Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2013

Concerto pour la main morte d'Olivier Bleys

 

Concerto-pour-la-main-morte_8065.jpeg
Concerto pour la main morte d'Olivier Bleys, ed. Albin Michel, 2013, 234p.

 

Quatrième découverte de cette rentrée littéraire avec un voyage musical en Sibérie!
Olivier Bleys nous emmène dans l'obscure hameau de Mourava ou règnent la solitude et la vodka. A peine quelques maisons délabrées, la vacuité des jours sans travail - sauf pour l'épicier et le bistrotier - et une saleté incessante que Vladimir Golovkine s'emploie à nettoyer. Il aspire à s'en aller. La compagnie des grands espaces ne lui suffit plus ; à son âge avancé, il veut enfin voir le monde. A cette aventure ratée, car il se fait piteusement refouler de l'avant-dernier bateau de la saison, va se substituer une toute autre aventure : héberger un étranger fraîchement débarqué, visiblement perdu à tous points de vue. Colin Cherbaux, qui devient Kolincherbo dans la bouche de Volodia, est un pianiste assidu mais médiocre et surtout paralysé par le trac. Il espère trouver dans sa retraite impromptue au pays de nulle part une solution à sa main droite paralysée dès qu'il joue le concerto n°2 de Rachmaninov. De cette tentative désespérée va naître une relation amicale teintée de drôlerie où chacun des deux hommes apportent à l'autre l'opportunité d'une renaissance : Ce qu'il faut pour partir pour l'un ; ce qu'il faut pour rester pour l'autre.

Concerto pour la main morte se lit comme on écouterait un morceau de piano : une même facilité aérienne, jubilatoire pourtant pointue et poétique. Cette écriture musicale nous livre une parabole de la quête de soi - qui suis-je et qui ai-je vraiment envie d'être ? - dans les grands espaces de la Sibérie profonde. Aussi hostile que magnifique, pleine de déchéance alcoolique comme de surprises au détour d'un bois, elle est le théâtre parfait pour brosser l'ambiguïté des hommes et mettre à nu leur complexité cachée. Après tout, la forêt n'est-elle pas l'endroit des contes, où se trament tous les caractères fous et typiques qui débloquent les malédictions ?!
Ce Concerto est une vague qui fait rêver, à l'envers. De l'incompréhension, de ce dernier chiffre 7 -magique lui aussi- pour aboutir au numéro 1, du départ vers l'inconnu jouissif, on se laisse griser par la langue, le voyage, les incongruités et les notes de piano qui résonnent autant sur les pages que dans l'esprit amusé. Il n'en faut pas plus pour faire un bon livre ; en même temps voilà un cocktail déjà plus que savamment distillé (et à consommer avec moins de modération que la vodka artisanale de Sergueï).

Merci Anne pour ce livre voyageur ! Et par ici son chouette billet qui m'avait donné l'eau à la bouche !

 

18141.jpg
Naufrage - Yro (2007)
Source

 

challenge-des-notes-et-des-mots-4.jpgPar la même occasion, je valide une 2eme lecture pour son challenge Des mots et des notes

 

 

 

 

 

 

rentrée littéraire 2013.jpgEt une 4eme pour le challenge 1% de la rentrée littéraire 2013 chez Hérisson

17/10/2013

Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand

cyrano.jpg
Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand, 1897

 

Cyrano de Bergerac sous la plume d'Edmond Rostand : Par excellence, le héros du panache !
Il est laid, c'est un fait. La nature l'a affublé d'un appendice nasal des plus proéminent qui empêche l'amour de Roxane. A défaut, Cyrano se surpasse en bravoure et en éloquence. A l'épée comme à la plume, toujours il fait mouche ! Ce sont bien ces deux talents qui lui valent une situation pathétique : devenir le protecteur de Christian de Neuvillette dont Roxane est amoureuse en même temps que son nègre. Car l'amour n'a rien d'aveugle et bien qu'un peu d'esprit sied à toute séduction, rien ne vaut surtout un beau visage. Cyrano prête donc sa plume à la belle gueule de Christian, pour l'amour de Roxane, avec abnégation. Lorsque Christian vient à mourir au siège d'Arras, Cyrano tait l'imposture, quitte à ne jamais s'autoriser Roxane et quitte à lui faire bientôt perdre deux fois celui qu'elle a aimé.

Je ne suis absolument pas friande de théâtre - du moins, quand il s'agit d'en lire. Le théâtre est décidément pour moi plus une mise en jeu et en espace qu'un texte à lire. Mais c'est un genre, cette année, qu'il va me falloir creuser un peu tant ma culture classique en la matière est lacunaire. Heureusement pour moi, j'ai eu le nez (aha) de choisir une première pièce qui fonctionne à merveille : j'ai adoré !

Cyrano de Bergerac se présente comme une comédie héroïque. La trame se situe au XVIIe siècle, durant le règne de Louis XIII. On croise d'ailleurs D'Artagnan dans l'Acte I, sans parler du siège d'Arras dans l'acte IV qui reprend cet épisode de la guerre de Trente Ans. La vie de Cyrano est abondamment documentée et toutes les anecdotes qui égaillent la pièce se basent sur des éléments tangibles, du moins découverts dans les archives, de la vie de notre héros.

