Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2012

Metal Mélodie de Maryvonne Rippert

Dans le cadre de mon nouveau boulot (oui, j'ai ENFIN un boulot et je suis prof en plus, chers lecteurs - chose des plus surprenantes lorsqu'on me connait), j'ai le plaisir de prendre en cours de route notre participation aux prix des incorruptibles dans la catégorie 3eme/2nde. Quelle super initiative pour les classes ! Je vais en outre pouvoir compléter à cette occasion ma piteuse connaissance de l'univers littéraire ado.

En voici ma première lecture.


 

9782745938671-couverture_tailleNormale.jpg

Metal Mélodie de Maryvonne Rippert, Milan Macadam, 2010, 211 pages

 

Ce n'est pas la fête entre Luce, adolescente de 16 ans à fond dans un gothisme de carnaval, et sa mère Inès, journaliste. Tellement pas la fête que cela n'étonne pas tellement Luce lorsque sa mère disparaît pour 4 mois en Australie pour un travail sans lui dire au revoir, en lui laissant un simple mot sur le bureau. Qu'à cela ne tienne, elle va parfaitement bien se débrouiller sans cette mère conformiste et étouffante. Un avant-goût de la liberté, en quelque sorte. Ni une, ni deux, sa bande de gothiques rapplique pour la soirée ; s'incruste aussi une clodo punkette inconnue qui ne décollera plus de la maison, Moony.
Mais progressivement, le doute s'installe dans l'esprit de Luce. Pourquoi sa mère est-elle partie si précipitamment et si longtemps et pourquoi ne donne-t-elle quasiment pas de nouvelles? En passant quelques coups de fil, elle découvre que sa mère n'est pas en Australie et elle découvre surtout que son passé est un gouffre sans nom. Se lance alors une quête pleine d'amour et d'incertitude pour retrouver cette mère qui part comme elle se coupe les cheveux, rythmée par l'omniprésence du Metal et du flamenco.

Metal Mélodie propose un joli récit initiatique - la quête de soi à travers la quête de l'autre et l'évolution des relations mère-fille à l'adolescence- d'une facture assez classique mais néanmoins extrêmement bien mené. Structuré en deux temps et en deux lieux, l'ouvrage métaphorise la quête par le voyage et par l'évolution musicale sans caricature. J'ai avalé les pages avec grand plaisir, portée par une langue très fine, à la fois emprunte de belles tournures et d'argot adolescent, et par l'évolution des recherches qui ménage toujours un suspens parfait. Personnellement, je me suis demandée jusqu'au bout ce qu'il en était de la mère de Luce.
J'ai vraiment apprécié, outre ce suspens, sentir l'empathie de l'auteur vis à vis de son public lecteur, sa capacité à s'immerger dans un style, des sentiments, des attitudes avec autant de pertinence et de sensibilité. Un chouette moment de lecture!


A partir de 14 ans



metal,musique,adolescence,amour,espagne,mère,fille,relation,maladie,secret,disparition,voyageCe livre concourt pour le prix des Incorruptibles 2012
Catégorie 3eme/2nde

30/09/2011

L'étrange vie de Nobody Owens de Neil Gaiman

 

J'ai beau avoir quitté son précédent roman jeunesse avec grande déception il y a longtemps, mon côté vieille goth nostalgique aime bien aller voir de quoi il retourne quand il est question de cimetières et autres joyeusetés de ce genre. D'où la lecture de cet autre roman jeunesse de Neil Gaiman déniché par hasard.
Et en surfant rapidement sur la toile, je me rends compte qu'il a fait grand bruit sur les blogs littéraires à sa sortie. Et ben voilà, moi j'aime bien arriver après la bataille, ça fait original (comme si c'était la première fois, en plus).



51xgS8NrfIL._SL500_AA300_.jpg

L'Etrange vie de Nobody Owens (originellement The Graveyard Book) de Neil Gaiman, Albin Michel, Coll. Wiz, 2009

 

 

Neil Gaiman avoue en fin de livre son amour d'enfance pour le Livre de la Jungle qu'il a lu, lu et relu. Grand bien lui en a pris de le digérer aussi savamment pour en distiller une version toute en noir et blanc et en fantômes.

