Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2015

Au revoir poétique au mois belge !

le mois belge.jpgLe mois d'avril est vite passé ; il est temps de refermer la parenthèse belge enchantée de cette année. Elle aura été encore une fois riche de découvertes et de partages comme je les aime. Quant à mes lectures personnelles, je suis ravie de constater que je n'ai pas démérité (en même temps, je n'avais lu qu'un livre l'an dernier, ce n'était pas compliqué de faire mieux héhéhé). 

Comme je l'ai ouvert, je le referme de même avec le morceau poétique d'un des poètes belges, contemporain cette fois, le plus connu. J'en dois la découverte et le plaisir de lectrice et d'esthète à celle qui m'a aussi invitée à la découverte de deux titres ce mois-ci. Ma pourvoyeuse officielle de bonne littérature, belge à l'occasion, en somme ! Je vous souhaite à tous une excellente année de lectures de tous horizons et vous donne rendez-vous aux côtés de nos gentilles organisatrices Anne et Mina en avril 2016 !

 

PENSÉES

Penser, vivre, mer peu distincte ;
Moi — ça — tremble,
Infini incessamment qui tressaille.

Ombres de mondes infimes,
ombres d’ombres,
cendres d’ailes.

Pensées à la nage merveilleuse,
qui glissez en nous, entre nous, loin de nous,
loin de nous éclairer, loin de rien pénétrer ;

étrangères en nos maisons,
toujours à colporter,
poussières pour nous distraire et nous éparpiller la vie.

Henri Michaux (1899-1984) – Lointain intérieur (1938)



Henri Michaux - Sans titre (1961)

19/04/2015

Fraudeur d'Eugène Savitzkaya

Fraudeur.jpg
Fraudeur d'Eugène Savitzkaya, Les éditions de Minuit, 2015, 167p.

 

Il y a la tradition de commencer par le résumé d'un livre et il y a l'impossibilité de le faire parce qu'on se fait balader. Littéralement, dans ce roman, Eugène Savitzkaya nous balade d'un bout à l'autre des champs et des fruits mûrs, à tous les âges et à tous les temps. Nous devenons les fraudeurs de la narration bien ordonnée aux côtés du fou, jeune ou moins jeune, qui se moque de ce qui doit être fait et des convenances. La nature en plein essor et ces longues pauses dans les fourrés semblent être condition de vie, ce par quoi l'on continue à naviguer entre une histoire familiale douloureuse et ceux qui s'en vont.

Je choisis de ne pas vous en dire plus - ce qui bien sûr vous désarçonnera à l'approche de ce roman (mais est-ce seulement un roman ?) tant il faut quelques courts chapitres aussi poétiques que lapidaires pour comprendre de quoi il retourne, quand, comment et pourquoi.  Mais puisque ce flottement dubitatif, inconfortable, mais surtout émoustillant fait exactement partie du projet et de la plume de Savitzkaya ici, je serais bien mal avisée de vous donner la clé de l'énigme sans vous laisser d'abord pénétrer dans le labyrinthe. Désarçonnée, je l'ai donc été à l'ouverture de ce titre, car de clarté, il n'y en a point. Savitzkaya ne vous explique pas tout par le menu (mais aime par contre appeler un chat un chat) ; à vous de retrousser un peu vos manches pour suivre les méandres de son propos et des déambulations du fou. Il ne rechigne pas d'ailleurs à jouer avec le lecteur à l'occasion, allant ici pour nous inviter docilement à revenir en arrière. Qu'importe : on le suit.

Alors à quoi bon, me demanderez-vous, se plonger dans ce roman court où, très concrètement, il ne se passe pas grand chose entre la ligne de départ et celle d'arrivée, où il s'agit essentiellement de fureter dans les herbes hautes et sous les pommiers, de s'amuser avec un ou deux lapins et d'attendre ? Parce que tout cela est dit avec une virtuosité sensuelle des plus fascinantes. J'ai découvert chez Savitzkaya une puissance hypnotique assez étonnante qui caresse le brut avec la légèreté de la poésie ; qui mélange surtout les deux pour composer ce qui se goûte, se sent, et se lit à l'oreille. Fraudeur n'est pas le genre de roman (mais est-ce seulement un roman ?) qui se dévore ni duquel on ressort emballé ; il est plutôt de ceux dont on se lèche les doigts et les babines, qui écorche et démange à la fois et qui laisse libre cours à une voix telle qu'on en connait pas d'autres. Savitzkaya, c'est indéniablement un style étrange et pénétrant.

Merci à ma douce Charline pour cette découverte !

 

le mois belge.jpgLe mois belge chez Anne et Mina, édition 2015

3ème lecture

01/04/2015

Ouverture poétique du mois belge !

le mois belge.jpgAujourd'hui 1er avril s'ouvre tout un mois consacré à la littérature belge à l'invitation de deux blogueuses amies Anne et Mina. A cette occasion, je publierai quelques billets divers (dont je n'ai pas encore décidé le nombre : tout dépendra de ma motivation). En attendant, j'ai choisi d'ouvrir le bal avec un texte poétique (et je le fermerai sans doute de même) qui n'est pas sans annoncer l'un de mes billets à venir pour le 7 avril. Un grand classique de la poésie belge, c'est certain ! Je ne fais pas ici dans l'originalité. Mais les classiques ont ceci d'agréable qu'on ne s'en lasse jamais et qu'à chaque lecture on est plongé dans mille souvenirs en même temps qu'on découvre quelque chose de nouveau.

Je vous souhaite à tous un bon début de mois belge !

 

Khnopff-Mon-coeur-pleure.jpgBRUGES

 

Les bras des longs canaux que le couchant fait d'or

 Serrent près du beffroi, comme autour d'un refuge,

 Toute la gloire ancienne et dolente de Bruges,

 La ville est fière, et douce, et grande par la mort.

 

Mais néanmoins, toujours, monte vers la lumière

 Le rectiligne élan de sa beauté guerrière,

 Et son bourdon réveille un trop vivant écho

 

Pour éternellement pleurer sur son tombeau.

  

Émile Verhaeren (Toute la Flandre, t. I., «La guirlande des dunes», Paris, 1907.)

 

 

Tableau : Mon coeur pleure d'autrefois de Fernand Khnopff (1889)