Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2016

Harry Potter et le prince de sang-mêlé de J.K.Rowling

Harry Potter et le prince de sang mêlé.jpg
Harry Potter et le prince de sang-mêlé de J.K.Rowling, Folio Junior, 2006, 747p.

 

coup de coeur.jpgJe vais être franche : j'avais pas senti venir le coup de cœur ! J'avais apprécié les précédents tomes de la série, soit, mais avec un certain recul tout de même. D'ailleurs, à la fin du tome 5, j'ai eu besoin de prendre un peu de distance avec les grosses longueurs qui avaient fini par me peser - oui parce que ma lecture de L'Ordre du phénix date en fait du mois d'avril. Du coup, j'ai lu autre chose, peu de romans ado et peu de fantasy/SF (Un seul en fait, qui souffre aussi de grosses longueurs. Serait-ce un dommage collatéral de ce genre romanesque de diluer sans fin des épisodes qui ne servent à rien ?!).
Et puis, la fin de l'année scolaire arrivant, l'envie de se détendre le citron est arrivée de concert. C'est dans cette optique que j'ai empoigné le tome 6 de Potter...

Et j'ai adoré ! Soit que la série gagne à ne pas enchaîner les tomes, soit que ce celui-là est vraiment bon, je ne saurais le dire. Quoiqu'il en soit, J.K.Rowling laisse définitivement derrière elle les ressorts qui balisaient jusqu'ici les premiers tomes et introduit le récit par une entrevue hilarante entre les deux Premiers Ministres anglais, l'un beaucoup moins sûr que l'autre, et l'autre plus si ministre que ça. Ça pose d'emblée le décor avec une juste subtilité, de même que le second chapitre qui offrira à mille suppositions de trotter dans l'esprit du lecteur tout au long de cette sixième aventure.
Objectivement, celle-ci est d'ailleurs très mince. L'auteure a choisi de situer l'action sur le plan de l'introspection et du savoir - c'est une quête de connaissance/d'être qui prévaut sur une quête de possessions/d'avoir ou plutôt qui sera nécessaire à la quête de possessions comme nous le comprendront au fur et à mesure du récit et comme le tome 7 en sera la pleine concrétisation. En ce sens, puisque je suis dans la lecture du tome 7 en ce moment, j'ai vraiment l'impression que l'un et l'autre fonctionnent comme les deux facettes d'une même médaille dans la grande quête qu'est la destruction de Voldemort. L'Ordre du phénix n'était finalement que l'apéro (malgré ses plus de 1000 pages) !

Du coup, au lieu de grands combats, de bêtes monstrueuses ou de rebondissements de fou, on a droit à une recherche progressive sur le passé de Voldemort ; qui amène conséquemment Harry à prendre une autre étoffe par la confiance que lui offre Dumbledore et son implication active et "officielle" dans ses recherches. Je suis décidément impressionnée par cette capacité si juste de l'auteure à rendre l'évolution de l'adolescence. Ici, Harry est dans sa dix-septième année et atteint doucement la maturité adulte en prenant conscience, notamment, qu'il y a une différence entre subir son destin et le choisir (quelle justesse de Rowling sur ce coup-là !). Ce qui ne l'empêche pas, par ailleurs, de continuer à réagir comme un vrai capricieux qui se respecte : bref, c'est nuancé et c'est très bien !
Et étonnamment, alors qu'il y a beaucoup moins d'action, il y a beaucoup moins de longueurs. Chaque phénomène du quotidien trouve un écho dans les phénomènes suivants et chaque chapitre fonctionne comme une pièce nécessaire du puzzle. Enfin ! Que c'est plaisant d'avoir cette sensation lors de la lecture ! Je n'en pouvais plus de lire telle ou telle considération sur le quotidien de Poudlard pour des cacahuètes !

Ce qui nous amène au film, que je me suis empressée de regarder et, comme c'était prévisible, ma déception a été à la hauteur du coup de cœur que j'avais eu pour le roman. Toutes les scènes qui fonctionnaient précisément comme liens entre les gros temps forts du récit - en ce sens, qui étaient donc cruciales - ont été supprimées. Résultat : le film ressemble à une suite décousue de scènes sans couture. La quête du savoir, le passage à l'âge adulte : tout ça passe à la trappe. Il n'y a grosso modo rien à sauver du film qui est un déchet intersidéral.