Nobody Owens survit tout jeune enfant à un mystérieux meurtrier qui élimine toute sa famille. Orphelin, c'est le monde des morts qui l'accueille et c'est avec lui que le garçon va grandir, apprendre et vivre son enfance. Un couple de fantôme l'adopte comme leur fils et Silas, citoyen libre du cimetière, devient son tuteur. Chacun lui distille les leçons nécessaires à sa survie dans cet étrange univers - Il parvient donc à maîtriser l'art de l'Effacement, de l'Effroi ou de la Hantise qui lui seront fort utiles.
D'amitiés en aventures paranormales, Nobody Owens apprendra progressivement à quel monde il appartient.

J'avais déjà pris plaisir à cette lecture mais quand j'y suis revenue avec l'éclairage du Livre de la Jungle, j'ai carrément trouvé le livre excellent. C'est une adaptation très fine et érudite où l'on peut retracer toutes les grandes lignes du livre maître tout en étant plongé sans ambiguité dans l'univers si personnel de Neil Gaiman.  Ici, la noirceur cotoie la magie, les cauchemars les rêves.

A lire tant avec la fraîcheur de la jeunesse qu'avec les éclairages littéraires de l'âge adulte.

(Et laisser le titre original du livre ou, du moins, le traduire avec un plus grand souci de conserver le parallèle avec le livre maître sus-nommé aurait été judicieux de la part du traducteur. Enfin, moi je dis ça, je dis rien.)

 

A partir de 9 ans

19/09/2011

Soldat Peaceful de Michael Morpugo

 

Décidément, la première guerre mondiale me poursuit. Et puisqu'il s'agit d'agréables découvertes littéraires, je ne vais pas m'en plaindre.

 

soldat-peaceful.jpg

Soldat Peaceful de Michael Morpugo, traduit de l'anglais par Diane Ménard, Gallimard Jeunesse, 2004

 

 

C'est dans la nuit du 24 au 25 juin 1916, cette nuit qui ne doit pas finir, que Tommo déroule le fil de sa vie pour rester éveillé. Tous les instants de sa prime jeunesse peignent le tableau d'une petite famille modeste où brille l'amour malgré l'adversité. Avec son frère Charlie et Molly, ils forment un trio inséparable. Et puis, les sentiments évoluent et la guerre éclate. Tommo s'engage malgré son trop jeune âge pour ne pas quitter Charlie et soudain, ils ne sont plus si jeunes.
Dans cette nuit-là, ce sont les souvenirs qui rattachent Tommo à la vie avant que tout bascule.

L'auteur aborde ces destins tragiques de soldats à peine adultes, pris dans une guerre qui ne les concerne pas avec une écriture pure et pleine d'émotion. Malgré des caractères qui m'ont paru un peu simplistes, je suis restée vissée avec Tommo  jusqu'au bout de la nuit, prise entre sa tendre enfance et la violence de la guerre.

 

A partir de 13 ans

 

*

 

"- Non, a-t-il répond. Anna ne sera plus jamais là. Anna est morte. Tu entends ça, le Tommy? Vous venez tous ici, vous venez faire votre sale guerre chez moi. Pourquoi ? Réponds-moi ? Pourquoi ?

- Qu'est-ce-qui s'est passé?

- Ce qui s'est passé? Je vais te le dire ce qui s'est passé. Il y a deux jours, j'envoie Anna chercher les oeufs. Elle conduit la charette sur la route, un obus arrive, un gros obus boche. Un seul, mais ça suffit. Je l'ai enterrée aujourd'hui. Alors si tu veux voir ma fille, Tommy, il faut aller au cimetière. Et puis vous pouvez aller en enfer, tous autant que vous êtes, Anglais, Allemands, Français, vous croyez que j'en ai quelque chose à faire? Et vous pouvez emporter votre guerre en enfer avec vous, ils aimeront ça, là-bas. Laisse-moi tranquille, Tommy, laisse-moi."