour l'enterrement du paternel. Le tout dure plusieurs dizaines de pages. Et même à partir du décès de son père, on en a encore pour un moment avant de rentrer dans le vif du sujet. Et même à partir de ce moment là... Bref, vous l'aurez compris, j'ai trouvé l'histoire et le punch très (trop) long à se mettre en route. Ajoutons à cela que Gros Charlie est le parfait anti-héros auquel j'ai eu beaucoup de mal à m'attacher, j'ai donc fait un faux départ sur ce livre et je pense que c'est ce qui m'a fait pêcher sur la durée.

Le propos, sinon, est plutôt intelligent et bien amené : sous couvert d'une mythologie animale ancestrale qui fait enchaîner à Gros Charlie les aventures rocambolesques, il y a une réflexion sur les relations et les secrets familiaux. Objectivement, c'est plutôt fin et intéressant. Subjectivement, j'ai moyennement accroché en fait. Ca m'a bien souvent paru sans grand intérêt pour être honnête... Et puis, ok, l'aspect mythologique est un prétexte à la réflexion mais il était un peu trop caricatural, un peu trop insignifiant pour moi...

Au final, ce qui a sauvé ma lecture, c'est cet inimittable humour gaimanien qui choppe toujours au vol LE petit travers précis ou LA situation anecdotique qui croque à la perfection telle situation ou tel personnage. Bien sûr, on frise parfois la caricature, mais on la frise avec la conscience parfaite de ce qu'on fait et l'acte est toujours fait avec une subtilité qui rend, de toutes façons, le résultat savoureux.

En conclusion, une lecture en demi-teinte pour moi. Le sujet et la manière de le traiter ne m'ont pas follement emballée mais la verve humouristique m'a tout de même portée jusqu'au bout du pavé. Sans rancune, Neil Gaiman reste quand même un de mes chouchous que je ne manquerai pas de continuer à lire !

 

*

 

« Gros Charlie avait soif. Gros Charlie avait soif et mal à la tête. Gros Charlie avait soif et mal à la tête et un goût affreux dans la bouche et ses yeux étaient trop serrés dans leurs orbites et toutes ses dents l'élançaient et son estomac le brûlait et son dos lui faisait mal, grosso modo entre les genoux et le front, et son cerveau lui avait été arraché, remplacé par des boules de coton, des aiguilles et des épingles, raison pour laquelle il lui était douloureux de réfléchir, et ses yeux n'étaient pas seulement trop serrés dans leurs orbites mais ils s'étaient sans doute détachés au cours de la nuit, avant d'être remis en place à l'aide de clous de tapissier, et il remarqua soudain que tout ce qui dépassait le niveau sonore du délicat mouvement brownien des molécules d'air frottant les unes sur les autres dépassait également son seuil de douleur. Par ailleurs, il aurait voulu être mort. »

 

Vous trouverez ici le premier chapitre en ligne.

 

 

 

 

challenge mytho du monde.pngChallenge Mythologies du Monde chez Cottage Myrtille

6eme lecture