En attendant, je retourne à ma lecture du septième et dernier tome ! C'est déjà presque fini raaaaah ! La suite au prochain numéro !

 

Challenge a year in England.jpgChallenge A Year in England chez Titine

11ème participation

 

 

 

 

challenge-un-pave-par-mois.jpgChallenge un pavé par mois chez Bianca

2ème participation de Juillet 2016

01/07/2016

Harry Potter et l'Ordre du Phénix de J. K. Rowling

Harry Potter et l'ordre du phénix.jpg
Harry Potter et l'Ordre du Phénix de J.K. Rowling, Folio Junior, 2003, 1031p.

 

La fin du tome 4 était claire : Voldemort is back ! Selon toute logique, je m'attendais donc à ce que le 5 attaque fort et je n'ai pas été déçue : dès le premier chapitre, Harry se fait alpaguer par des détraqueurs et l'on ignore qui est à l'origine de cet ordre. Grosso modo, notre héros va d'ailleurs passer les mille pages à en prendre plein la poire, plus à tort qu'à raison, car le Ministère de la magie décide lui aussi de lui mettre des bâtons dans les roues. En effet, Cornelius Fudge, loin de croire au retour de vous-savez-qui, s'ingénie à saper la crédibilité d'Harry et de Dumbledore. Ainsi, la presse se défoule sur notre pauvre héros en le faisant passer pour un menteur pathologique en mal de célébrité, il manque de se faire renvoyer de Poudlard et, le pire de tout, il se retrouve affubler d'une nouvelle professeure de défense contre les forces du mal particulièrement détestable et accréditée par Fudge, Dolorès Ombrage. C'est un peu le pompon pour Harry qu'elle va torturer à loisir à coup de punitions et d'interdictions toutes plus vaches les unes que les autres. Bref, la vie est dure pour Harry dans ce tome 5 et on comprend aisément que, du haut de ces 15 ans, il prenne un peu tout pour une injustice.
Je ne vous cache pas qu'à l'occasion, ça a aussi été un peu le pompon pour moi : le personnage de Dolorès Ombrage m'a semblé too much en toutes occasions, beaucoup trop caricatural et répétitif pour être amusant.

Cela rejoint les fameuses longueurs que j'avais soulevées dans le tome 4 et qui se sont retrouvées dans ce titre-là. Il y a toujours ce ventre mou dans la première moitié du roman où la lecture n'est pas exactement réjouissante. Passé le tout début et avant que le propos du roman en question commence, on se retrouve dans le récit du quotidien de Harry dont on s'ennuie un peu tant il ne change pas tellement depuis cinq romans. Bien des scènes ont été coupées dans la version cinématographique, à juste titre à mon sens, ce qui m'a fait beaucoup l'apprécier contrairement à la précédente.

Par contre, j'ai adoré la brigade montée par Harry, Ron et Hermione pour s'entraîner à la défense contre les forces du mal (à défaut d'avoir un enseignant potable, on est jamais mieux servi que par soi-même) car elle permet à tous les participants de prendre une consistance nouvelle : Harry prend sa dimension de leader de groupe, Hermione se détache de son costume de parfaite première de la classe pour s'investir dans une lutte à plus grande échelle, Neville gagne en assurance et en profondeur, Ginny mûrit et devient progressivement l'égale de nos héros. Mention spéciale pour Luna Lovegood, totalement improbable, dont j'ai particulièrement aimé l'interprétation dans la version ciné. Bref, tous nos personnages ne sont plus seulement des ados boutonneux et on sent poindre l'adulte sous leurs visages frêles et leurs entreprises encore maladroites. C'est ainsi qu'ils combattent sans hésiter une tripotée de Mangemorts à la fin, dans une bataille qui coûtera cher à Harry (qui n'a pas déjà assez payé son tribut à Voldemort).