La pièce est oeuvre protéiforme. Elle tient à la fois du comique - jeux de mots, stichomythies et interjections intempestives -, de l'épique - éloge de la bravoure, disproportion des forces et mort héroïque sous l'arbre - et du pathétique - sentiments duels et amours malheureuses. Il n'y a pourtant rien de mélodramatique : Cyrano, personnage puissant, n'est ni tyrannisé, ni persécuté. Il est son propre bourreau - ou bien est-ce son nez ? - puisqu'il s'impose l'ascétisme de l'ombre avec une rigueur qu'il refuse de briser. Une telle rigueur, toute personnelle, étonne mais renvoie le mélodrame au placard. De la même manière, j'ai lu ici ou là que la pièce avait des accents tragiques. Pour les mêmes raisons, j'ai du mal à souscrire à ce point de vue : Cyrano, encore une fois, est bien son propre maître et il n'est point question de fatalité.

Sous le signe de notre héros, la pièce oscille entre jeu et sacrifice, conte aussi dans ce dernier acte poignant où Cyrano avoue l'impuissance de la féérie : les laids ne deviennent pas beaux par un baiser de leur belle ailleurs que dans la littérature.
Et la littérature d'ailleurs : parlons-en ! Cyrano est la figure du poète sans compromission, qui se met le tout Paris à dos, fini dans la misère, plutôt que courtiser et écrire ce qu'il convient pour se faire une réputation. Cyrano est l'idéaliste par excellence - celui qui, forcément, ne réussit jamais car il faut bien savoir composer un peu dans la réalité. Même Molière a su composer... en lui piquant une scène pour ses Fourberies de Scapin ! Cyrano de Bergerac préfère une condition d'esthète exigeant à l'approbation d'une société qu'il méprise ; à qui il envoie brillamment ses "Non merci!"

Ni une ni deux, je me prépare à présent à visionner le film tourné par Rappeneau. Nul doute que Depardieu campe un Cyrano impeccable : ce personnage semble être taillé pour lui, un parfait mélange de gouaille fanfaronnesque et de talent génial.

coup de coeur.jpg

14/10/2013

Petites scènes capitales de Sylvie Germain

petites-scenes-capitales.jpg
Petites scènes capitales de Sylvie Germain, ed. Albin Michel, Août 2013, 250p.

 

C'est toute une vie que brosse ce roman elliptique, tout en instantanés photographiques. Une vie minuscule et pourtant poignante, jalonnée d'Histoire et de poésie. Au début du livre, Lili est une petite fille unique et orpheline de mère. D'elle, elle ne connait rien - n'a qu'une photo prise après sa naissance. Tout le reste a été effacé par celle-là même qui s'est enfuie. Du cocon restreint formé par sa grand-mère et son père, elle est projetée dans une grande famille recomposée, dans un nouvel appartement sans oiseau, dans une vaste chambre avec trois nouvelles sœurs. Le quotidien s'émaille du sentiment profond de solitude que ressent Lili, d'incompréhension face au manque et de difficulté à trouver sa propre identité. Est-elle Lili comme l'a toujours appelée sa famille ou cette Barbara qu'elle découvre à l'école ? Cette schizophrénie du nom est à l'image des lacunes que ressent la petite fille devenue jeune fille puis femme. Elle se persuade longtemps que le remède serait dans la mise à nu d'un secret. Mais y en a-t-il vraiment? Est-ce jamais le bon moment de le savoir ?

J'ai retrouvé avec plaisir l'écriture gracieuse de Sylvie Germain dans cet opus. Point de grande fresque ici, plutôt de courtes évocations (les chapitres ne font jamais plus de quatre ou cinq pages) qui composent, à la manière de photographies, le cheminement de Lili/Barbarba jusqu'à l'âge mûr et au lâcher-prise. Néanmoins, on retrouve ce souci de mêler une quête intérieure - la recherche de soi et de son identité - et l'Histoire comme le décor nécessaire de cette quête. Tantôt déclencheur, révélateur, exutoire, le grand évènement est toujours le corollaire de l'intime. Ainsi, les rafles et les camps de la seconde guerre mondiale puis mai 68 apparaissent à la lumière des uns et des autres.
La poésie, la musicalité de Sylvie Germain est toujours magnifiquement présente. Ce sont dans les passages sans action, lorsqu'elle saisit un ciel ou une lumière qu'elle s'épanouit le mieux.

Malgré tout ces points très positifs, car j'ai effectivement aimé ce roman, je n'ai pas été autant emballée qu'avec Le Livre des nuits. Je n'ai pas ressenti le même pouvoir de fascination, de saisissement. C'est un très beau roman, touchant et à l'écriture indéniablement maîtrisée mais je n'ai pas été scotchée. Le propos et la manière de le traiter m'ont semblé, je pense, un peu moins originaux. Sans doute que l'écriture en courtes scènes est moins propice aussi à embarquer furieusement.En tout état de cause, j'ai aimé mais je n'ai été électrisée. Je vous conseille tout de même la lecture de cette tranche de vie qui mérite bien quelques soirées d'attention en cette auguste rentrée.

 

rentrée littéraire 2013.jpgChallenge Rentrée Littéraire 2013

3/6