Je me rends compte que la teneur des tomes changent pas mal depuis le virage du quatrième. Auparavant, chaque volume était vraiment indépendant, bien que des échos puissants se jouaient entre eux. Ils formaient tout de même des étapes à part entière. Le cinquième tome me semble au contraire fonctionner nécessairement avec les deux suivants car il n'expose que l'une des batailles que constitue la guerre nouvelle contre Voldemort. La prophétie racontée à Harry par Dumbledore l'indique bien : tout cela tend vers l'affrontement final auquel seul Harry ou Voldemort pourra survivre...

La suite au prochain numéro !

 

Challenge a year in England.jpgChallenge A Year in England chez Titine

10ème participation

 

 

 

 

challenge-un-pave-par-mois.jpgChallenge un pavé par mois chez Bianca

Participation de Juillet 2016

17/06/2016

La double disparition de Nancy Springer

Enola Holmes 1.jpg
Les enquêtes d'Enola Holmes - Tome 1

La double disparition de Nancy Springer, Nathan, 2015, 264p.

 

Vous l'ignoriez mais Sherlock et Mycroft ne sont pas les seuls de la fratrie Holmes ! Bien après eux, tellement sur le tard que c'en fut une honte à l'époque, une petite dernière est née, joliment prénommée Enola, comme un clin d'oeil à la solitude qui déterminera ses pas. Alors qu'elle a vécu choyée et libre dans le domaine familial, sa mère disparaît le jour de son quatorzième anniversaire. Il n'est plus temps de courir les champs en culottes de garçon ou de croquer le fleurs du jardin à l'aquarelle. Enola doit prendre sa vie en main et choisir la vie qu'elle veut mener : entre un Mycroft tout à fait détestable, seulement piqué que sa mère ait osé élever Enola bien loin des conventions victoriennes, et un Sherlock franchement désintéressé, elle se voit imposée une place dans une institution corsetée pour apprendre les bonnes manières et constate avec dépit que ses frères n'ont aucune envie de chercher leur mère disparue. Enola fomente donc une évasion en bonne et due forme vers la liberté. Sur son chemin pour Londres et, peut-être, cette mère qui se dessine comme une succession d'énigmes, elle croisera de nouveaux mystères dans lesquels elle ne pourra s'empêcher de mettre son nez. Après tout, c'est une Holmes, elle aussi !

Ah, que voilà un roman jeunesse comme je les aime, sans prétention, toutefois plutôt juste et bien écrit et qui a la vertu de faire voyage dans l'histoire et dans la littérature !
Enola est un personnage attachant d'emblée, tant par sa fraîcheur, sa naïveté que son esprit libre si rare pour l'époque. Enola est un personnage contemporain, soit, et étonnamment futé pour son âge mais cela ne la rend que plus délicieuse. Nancy Springer joue habilement avec cette modernité pour ne pas la rendre trop franchement anachronique et nous pousse, du coup, à nous interroger sur la place de la femme à l'époque victorienne - place peu enviable, à n'en pas douter (l'époque victorienne est décidément plus alléchante vu avec deux siècles de distance...).
Mycroft et Sherlock, mine de rien, en prennent pour leur grade au passage - comme quoi, l'intelligence supérieure ne prémunit pas contre la servilité aux règles sociales - mais je n'en pensais pas moins d'eux. Après tout, ils n'ont jamais été des modèles de délicatesse et encore moins d'empathie sous la plume de Conan Doyle !
L'enquête en elle-même, soit, ne casse pas trois pattes à un canard. D'autant que c'est peut-être sur ce point que le bât blesse dans l'emploi du personnage de Sherlock Holmes : Nancy Springer lui fait rater des indices monstrueusement faciles au profit de sa sœur, ce qui semble tout de même un peu gros pour ce génie de la déduction. Mais peu importe : je ne crois pas que le projet de l'auteure était de renouveler le genre du roman policier. En ce que ce premier tome distille un vent frais et sain de liberté et d'émancipation féminine, il est bon de le faire tourner entre toutes les mains de nos jeunes collégiennes.

 

Le mois anglais 2016.jpgLe mois anglais 2016 chez Lou et Cryssilda

5ème participation

LC autour de Sherlock Holmes et dérivés